Journaliste independant en France

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
LUCSAINT
Messages : 48
Inscription : 25 mars 2005, 10:40
Contact :

Message non lu par LUCSAINT » 06 mai 2009, 10:40

zoom a écrit :
L'habituelle rengaine contre l'auto-entrepreneuriat commence à devenir fatiguante...
Ce n'est pas une rengaine, juste qu'il existe encore des journalistes qui essayent de se faire respecter sans dévaloriser leur travail, et accessoirement permettre a de nouveaux journalistes de faire ce métier, et d'en vivre. Et non de reléguer le journalisme indépendant au rang de hobby vaguement rémunérateur comme le rèvent les pontes du net et de la presse. Le statut d'auto entrepreneur a d'ailleurs été créé à la base pour des activités annexes...La loi dit que nous devons être salariés, pourquoi s'acharner à la détruire nous-même ? Je n'ai pas envie de "laisser le choix" à des gens qui viennent me faire une concurrence déloyale et illégale. Ce n'est pas dans le meilleur des mondes que des milliers de pigistes se font payer en salaires, c'est dans le monde réel: simplement, ils se respectent assez pour ne pas céder aux "rengaines" incessantes des winners qui nous gouvernent et qui possèdent les médias.
J'imagine que tu rends aussi ces salauds de pigistes salariés responsables de la crise de la presse, avec leurs exigences démesurées de bulletins de salaire ? A chaque fois que tu factures ton travail a un rédac chef, demandes toi juste s'il vit de droits d'auteur ou s'il est auto-entrepreneur ? Quand aux "fesses bien posées dans le métier", çà n'arrive pas souvent chez les pigistes, même au bout de dizaines d'années de métier. Il n'a jamais été aisé de trouver des piges ni aujourd'hui ni hier, et ce n'est pas en cassant les prix (car c'est bien de cela qu'il s'agit lorsque l'on "facture" un travail journalistique) que l'on dure très longtemps dans ce métier... J'imagine que dans quelques années, il y aura bien quelques grandes âmes pour venir doctement expliquer sur ce forum que les autoentrepreneurs coûtent trop cher à la presse, et qu'il vaut mieux se délocaliser au Baloutchistan pour pouvoir échanger notre prose contre un bol de riz ... Qu'est-ce que je raconte, dans ce meilleur des mondes, ce sera probablement aux journalistes à payer pour avoir leur nom dans le journal ou plutôt sur le site internet ! :twisted:
[/quote]
Magnifique. On se croirait dans Oui-Oui au pays des jouets.
Le statut de "salarié" ainsi que les modalités d'obtention de la carte de presse, deviennent obsolètes. C'est le journalisme de papa. Ce n'est plus du tout adapté à la réalité du terrain. Je vis de ce métier depuis 12 ans maintenant, je n'ai JAMAIS été salarié, toujours indépendant, et c'est bien comme ça, pour moi en tous cas. Quant aux "salariés" du journalisme, ce sont des petits fonctionnaires, et ils sont condamnés à disparaître...
Climousse
Messages : 334
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lu par Climousse » 06 mai 2009, 11:02

LUCSAINT a écrit :Je vis de ce métier depuis 12 ans maintenant, je n'ai JAMAIS été salarié
Ben ça fait donc juste douze ans que tes employeurs sont hors la loi...
LUCSAINT a écrit :Quant aux "salariés" du journalisme, ce sont des petits fonctionnaires...
Merci pour eux, les salariés et les petits fonctionnaires que tu sembles tant mépriser. Si par "petit fonctionnaire" tu entends "fainéant petit bras", pense donc aux localiers qui triment soixante heures par semaine et gèrent un réseau de quinze correspondants, assurant maquette, SR, BAT ; aux pigistes qui assurent les papiers spécialisés des grands journaux, ou sauvent les meubles quand il faut être à la fois rapide et compétent ; aux envoyés spéciaux et grands reporters qui parcourent le globe pour produire de l'information... Et à l'inverse, demande-toi s'il est vraiment condamnable de vouloir juste faire honnêtement son métier, sans y sacrifier sa vie personnelle ou sa santé.
LUCSAINT a écrit :et ils sont condamnés à disparaître
Oui, nous disparaîtrons tous, un jour, sous la pression des patrons qui tentent de nous imposer le statut le moins favorable et celui qui leur crée le moins d'obligation, mais aussi sous la pression de ceux qui jouent leur jeu en croyant être les plus malins, les moins dogmatiques, les plus souples.
Cilou a écrit :le SNJ a demandé que les journalistes soient retirés de la liste des métiers qui peuvent prétendre au statut d'auto-entrepreneur. Il me semble qu'ils ont eu gain de cause, à vérifier.
J'ai vérifié hier, justement, et contrairement à une info qui circule, nous figurons toujours dans la liste des professions du guide de l'auto-entreprise. Il va donc falloir continuer le lobby syndical !
Cilou a écrit :Il me semble que dans l'audiovisuel, de toute façon, les habitudes sont assez différentes de celles de la presse écrite. La pige est rare, les CDD d'usage plus fréquents et certains jonglent aussi avec le statut d'intermittent.
D'après ce que m'avait expliqué une copine qui bossait dans une boîte de production, il y a une subtile différence entre un reportage, réalisé par un journaliste, et un film documentaire, réalisé par un auteur. Le second est plus écrit, plus éditorialisé, et se prête donc probablement à d'autres types de rémunération que le salaire (puisque ce n'est pas à proprement parler un boulot de journaliste, même s'il s'agit d'information).
Et j'ai aussi cru comprendre que dans l'audiovisuel, on jouait volontiers avec les statuts... Cela ne veut pas dire que ça soit légal. Je n'ai rien vu dans la convention collective qui dise que les journalistes de l'audiovisuel ne seraient pas des salariés. Et dans la presse écrite aussi, il y a des usages du même genre, comme un employeur qui tente d'abord le coup des DA, au cas où le journaliste serait prêt à céder... Ce n'est pas pour ça que c'est légal.
toriabo a écrit :Vos opinions dépendent essentiellement de l'activité que vous exercez et par extension, de la définition que vous donnez à la profession de journaliste...
Celle de la convention collective suffit, non ? L'article premier et l'article 5, qui édite les principes professionnels, avec même un additif pour l'audiovisuel ! Il faut autre chose ?


Pour le reste, réserver l'auto-entreprenariat à des activités hors presse (par exemple pour la presse d'entreprise, ou des films de com, ou des sujets dits d'auteur), et se méfier du méli-mélo des statuts auquel Fartiste semble se prêter avec délice, je rejoins Zoom, Cilou, Archaud, Coco... et tous les gens qui font passer la profession avant leur petit pré carré.
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 06 mai 2009, 11:56

LUCSAINT a écrit : Je vis de ce métier depuis 12 ans maintenant, je n'ai JAMAIS été salarié, toujours indépendant, et c'est bien comme ça, pour moi en tous cas. Je suis pigiste depuis 9 ans, je n'ai JAMAIS accepté un payement autre qu'en salaire, même lorsqu'il fallait se battre pour l'obtenir, voire aller aux prud'hommes. J'ai toujours autant de piges, il m'arrive même d'en refuser, preuve qu'on peut être exigeant sur le payement, à condition d'être exigeant dans son travail. Travail de qualité rime avec payement de qualité. Si on accepte un payement de merde (soit un tarif dérisoire, soit un mode de payement illégal), on est obligé de bosser au kilomètre pour parvenir à en vivre, et on finit forcément par faire un travail de merde, sauf à gagner 800 euros par mois, ou à bosser 18 h par jour.
Quant aux "salariés" du journalisme, ce sont des petits fonctionnaires, et ils sont condamnés à disparaître.
Dire qu'un pigiste est un petit fonctionnaire est quand même assez osé, tu n'as pas peur du ridicule. Les pigistes sont quand même parmi les plus précaires (même si le salariat permet de diminuer cette précarité).
Sandorf
Messages : 51
Inscription : 26 janv. 2006, 09:07
Contact :

Message non lu par Sandorf » 06 mai 2009, 12:17

On a déjà souvent abordé ce sujet "pigistes" versus "auto-entrepreneur", il faut savoir faire bouger les lignes sans se crisper : il est vrai que les métiers de la presse changent et il ne faut pas se murer dans ses positions...
- Quand un intervenant parle d'une façon caricaturale et je le comprends de certains journalistes ( qui n'en connait pas "accro" à leur avantages du CE plus que du contenu de leurs feuillets... ) ne répondez pas par la caricature...
- Je pense que par indépendant : il faut comprendre "pigistes" et non salarié et si le mode de règlement de ses piges est "varié" entre salaires et autres formes c'est ainsi que cela se passe dans la "vraie vie" le nier ne sert à rien...
En ce moment tout sujet se résume à la caricature et à la posture "anti tout"... le dialogue est ouvert et il ne faut pas bruler d'office l'un ou l'autre statut possible en oubliant que tout évolue....
fartiste
Messages : 13
Inscription : 04 mai 2009, 23:26
Contact :

Message non lu par fartiste » 06 mai 2009, 15:50

Pour mettre fin à ce débat concernant mon statut, vous pouvez si vous le voulez, considérer que je suis juste rédacteur et non journaliste. C'est mieux? Cela calme vos ardeurs?
Pour répondre à Coco, la couverture sociale est la même que pour une profession libérale sujette à la caisse RSI.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 06 mai 2009, 16:26

fartiste a écrit :Pour mettre fin à ce débat concernant mon statut, vous pouvez si vous le voulez, considérer que je suis juste rédacteur et non journaliste. C'est mieux? Cela calme vos ardeurs?.
Pas du tout calmé ! Car tu as tout faux ! :lol: Car si journaliste est un statut, rédacteur - comme secrétaire de rédaction, photographe... - est une fonction. :P Va falloir que tu trouves une autre terminologie, afin que la tempête retombe ! :D
fartiste
Messages : 13
Inscription : 04 mai 2009, 23:26
Contact :

Message non lu par fartiste » 06 mai 2009, 18:32

OK c'est sans fin... Bon, j'ai des articles à écrire et à me faire facturer. Tant pis si cela vous gêne.
Une dernière chose, ne confondez pas sur ce site les messages qui ont pour vocation d'informer (même si certains pensent que je fais de la désinformation ou de la propagande, ce qui n'est pas le cas) et non de livrer ici et là des messages politiques car finalement vous parlez peu de Droit mais plus de politique. Je suis surpris de voir toute cette aigreur. Moi aussi, j'ai travaillé uniquement comme journaliste indépendant. Je peux comprendre certaines objections mais pour le reste cela tourne à l'hystérie collective...
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 06 mai 2009, 18:59

fartiste a écrit :Tant pis si cela vous gêne.
Fais comme tu veux, je préfère être à ma place qu'à la tienne, surtout le jour où je serai malade, accidentée ou à la retrainte.
finalement vous parlez peu de Droit mais plus de politique.
Ah bon ? rappeler la loi Cressard, ce n'est pas faire du droit mais de la politique ? Et rappeler que la loi doit être respectée, c'est de la politique ?
Je suis surpris de voir toute cette aigreur.
Aigreur, où ça ?
cela tourne à l'hystérie collective...
hystérie collective, où ça ? Selon mon Robert, "Hystérie : comportement violent d'une personne qui ne peut plus se contrôler (cris, pleurs, etc.) ; excitation extrême.
Appeler cette discussion plutôt tranquille une hystérie collective me semble un manque de sang froid. A moins que tu n'aimes pas la contradiction.
zoom
Messages : 332
Inscription : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lu par zoom » 06 mai 2009, 19:14

C'est sur que si tous les pigistes étaient travailleurs indépendants ou autoentrepreneurs, et puis tant qu'à faire, avec des tarifs de correspondants de presse, la presse irait beaucoup mieux... :lol: Pour gagner leur RMI, ils n'auraient qu'à produire plus, ces nantis !

Il ne manque malheureusement pas de médias pour tenter de mettre en pratique ce rêve ultralibéral dès aujourd'hui, au mépris de la loi ! :twisted: Ni de crédules pour leur fournir du contenu... :roll:

J'arrête la "politique" et le "droit", j'ai des articles à livrer, et des bulletins de salaires à classer ... 8)
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 07 mai 2009, 03:29

LUCSAINT a écrit :Le statut de "salarié" ainsi que les modalités d'obtention de la carte de presse, deviennent obsolètes. C'est le journalisme de papa. Ce n'est plus du tout adapté à la réalité du terrain. Je vis de ce métier depuis 12 ans maintenant, je n'ai JAMAIS été salarié, toujours indépendant, et c'est bien comme ça, pour moi en tous cas. Quant aux "salariés" du journalisme, ce sont des petits fonctionnaires, et ils sont condamnés à disparaître...
Lucsaint ne se rend pas compte que s'il peut encore vivre de son activité non salariée, c'est parce qu'il reste dans la presse des règles, des acquis qui ont été obtenus par les petits fonctionnaires salariés et leurs syndicats : la convention collective, la carte de presse, le niveau de rémunération minimal. Et, pour élargir le débat à l'ensemble des salariés petits fonctionnaires de toutes les branches : le Code du travail et l'ensemble des lois sociales. C'est de cela qu'il profite, Lucsaint. Il vit des retombées de ces acquis.
Le jour où toutes ces normes et ces garanties minimales auront sauté, le jour où la presse et le monde du travail en général seront devenus une jungle libérale, il aura bonne mine avec son statut de non-fonctionnaire aventurier au panache flamboyant qui signe ses papiers à la pointe de l'épée, d'un Z qui veut dire Zozo.
Dernier détail : si Lucsaint dressait une liste de petits fonctionnaires salariés casaniers aux manches de lustrine, il pourrait y inclure Albert Londres, Joseph Kessel, Ernest Hemingway, les correspondants de guerre de toutes les guerres depuis les années 1940 et, plus récemment, Florence Aubenas et ses consœurs et confrères otages. Sans oublier les grands directeurs de journaux, de Lazareff à Laurent Joffrin, qui, eux aussi, sont tous salariés.
Bonne chance à notre Rouletabille.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 07 mai 2009, 10:29

coco47 a écrit :
LUCSAINT a écrit :Sans oublier les grands directeurs de journaux, de Lazareff à Laurent Joffrin, qui, eux aussi, sont tous salariés.
Euh, Laurent Joffrin - de son vrai nom, Laurent Mouchard, ça ne s'invente pas - grand directeur de journal ? :shock: Bon, disons, que c'est un point de vue.
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 07 mai 2009, 19:45

archaud a écrit :Euh, Laurent Joffrin - de son vrai nom, Laurent Mouchard, ça ne s'invente pas - grand directeur de journal ? :shock: Bon, disons, que c'est un point de vue.
Oui, je voulais dire gros directeur, directeur connu, médiatique, bref : pas vraiment petit fonctionnaire. L'important étant de comprendre que ceux qui en haut lieu prônent l'auto-entrepreneuriat sont tous salariés, eux. Christine Lagarde, par exemple.
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 08 mai 2009, 15:00

Euh, non, à ma connaissance, les ministres ne sont pas salariés. Ils sont indemnisés, nuance. En gros, ils reçoivent des indemnités pour compenser ce qu'ils ne touchent pas en étant ministres. Mais bon, tout ça est du pinaillage : ils ont une somme fixe à la fin du mois contrairement aux pigistes c'est tout ce qui compte. En plus, le ministre continue de toucher une indemnité jusqu'à la fin de sa vie.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »