Quel salaire pour l'écriture d'un magazine complet ?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 27 mars 2009, 12:44

Lucielu a écrit :Hello tout le monde, c ok, on s'est mis d'accord, sur un paiment en salaire, à 65 euros le feuillet, dégressif, ce qui ferait un feuillet à 55 euros, car ce n'est pas moi qui ai fait tout le travail préliminaire concernant la forme, le plan, ... Une autre question : vous parlez en brut ou en net ? Merci encore pour tous vos conseils.
Les salaires sont toujours exprimés en brut (malheureusement) !
Normalement, ton employeur devrait ajouter à ces 55 euros 10% au titres des congés payés et 10% au titre de la prime de précarité... A moins qu'il les intègre aux 55 euros... :roll:
Lucielu
Messages : 6
Inscription : 11 août 2007, 15:39
Contact :

Message non lu par Lucielu » 27 mars 2009, 13:06

ok ! Merci Ann65 . J'ai encore une question en fait ... Tu as parlé dans un de tes post du statut d'auto-entrepreneur, mon chef m a dit justement que je devrais faire ça, en vue de nouveaux projets, avec ou sans lui, et que d'ailleurs tout le monde devrait le faire. Qu'est-ce que tu en penses toi ? Quels sont les avantages ? Et ça change quoi dans la pratique ? Je suis allée voir sur le site http://www.auto-entrepreneur.fr , mais je ne suis pas sûre de l'application de ce qu'ils expliquent pour une production journalistique ...
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 27 mars 2009, 13:39

Lucielu a écrit :ok ! Merci Ann65 . J'ai encore une question en fait ... Tu as parlé dans un de tes post du statut d'auto-entrepreneur, mon chef m a dit justement que je devrais faire ça, en vue de nouveaux projets, avec ou sans lui, et que d'ailleurs tout le monde devrait le faire. Qu'est-ce que tu en penses toi ? Quels sont les avantages ? Et ça change quoi dans la pratique ? Je suis allée voir sur le site http://www.auto-entrepreneur.fr , mais je ne suis pas sûre de l'application de ce qu'ils expliquent pour une production journalistique ...
Je crois savoir que ce statut n'est pas compatble avec celui de journaliste professionel (celui qui donne droit à la carte de presse). Si tu es rédactrice pour des supports de communication d'entreprise, pas de problème en revanche. Tu t'inscris comme consultante éditoriale et le tour est joué.
Ce qui change par rapport au statut de salarié c'est surtout que tu paies toi même tes charges sociales (environ 40% de ton chiffre d'affaires). Mais tu ne cotises plus aux Assedics !... donc plus le droit au chômage !
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 27 mars 2009, 14:51

Lucielu a écrit : mon chef m a dit justement que je devrais faire ça, en vue de nouveaux projets, avec ou sans lui, et que d'ailleurs tout le monde devrait le faire.
Ben voyons ! Normal que les employeurs soint intéressés, c'est tout bénèf pour eux : pas de charge, souplesse totale, possibilité de terminer la collaboration quand il souhaite (puisqu'on n'est plus salarié, mais fournisseur)...
Mais être auto-entrepreneur est beaucoup moins intéressant qu'être salarié : on paye soi-même ses charges (en statut d'auto-entrepreneur, elles sont faibles... mais les droits sont faibles aussi. A ma connaissance, pas de chômage, pas de cotisation retraite...). On n'a aucune sécurité d'emploi.
Bref, pour le journaliste, c'est l'arnaque. On a une super loi, la loi Cressard, il ne faut surtout pas la vider de son contenu. De toute façon, c'est illégal, du moins quand tu bosses pour une entreprise de presse : d'après la loi Cressard, elle est obligée de te payer en salaire. Et c'est tant mieux.
L'auto-entrepreneuriat peut être intéressant pour d'autres activités que le journalisme (par exemple la com). Attention, le montant maxi qu'on peut toucher par ce statut est limité, et pas très haut ! C'est bon pour un complément, pas pour l'activité principale.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 27 mars 2009, 15:14

cilou a écrit :
Lucielu a écrit : mon chef m a dit justement que je devrais faire ça, en vue de nouveaux projets, avec ou sans lui, et que d'ailleurs tout le monde devrait le faire.
Ben voyons ! Normal que les employeurs soint intéressés, c'est tout bénèf pour eux : pas de charge, souplesse totale, possibilité de terminer la collaboration quand il souhaite (puisqu'on n'est plus salarié, mais fournisseur)...
Mais être auto-entrepreneur est beaucoup moins intéressant qu'être salarié : on paye soi-même ses charges (en statut d'auto-entrepreneur, elles sont faibles... mais les droits sont faibles aussi. A ma connaissance, pas de chômage, pas de cotisation retraite...). On n'a aucune sécurité d'emploi.
Bref, pour le journaliste, c'est l'arnaque. On a une super loi, la loi Cressard, il ne faut surtout pas la vider de son contenu. De toute façon, c'est illégal, du moins quand tu bosses pour une entreprise de presse : d'après la loi Cressard, elle est obligée de te payer en salaire. Et c'est tant mieux.
L'auto-entrepreneuriat peut être intéressant pour d'autres activités que le journalisme (par exemple la com). Attention, le montant maxi qu'on peut toucher par ce statut est limité, et pas très haut ! C'est bon pour un complément, pas pour l'activité principale.
Tout à fait juste, si ce n'est qu'en tant que pigiste, la sécurité de l'emploi... on ne l'a pas non plus !
Je suis moi aussi surprise que cet employeur demande à Lucie de devenir auto-entrepreneur, en tout cas s'il s'agit d'une entreprise de presse, car il il est alors censé payer ses pigistes en salaire et basta...
Si c'est une agence de com, bien sûr la situation est différente et la loi Cressard ne s'applique pas.
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 27 mars 2009, 16:19

ann65 a écrit :Tout à fait juste, si ce n'est qu'en tant que pigiste, la sécurité de l'emploi... on ne l'a pas non plus !
Si, lorsqu'on est pigiste régulier. Je travaille tous les mois pour plusieurs journaux, depuis plusieurs années, et s'ils me viraient, je n'aurais aucun mal à me faire licencier en bonne et due forme. Enfin, disons pas plus de mal qu'un salarié lambda.
Dans le cas de collaborations ponctuelles, c'est différent. Mais on est au moins indemnisé comme chômeur (avec quelques difficultés) lorsqu'on n'a plus de piges. L'auto-entrepreneur n'a même pas ça.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 27 mars 2009, 17:28

cilou a écrit :Si, lorsqu'on est pigiste régulier. Je travaille tous les mois pour plusieurs journaux, depuis plusieurs années, et s'ils me viraient, je n'aurais aucun mal à me faire licencier en bonne et due forme. Enfin, disons pas plus de mal qu'un salarié lambda..
Oui tu pourrais te faire licencier "proprement" et tu partirais avec un peu de pépettes qui te permettraient de voir venir... Mais nous n'avons aucune sécurité de l'emploi. Et puis, on sait aussi comme font certains journaux pour se séparer de leurs pigistes réguliers sans que ça leur coûte trop cher... Ils diminuent progressivement le volume de piges. :roll:
Dans le cas de collaborations ponctuelles, c'est différent. Mais on est au moins indemnisé comme chômeur (avec quelques difficultés) lorsqu'on n'a plus de piges. L'auto-entrepreneur n'a même pas ça
Je suis d'accord. Renoncer au salariat c'est un peu suicidaire à mon avis. Ça peut être pratique d'être inscrit en tant qu'auto-entrepreneur pour pouvoir faire OCCASIONNELLEMENT des factures en toute légalité. C'est comme ça que je vois les choses en tous cas...
habitat_media
Messages : 9
Inscription : 23 nov. 2008, 14:15
Contact :

Message non lu par habitat_media » 27 mars 2009, 18:24

Merci de nous communiquer vos coordonnées et vos références. Nous éditons un magazine sur l'habitat et vos compétences peuvent nous intéresser.

HABITAT Média
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 27 mars 2009, 21:42

ann65 a écrit : Oui tu pourrais te faire licencier "proprement" et tu partirais avec un peu de pépettes qui te permettraient de voir venir... Mais nous n'avons aucune sécurité de l'emploi.
Comme n'importe quelle autre personne en CDI.
Et puis, on sait aussi comme font certains journaux pour se séparer de leurs pigistes réguliers sans que ça leur coûte trop cher... Ils diminuent progressivement le volume de piges. :roll:
Oui. Là, c'est moins facile, mais il y a quand même des solutions.
LUCSAINT
Messages : 48
Inscription : 25 mars 2005, 10:40
Contact :

Message non lu par LUCSAINT » 28 mars 2009, 20:47

cilou a écrit :
ann65 a écrit :Tout à fait juste, si ce n'est qu'en tant que pigiste, la sécurité de l'emploi... on ne l'a pas non plus !
Si, lorsqu'on est pigiste régulier. Je travaille tous les mois pour plusieurs journaux, depuis plusieurs années, et s'ils me viraient, je n'aurais aucun mal à me faire licencier en bonne et due forme. Enfin, disons pas plus de mal qu'un salarié lambda.
Dans le cas de collaborations ponctuelles, c'est différent. Mais on est au moins indemnisé comme chômeur (avec quelques difficultés) lorsqu'on n'a plus de piges. L'auto-entrepreneur n'a même pas ça.
les statuts indépendants (auto-entrepreneur, indépendant ou mm SARL) permettent plus de flexibilité pour tt lemonde, employeurs et employés. Et c'est pas du luxe car le métier de journaliste est en train de changer, nous devenons capables de bosser sur plusieurs fronts : adaptations, traductions, corrections, photos, conseils, récritures, etc. en plus du boulot classique. Mieux vaut s'adapter plutôt que rester arc-bouté sur une législation obsolète et inadaptée au terrain.
Enfin pour répondre à la dernière question de Lucielu, c'est vrai qu'on paie ses charges soi-même (25 à 45% suivant le statut), mais il suffit de demander plus à ton employeur !
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 29 mars 2009, 21:48

LucSait, sais-tu pourquoi la loi Cressard a-t-elle été établie ? Pour des raisons de déontologie : tu ne peux pas faire un bon boulot de journaliste si tu te demandes le soir comment tu boufferas. Un journaliste doit pouvoir résister à des pressions, notamment des pressions économiques. Un journaliste "indépendant" comme tu le réclames est au contraire un journaliste très dépendant !
c'est vrai qu'on paie ses charges soi-même (25 à 45% suivant le statut), mais il suffit de demander plus à ton employeur !
Quelle naïveté de croire que l'employeur acceptera !
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »