auto entrepreneur, l'avantage ?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 19 janv. 2009, 10:06

Oui. Mais tous en auront-ils la possibilité ?
bigoud
Messages : 4
Inscription : 22 déc. 2008, 18:12
Contact :

Message non lu par bigoud » 21 janv. 2009, 10:42

En fait, pour une activité comm, les charges + impôts s'élèvent à 20,5% du chiffre d'affaires (18,3% + 2,2%) et sont à payer mensuellement ou trimestriellement.
Si vous êtes au chômage, vous pouvez demander la moitié du montant total des indemnités que les Assedic vous verseront sur 23 mois. Elles seront versées en deux moitiés, la première immédiatement, la seconde six mois plus tard. Ainsi, vous sortez du cadre Assedic, vous n'êtes plus chômeur.
gerald75015

Message non lu par gerald75015 » 24 janv. 2009, 09:55

Bonjour, j'ai ouvert spécialement un compte pour intervenir dans ce débat et vous poser une question : l'un d'entre vous a-t-il pris ce fameux statut d'auto-entrepeneur ? Pour ma part, très intéressé par ce nouveau statut (pour proposer des travaux de rédaction à des entreprises, notamment), je me suis adressé à l'URSAFF... et il m'a été indiqué que je ne pouvais pas exercer aujourd'hui ce genre d'activité sous le statut d'auto-entrepreneur. Du moins, ce ne serait possible, a priori, qu'après le vote d'une loi (ou la publication d'un décret ?) qui interviendrait courant février. En attendant, l'URSAFF me conseille d'opter pour le régime de l'entreprise individuelle, qui comporte bien moins d'avantages que le statut d'auto-entrepreneur ! Alors, je suis un peu étonné en parcourant ce forum : je crois comprendre que certains d'entre vous ont déjà opté pour ce statut ou sont sur le point de l'adopter ? Mon interlocuteur à l'URSAFF était pourtant formel : pas de statut d'auto-entrepreneur, aujourd'hui, pour les rédacteurs ! Point barre...
Alors ?...
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 24 janv. 2009, 13:19

Alors...eh bien, la loi demeure la loi, et les journalistes payés à la pige, des salariés à part entière...Comme je l'écrivais sur un autre fil du forum, toute entreprise de presse qui adopterait ce principe se risquerait à un sévère redressement de l'Urssaf.

D'autre part, l'accord pigiste - contre lequel, à tort, mais c'est un sujet abondamment débattu sur ce forum, nombre de syndicats, dont le SNJ, ont pesté - entre bientôt en vigueur, si ce n'est déjà fait. Il accorde des droits aux pigistes au sein de l'entreprise, sous certaines conditions, comme la possibilité de bénéficier du comité d'entreprise, d'être élu, de profiter des plans de formation, etc. A l'évidence, on ne peut être indépendant de ladite entreprise et bénéficier desdits avantages. C'est pourquoi le statut d'auto-entrepreneur ne saurait s'appliquer aux journalistes professionnels. Pour cela, il faudrait détricoter la loi Cressard, ce qui reste improbable.

En revanche, quoique n'ayant pas poussé plus en avant la réflexion, je me dis que ce statut pourrait peut-être convenir à un journaliste professionnel pour ses activités secondaires, comme l'écriture d'un livre, l'animation de conférences, etc, de manière à lui ouvrir des droits que les paiements en droits d'auteur ne permettent pas. Reste à savoir si ce statut est légalement possible pour ces activités. Si tel est le cas, c'est à étudier de près.
gerald75015

Message non lu par gerald75015 » 25 janv. 2009, 14:04

Heu... désolé, mais tu ne réponds pas du tout à ma question. Je la reformule : l'un d'entre vous a-t-il déjà opté pour ce statut d'auto-entrepreneur ? Avez-vous contacté l'URSAFF ? Que vous a-t-on dit ? Pour ma part, l'URSAFF m'a opposé une fin de non-recevoir : non, ce statut d'auto-entrepreneur ne concerne actuellement pas les rédacteurs. Pas encore en tout cas. On me propose donc, à la place, d'opter pour le régime de l'entreprise individuelle, qui offre bien moins d'avantages.
Merci de me faire part de vos réactions et témoignages pour que les choses soient un peu plus claires pour moi comme pour l'ensemble des rédacteurs qui seraient intéressés par ce nouveau statut fiscal.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 25 janv. 2009, 14:53

Un journaliste, qu'il soit payé à la pige ou permanent, est, au regard de la loi (code du travail), un salarié, qui doit donc être rémunéré en salaire. Toute autre forme, et notamment celle que l'on a cru bon de te conseiller, serait en contravention avec les lois en vigueur.
Une seule issue : créer une agence de presse. Mais sache que le statut d'agence de presse, qui bénéficie des mêmes souplesses fiscales que tout autre entreprise de presse, n'est donné qu'a posteriori, sur étude de ton dossier, par la Commission des agences de presse (cherchez sur google le détail des conditions).
Au-delà de cette solution, qui n'est sans doute pas adapté à ton cas au demeurant, point de salut, travail de journaliste = salariat. Point barre.
gerald75015

Message non lu par gerald75015 » 25 janv. 2009, 15:44

Merci pour ta réponse. Mais elle ne peut pas me convenir dans la mesure où je ne souhaite pas rester journaliste ! La précarité extrême qui règne aujourd'hui dans ce milieu (quel groupe de presse n'a pas annoncé un plan social au cours de ces derniers mois ?) a eu raison de mon enthousiasme. Non, aujourd'hui, je souhaite plutôt développer une activité de rédacteur pour des entreprises, des agences de communication... (Exit, donc, ma carte de presse). C'est le genre d'activité qu'on peut exercer en free-lance mais je m'interroge (c'était et cela reste l'objet de mon intervention) sur le statut à adopter et plus précisément sur la compatibilité de cette activité avec le régime de l'auto-entrepreneur... Voilà !
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 25 janv. 2009, 16:21

Attention au quiproquo : il se pourrait que l'URSSAF t'ai répondu cela, dans la mesure où il est possible que ce statut ne soit pas entré encore en vigueur. Ca ne saurait tarder Mais il me semble bien avoir lu que l'activité que tu souhaites développer fait partie des professions visées.
D'autre part, méfie-toi de la poule aux yeux d'or ! Outre les charges à régler, il te faudra obligatoirement chaque année payer X milliers d'euros à la CIPAV (http://www.cipav-retraite.fr/), pour une retraite pas terrible du tout. C'est le problème des non-salariés. Quoique il ne soit pas nécessaire de se faire des cheveux blancs pour certaines professions libérales, bien pourvues. :D
Misty

MEFIANCE

Message non lu par Misty » 25 janv. 2009, 19:35

A priori, avec la derniere liste en vigueur, journaliste, journaliste indépendant et pigiste N'ENTRENT PAS dans le statut d'auto entrepreneur
bigoud
Messages : 4
Inscription : 22 déc. 2008, 18:12
Contact :

Message non lu par bigoud » 25 janv. 2009, 19:48

Je me suis renseigné auprès d'une chambre de commerce : il est tout à fait légal pour un journaliste désireux de réaliser des travaux de communication (pour des entreprises ou des boites de com ) de prendre ce statut auto entrepreneur. A condition de ne pas dépasser 32 Keuros de chiffre d'affaires par an.
gerald75015

Message non lu par gerald75015 » 25 janv. 2009, 19:56

Hum... Je vois que, d'un message à l'autre, vos informations se contredisent et je suis de plus en plus perplexe ! Quelqu'un parlait d'une liste mentionnant toutes les activités concernées par le statut d'auto-entrepreneur, peut-il nous fournir un lien pour la consulter ? (En espérant qu'elle soit à jour). L'info n'est en tout cas pas disponible sur le site officiel www.lautoentrepreneur.fr. Dommage...
Merci par avance !
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 25 janv. 2009, 20:29

Oui, Bigoud, je pense que tu es dans le vrai, j'en suis même certain. En revanche, ce statut ne s'applique d'aucune manière à une activité journalistique proprement dite, et c'est heureux !
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 25 janv. 2009, 21:39

Bigoud dit que ça marche si on reste sous 32000 euros de CA par an. Si on enlève les charges, la retraite comme le souligne Archaud... il ne reste pas tant que ça. Il me paraît difficile de vivre exclusivement avec ce statut, non ? Clairement, cela ne peut marcher que si on mélange journaliste payé en salaire + rédacteur de com sous le statut auto-entrepreneur, payés en factures.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 26 janv. 2009, 08:24

cilou a écrit :Clairement, cela ne peut marcher que si on mélange journaliste payé en salaire + rédacteur de com sous le statut auto-entrepreneur, payés en factures.
Je pense même que c'est un excellent système, qui permettra de "légaliser" les activités secondaires des journalistes, qui continueront d'être payés en salaires. Engranger des points retraite pour des activités annexes, ce que l'on a coutume de nommer les ménages, je trouve cela très opportun, mille fois mieux que des factures - que l'on n'a pas le droit d'émettre quand on n'est pas profession indépendante / libérale -, qui n'offraient aucune protection sociale.
Comme je l'écrivais ailleurs ce week-end, cette disposition devrait même être étendue à l'activité d'écrivain. Pour en finir avec ces foutus paiements en droits d'auteur, lesquels, sauf à avoir perçu au minimum 900 fois le SMIC horaire, n'apportent aucune couverture, tout en se faisant ponctionner de la CSG, RDS et autres joyeusetés sociales. :twisted:
indé
Messages : 4
Inscription : 27 janv. 2009, 15:36
Contact :

Message non lu par indé » 27 janv. 2009, 15:44

Bonjour

Je viens de m'inscrire sur le forum pour partager mon expérience, qui ne va pas dans le sens du poil. Désolé par avance auprès des pigistes syndiqués, mais je me considère comme journaliste-pigiste en ayant créé une entreprise individuelle pour facturer articles et photos dans un domaine très spécialisé. Conséquence, après batailles et rencontres, la CCIJP me refuse toujours ma carte de presse. Mais je préfère vivre (plutôt correctement) sans, que de figurer dans la liste des précaires salariés, avec. Je précise que je ne fais pas de com, mais bien de la presse écrite uniquement. Et ce depuis maintenant 11 ans.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »