Page 1 sur 3

Piger quand on est intégré ?!

Publié : 19 févr. 2007, 22:00
par babychoux
Bonjour,

Voilà, je suis intégrée depuis plus d'un an dans une rédaction... et j'aimerais élargir mes champs de compétence par des piges. Je crois savoir que cela est interdit quand on est intégré mais je voudrais d'une part en avoir la confirmation et d'autre part avoir des témoignages de personnes étant ou ayant été dans mon cas.
Autres questions : quels risques est-ce que je prends en pigeant ? Si on me propose des piges se rapprochant de mes rubriques actuelles, dois-je accepter ? quite à peut être être obligée de traiter du même sujet dans quelques mois pour la rédaction dans laquelle je suis intégrée. En plus d'un pseudo, faut-il prendre d'autres précautions (par exemple prendre une autre adresse électronique pour que les attachées de presse ignorent qui se cachent derrière le pseudo, etc.)

Merci d'éclairer ma lanterne !

A bientôt

Publié : 19 févr. 2007, 22:39
par havas
A priori tu as une clause de non-concurrence dans ton contrat d'embauche qui t'interdit de travailler pour un concurrent direct à ta rédaction ou sur des sujets qui soient susceptibles d'être exclusifs ( par la bible ou le réseau ) à ta rédaction.
En clair si les infos sur lesquelles tu travaille pour d'autre proviennent de ta rédaction ( fil AFP, dépèches, mailing, dossiers de presse ) tu ne peux pas t'en servir pour bosser chez quelqu'un d'autre.
Par ailleurs si tu es amenée à publier pour un autre éditeur un papier que tu vas traiter chez le tien, tu t'exposes à des poursuites.
Et déontologiquement, c'est zéro.
Surtout que dans la mesure où tu intégrée, tu devrais laisser l'opportunitée à des pigistes de travailler.
Je peux comprendre que tu veuilles mettre du beurre dans les pâtes, mais dis toi bien que tout se sait très vite dans notre milieu... qui fait quoi avec qui..
A tes risque et périls.

Convention collective

Publié : 20 févr. 2007, 11:26
par Jarod
Bonjour,
Tu dois savoir également que la convention collective des journalistes (dont l'article 7) t'impose de demander une autorisation écrite à ton employeur pour une "collaboration multiple" (c'est le terme officiel). Il a un délai pour répondre, et peut refuser si cela nuit au intérêts de la publication, mais doit se justifier si il refuse.
Un conseil, commence par faire un tour par ici :
http://www.mediasinfos.com/ccntj.htm
Jarod

Publié : 21 févr. 2007, 10:48
par farrell2
Ce que personne n'ose te dire, c'est qu'un pigiste trouvera parfaitement dégueulasse qu'un salarié fasse des "ménages" à côté et mange dans son assiette. Déjà qu'il n'y en a pas lourd...

Publié : 21 févr. 2007, 11:20
par Zeho
petit préalable : je suis pigiste et n'ai jamais été en poste fixe

Une question que je me pose par rapport à vos réactions : est-ce qu'on demande à un pigiste qui gagne plus qu'un journaliste en poste de limiter ses piges pour égaliser les situations ?

A toujours tenir compte des autres on avance pas. Je respecte mes confrères, j'applique une déontologie stricte (je le souligne pour ne pas qu'on vienne me dire que je parle de travailler pour deux journaux concurrents sur les mêmes sujets hein), mais je n'irais pas m'empêcher de travailler sous pretexte qu'un potentiel autre parfaitement inconnu gagnera au bout du compte moins que moi. Si je veux travailler le soir et le week-end ça me regarde.

Publié : 22 févr. 2007, 16:35
par cath
Exactement !

Publié : 23 févr. 2007, 00:10
par havas
Techniquement il faut reconnaïtre qu'un pigiste peut traiter moins de sujets et à moins de garanties de revenus qu'un "posté"...
Après il y a des pigistes qui gagnent très bien leur vie, plus que des "postés", mais toujours dans la glorieuse incertitude du sport...

Publié : 24 févr. 2007, 11:49
par havas
On ne dit plus cocktail dinatoire depuis au moins, pfouh, si xmois... maintenant c'est pince-cul apéro ( plus hype )

Publié : 24 févr. 2007, 14:03
par cilou
Je ne suis pas dans le coup. C'est quoi la bible, en journalisme ?

Publié : 24 févr. 2007, 15:23
par havas
La Bible, c'est la version select du réseau ; c'est le catalogue de personnalités que tu peux joindre en moins de cinq minutes : ministres, artistes, chefs d'entreprises, sportifs, délégués syndicaux, etc...
Ce qui t'apporte une valeur ajoutée non négligeable lorsque tu postules pour une place dans un canard : bien souvent les DRH s'interessent plus à ta bible qu' à on expérience. Et des fois c'est bien malheureux...

Merci pour vos réponses

Publié : 26 févr. 2007, 08:46
par babychoux
Vos réponses sont très intéressantes. Dommage que ce gouffre entre journalistes pigistes et journalistes intégrés soient toujours aussi présents. Les uns vivent souvent dans l'ignorance totale des conditions de travail des autres... Ne vous imaginez pas que parce qu'on est intégrés tout est rose. Quoi que certains en disent, nous sommes embarqués dans le même bateau et les difficultés, incertitudes et angoisses du métier sont les mêmes pour tous.
Bonne journée

Publié : 26 févr. 2007, 13:31
par zoom
... sauf qu'il y a un salaire a la fin du mois, et le droit aux assedic si çà se passe mal.
Le pigiste n'a generalement pas de parachute en cas de baisse d'activité, sauf a se griller avec un employeur indelicat. Cà nous rend parfois "nerveux" ... :oops:

On ne va pas polémiquer...

Publié : 26 févr. 2007, 13:46
par babychoux
Il y a des avantages et des inconvénients à toute situation. Je peux concevoir l'incompréhension qui règne parfois entre le camp des pigistes et celui des intégrés. Je regrette simplement que ces "camps" existent avec autant de force. En tant que journalistes, nous sommes tous amenés à être un jour pigistes, intégrés, exploités ou virés... Certaines personnes rendent le milieu de la presse obscure voire dégueulasse. Je ne pense pas qu'il faille en rajouter de notre côté. Si un jour tu es intégré, tu comprendras certainement mieux ceux qui le sont aujourd'hui et qui rêvent de retourner à la pige...
Enfin, ceci est un autre débat.
Bonne journée et merci pour vos réponses

Re: On ne va pas polémiquer...

Publié : 26 févr. 2007, 14:35
par cilou
babychoux a écrit :tu comprendras certainement mieux ceux qui le sont aujourd'hui et qui rêvent de retourner à la pige...
Qui les en empêche ?
Personne. Uniquement l'aspect matériel, bien sûr.
Quand on a dit ça, on a pratiquement tout dit. Bien sûr que beaucoup de journalistes intégrés en ont marre de l'ambiance de leur rédaction, d'avaler des couleuvres, de bosser comme des malades, etc. Mais ils ne sont pourtant rares à franchir le pas de (re)venir à la pige. Parce qu'ils savent bien ce qui les attend financièrement et en matière de précarité.

Bien sûr, tu as raison, il ne faut pas opposer pigistes et intégrés. Mais il faut quand même réaliser que leur situation est généralement très différente.

PS. Je suis pigiste, mais j'ai été plusieus fois intégrée, je connais leur quotidien.

Publié : 26 févr. 2007, 16:17
par zoom
L'antagonisme supposé entre intégrés et pigistes vient aussi souvent du fait que les gens qui sont les donneurs d'ordre des pigistes, et qui parfois les font chier au-delà du raisonnable sont des journalistes "intégrés"...:twisted:
De la part de ce genre d'olibrius, je ne ressens pas forcément une grande compréhension ou une grande solidarité professionnelle.:evil: C'est toujours facile de sucrer une pige (et le salaire qui va avec) quand on est soi-même raisonnablement sûr d'avoir un salaire a la fin du mois (meme si les perspectives a long terme sont incertaines pour tous).
Alors quand ces mêmes casse-c... sont eux-même d'anciens pigistes, çà énerve.
Pour paraphraser Coluche, tous les journalistes sont égaux mais certains le sont plus que d'autres ... :lol: