Page 1 sur 18

LA BLACK-LIST DU JOURNALISME

Publié : 18 févr. 2006, 20:46
par Fennek
Persecuté par un chef de rubrique fou en stage gratuit? Exploité, travail volé, notes de frais non remboursées? Laissez ici vos témoignages mais aussi des NOMS, ceux d'entreprise baffouant le droit du travail ou l'ethique.

Je vais donc commencer par la presse Spécialisé informatique avec un cas d'école: fjm publication.

Une enseigne prestigieuse avec un turn-over de pigistes digne de Macdo. Fjm c'est plus qu'une entreprise, une vraie mafia avec une seule adresse (fictive) pour une cinquantaine de titres. Vous voulez travailler pour eux? Ils vous demandent un "echantillon" de 16000 signes qui risque fort de se retrouver edité à votre insu (et à celui de votre compte en banque ). Si vous êtes malin, vous arriverez peut-être à mendier une pige sur 4 effectuée (10 000 signes la pige de base à 15 euros). Une "looser-story" salué par les publicitaires et les editeurs de jeux, qui refusent tout simplement de bosser avec eux. Pour contourner divers obstacles juridiques, ils ont une passion: editer un nouveau canard tout les trois mois.

Fjm publication est devenu par la force des choses la bonne blague dans la branche. Un conseil aux ex-pigistes: evitez de vous en vanter (dans votre CV).

Publié : 18 févr. 2006, 21:13
par future grande journaliste
Tiens, j'aime bien ton idée, alors je continue ta liste :
- Alpes 1 à Gap : si vous voyez une annonce pour un poste de journaliste, fuyez !!! Cette radio est dirigé par un élu, au conseil général si mes souvenirs sont bons, donc vous voyez déjà la liberté d'expression de la rédaction ! Mais ce n'est pas tout, ce monsieur va vous demandez de passer des tests de présentation de journaux EN DIRECT sur l'antenne et de faire un ou deux reportages, tout cela gratuitement bien entendu
- Mavilletv à Nantes : je déconseille aux filles tant que A.M est dans l'équipe, sexisme et réprimande...

Publié : 20 févr. 2006, 10:43
par nomade
Alors continuons la liste:

le mensuel "AFRIQUES" a été créé à Bruxelles il y a 6 mois par un ex de Jeune Afrique, et diffusé en Afrique et en France. Le directeur jurait qu'il allait concurrencer Jeune Afrique, qu'il avait du cash pour 6 numéros au moins, que les annonceurs se bousculeraient...

Résultat après 6 mois: toujours pas de pub digne de ce nom, gestion à la petite semaine, le rédac chef a (été) démissionné après 3 mois, ses notes de frais jamais payées, les pigistes pas payés non plus, mais le directeur s'en fout, vu le nombre de candidatures spontanées qui atterrissent sur son bureau! Surtout d'Afrique... Les pauvres, verront-ils un jour leur argent?

De la mauvaise gestion à l'escroquerie pure et simple, il n'y a qu'un pas.

Publié : 28 févr. 2006, 16:37
par proxy
Bjr Messieurs-Dames :)

Allez mes sources persos dont je me suis fait grugé en droits d'auteur, moultes relances et procès aux Prud'hommes + recours aux URSSAF:

DMP-France

IT-Media (vnunetblog)

Bon courage

proxy

...

Publié : 28 févr. 2006, 17:53
par Fennek
DMP c'est pas le groupe informatique spécialisé dans le ctrl-c+ctrl-v de leurs petits camarades qui eux même copillent allégrement les forums????

Publié : 28 févr. 2006, 20:40
par proxy
Slt "Petit Renard des sables" :P

Là je ne saurais te dire si ce n'est qu'une Instance au Conseil des Prud'Hommes est en cours pour ré-exploitation d'article non autorisée et non réglée + salaires précédents versés en droits d'auteur= illégal!

http://www.categorynet.com/v2/boards/vi ... php?t=5817

Resultat le 06.05.2006 :D

@+

Publié : 01 mars 2006, 12:55
par Pommelune
Bonjour!
Pour ma toute premiere pige je suis deja confrontée au paiement en cacahouètes avec fjm publications:

Tarif minimum présenté par le SNJ: 60 € pr 1500 signes soit 0,04 cts/s
Tarif pr un mag de jeux video fjm : 28 € pr 6000 signes soit 0,0046cts/s
ou 7 € pr 1500 signes ....
SCANDALEUX!

Je ne sais pas si ils ont vu mon jeune âge sur la fiche de renseignement à compléter, peut être ont-ils pensé "tiens 22 ans! allons lui donner un peu d'argent de poche!"

A savoir ma pige est une interview exclusive, qui vaut vraiment de l'or car la personne est très difficile à contacter, à faire parler, et le jeu en question est LE filon dans la presse jeux video depuis sa sortie.
Par ailleurs, le rédacteur de la section des MMOs m'a lui même dit "on vous remercie d'avoir pensé à nous, d'autant plus que nous manquons d'interview,et en plus sur ce jeu", "plus nous avons d'infos sur ce jeu plus nous sommes heureux!".

Affaire en cours de négociation... :wink:

Publié : 01 mars 2006, 15:08
par maya
Bientôt FJM ne pourra même plus payer en cacahuètes :roll:
Ils sont en plein redressement fiscal carabiné (et y'a du boulot) et aux dernières nouvelles, les caisses seraient vides au point de ne pas pouvoir régler le salaire de misère des employés...

Pour rajouter mon grain à la black list:
A fuir: Théâtral magazine, la rédactrice en chef a tendance à oublier de payer ses pigistes et à faire la morte.

Le magazine INNER, qui paye en statut d'intermittent du spectacle. De journaliste vous devenez cadreur monteur (pour une nouvelle :lol: )

Publié : 01 mars 2006, 18:36
par gugi
Il y avait déjà eu un topic similaire, mais c'est en effet une bonne idée de remettre cela au goût du jour et de dénoncer sans aucun doute de nouveaux abus.

J'en profite donc pour remettre ici ma mauvaise expérience (dont j'ai un peu retouché et étoffé le résumé) déjà postée :



But! (Foot Edition), (depuis racheté par Sporever), et par la même France Rugby (B.B.J.R.), à Nanterre.

Ils traitent les stagiaires comme des moins que rien là-bas, et profitent un max si vous ne dites rien. Sinon, ils vous renvoient chez vous en profitant de failles administratives dans les conventions (et du manque de gnaque des écoles -j'avais pourtant envoyé une lettre de 8 pages concernant mon expérience et leurs agissements à la mienne- ), en vous accusant aussi d'un peu tout et n'importe quoi pour tenter de (pitoyablement) se justifier.

En gros vous signez pour un poste de stagiaire à la rédaction du Foot, pour 4 mois, et vous vous retrouvez à faire le larbin (saisie, coups de téléphone) à la rédaction... rugby (plus ou moins même société, même bâtiment).
On vous promet des trucs (2 mois à Paris, 2 mois dans votre ville pour une édition régionale du journal), sauf qu'avec eux un jour c'est blanc, un jour c'est noir. Donc si rien n'a été écrit, vous pouvez vous asseoir dessus, vous entendant dire un peu plus tard qu'il n'en a jamais été question...
(ceci dit même les choses écrites ils s'en embarassent pas alors :roll: )

A noter qu'une fois être (enfin) passé à la rédaction football, durant cette dernière semaine de ma triste expérience, j'ai été totalement délaissé, et devais pour finir me contenter de faire acte de présence en gros (ce dont j'avais vraiment eu de plus en plus de mal psychologiquement à faire au fil des jours devant cette situation).

Quand au bout d'un moment vous avez trop ouvert votre clapet (cordialement je précise) pour rechigner à faire ce qui n'était pas prévu et vouloir faire respecter les engagements initiaux (après avoir pourtant fait des concessions à faire le sale boulot pendant une 15aine de jours), on vous vilipende et on profite d'une faille administrative pour... dire qu'on a plus besoin de vous et vous renvoyer chez vous ! :x
La faille ? Une convention de 4 mois partagée en 1 mois/3mois, car à cheval sur 2 années universitaires.
Si vous dites que le stage avait été signé pour 4 mois (dommage je n'avais pas le courrier initial sur moi ce jour là) et qu'un papier explicatif était fourni avec la 1ère convention pour dire que la seconde arrivait en septembre, la secrétaire de rédaction (un smiley qui vomit serait bien approprié pour illustrer ce que je pense d'elle) refusera donc de signer la 2ème convention en vous disant... qu'elle n'a jamais reçu ce fameux papier explicatif (alors qu'elle a bien reçu la 1ère convention qui était avec puisqu'elle m'avait été rendue signée). :roll:
Et ce n'est qu'un des exemples de la profonde malhonnêteté qui suinte des murs de cette boîte.

Bref 1 mois de frais engagés (logement, transport) pour une expérience professionnelle nulle (si ce n'est de découvrir pour la première fois de vrais bons enfoirés dans le métier), et une expérience humaine désastreuse.
Mentions spéciales au rédacteur en chef Olivier Rey le bien connu, pour qui (notamment) "quand on est stagiaire on ferme sa gueule !" (pourtant vu son piètre niveau il n'a vraiment pas de quoi se prendre pour un cador ce type), et à sa secrétaire de rédaction totalement imbuvable et hypocrite.
Je sais pas si avec la prise de participation de Sporever, l'organigramme est le même aujourd'hui.

En tout cas le journal en lui-même (sorte de Voici du Foot) n'a jamais été réputé, et on comprend encore mieux pourquoi quand on y "prend part"...

Sinon j'ai aussi entendu (au conditionnel donc) de la bouche de pigistes de là-bas, que certains pigistes justement n'étaient parfois pas payés pendant plusieurs mois. Sachant sinon qu'ils n'hésitent apparemment pas à les garder un maximum de temps pour les payer au lance-pierre (si ils sont payés...).

Bref, maison à fuir.

a fuir aussi

Publié : 01 mars 2006, 19:25
par amstramgram
BERBERE TELEVISION, surtout si vous êtes une fille. On va vous dder de travailler gratuitement pendant 2 mois pour voir...après vous allez subir les pression du directeur, un vieux pervers frustré, qui va se mettre à passer à tout bout de champ dans votre bureau...
au secours! :shock:

Publié : 02 mars 2006, 03:34
par BOUSSICOT
"Il y avait déjà eu un topic similaire"

OUI...MAIS Y A TOUJOURS NOUVEAUX PIGEONS POTENTIELS QUI SORTENT DES ECOLES DE JOURNALISME.

Publié : 02 mars 2006, 03:36
par BOUSSICOT
BERBERE TELEVISION, directeur, un vieux pervers frustré

IL DEVRAIT RENOMMER SA BOITE "PUBERES TELE" ... :)

Publié : 02 mars 2006, 10:03
par proxy
Bjr toutes & tous;)

Je liste tous ces gens peu recommandables = 16Ko de fichier texte :?

Dans "mon métier de subsistance" de la Sécurité Physique c'est pas mal non plus...obligé de recourir aux Prud'Hommes pour arriver à se faire payer son simple salaire de misère...et de la peur :evil: :x

Maintenant il faudrait payer pour travailler et en plus le pantalon sur le bras et en marche arrière :!:

La vaseline payée par le salarié bénévole :(

Monde de co..ards :evil:

des gros poissons dans la black-list...

Publié : 02 mars 2006, 10:27
par massalia
Salut ! C'est ici qu'on balance ?!

RMC info : Un mois de stage (gratos) concluant en Province, je décroche mes premières piges à Paris : presque tous les dimanches pendant deux-trois mois. :)
Puis au mois de novembre, on me propose deux semaines pendant les fêtes de Noël, j'accepte of course... Mais autour du 15 décembre, j'apprends que, finalement, je ne ferai que cinq jours. :? Ben, tant pis, je prends quand même... cinq jours, de 15h à 23 heures, 24 et 25 décembre inclus.
Le jour de Noël, un cadeau : le DRH m'apprend qu'ils viennent d'embaucher quelqu'un qui commence en janvier, quelqu'un "de plus expérimenté" que moi, de fait, je risque d'avoir moins de propositions de leur part dans les prochains mois... :cry: En effet : plus une seule proposition au cours des trois mois qui suivent. Juste pour voir, je relance, une fois, deux fois, en précisant que je suis disponible en semaine, mais pas le week-end, car j'ai décroché un CDI à temps partiel ailleurs (voir ci-dessous).
Coup de fil du DRH 8) : "Bonjour (comme si on s'étaient quittés la veille), vous êtes dispo dimanche ?
-Ben non, comme je vous l'ai indiqué, je travaille tous les week-ends, je ne suis plus disponible le dimanche :roll: .
-Ah, bon, tant pis..."

Re-coup de fil deux ou trois semaines après :
"C'est Machin à RMC 8) , bonjour. vous êtes dispo dimanche ?
-... :shock:

AFP-audio (en réalité A2PRL, l'agence n'a plus rien à voir avec l'AFP) : C'est là que je décroche un CDI à temps partiel le week-end. Horaires : 14h-23h. Tout se passe bien pendant six mois. :D Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une petite agence de presse audio qui fournit, notamment, des flashes infos aux radios locales pas assez riches pour s'offrir un journaliste. Mais à la rentrée, le boss, 8) Chose de Truc de Schmurtz, opère un grand remaniement dans la boîte. Il décide de changer mes horaires :? : désormais, ce sera 6h-12h et 16h je sais-plus-quoi, sans taxi pour traverser Paris le matin bien sûr ( 8) "si y'a pas d'métro, z'avez qu'à faire du vélo, ah, ah". véridique... :evil: ), à charge pour moi de m'occuper comme bon me semble entre 12 et 16h, ou de me taper deux heures de métro pour rentrer chez moi et revenir au boulot après :( . Un vrai foutage de gueule, même pas juridiquement correct, puisque je n'aurai plus le temps de repos légal d'un jour à l'autre (amplitude horaire trop élevée). Je refuse le changement :x , le boss 8) me suggère de démissionner. Je vous passe les détails, mais n'ayant pas le courage de mettre les prud'hommes sur le coup, je finis par me faire licencier, et pour l'emmerder un peu, je me fais payer mon préavis sans bosser (merci la convention des journalistes). J'ai quand même failli étrangler ce c... pendant l'entretien de licenciement : la mauvaise foi incarnée, le gars, bon courage à ceux qui le fréquentent...

Métro : J'ai même pas la force de développer, là... Je sais pas comment font ceux qui bossent là-bas. J'ai tenu un mois et demi, pigiste en province. Il fallait que je propose trois-quatre sujets par jour (si possible du bon fait-div' qui fait peur dans les chaumières), sans aucune garantie d'être publiée. Résultat : accaparée sans possibilité de faire autre chose que cette m....-là. Pfff. En plus, on retouchait mes articles avant le bouclage sans rien me demander, en rajoutant des fautes d'orthographes une fois sur deux :evil: !!! (véridique ! de quoi devenir diiiingue)

Le Monde : Un simple stage décroché à la sueur de mon p'tit front (défrayé, celui-là, y font ça bien, au Monde). Un mois au service étranger, le rêêêve :D Pas de bol, c'est le mois de la canicule en France et de la mort de Trintignant sous les poings de Cantat, alors l'international, tout le monde s'en fout :? , et puis j'ai beau réclamer, on ne me donne rien à faire, à part quelques "dépêches" (brèves), pendant un mois. :( Pour choper ces dépêches, j'ai intérêt à me lever tôt le matin : elles se font dans la période de bouclage du journal, entre 6 et 10. A 5h du mat, je suis donc déjà transpirante dans le métro, à 10h, je suis au frais, à la rédaction, et je n'ai plus rien à faire de la journée :roll: ... Je tente de voir du côté des autres services, mais mes collègues stagiaires ont déjà du mal à grapiller des bricoles, alors...
Goutte d'eau qui fait déborder le vase : c'est Bidwoule Thing 8) qui dirige le service pendant ce mois-là, brillant mais puant, infectissime de pédantisme et vraisemblablement très mysogine. Je suis obligée de le reprendre quand il m'appelle "Ma petite", le sourire aux lèvres et sur un ton condescendant :evil: .

Les Inrockuptibles : Pas moi, une amie (brillante). Un stage d'un mois où on lui attribue un bureau près des toilettes :? , où elle a tout le loisir de dépouiller le courrier :( . Et puis un jour, miraculeusement, on lui propose un dossier sur le problème des intermittents :D . Une semaine de boulot, des interviews, des recherches... Deux jours avant de rendre le dossier en question, elle croise un journaliste de retour de vacances 8) : "Ah salut ! Il paraît que tu bosses sur les intermittents ? Je suis désolé, mais c'est moi qui vais faire l'article, en définitive... Tu pourras me donner tes notes, au fait ?" :twisted:

Voilà, chers collègues...
Je tiens, par ailleurs, à votre disposition ma "golden list" des rédactions où il fait bon vivre. L'objet d'un prochain post, peut-être ?

Publié : 02 mars 2006, 13:49
par Mad Alice Lane
C'était pas la journée à lire ce genre de post.... J'ai encore plus les boules, là! Y a des claques qui se paument!