[Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journalistes

Discussions générales à propos du journalisme, des journalistes, de la presse et de l'actualité des médias : salaires, techniques de reportage ...
VincentBouquet

[Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journalistes

Message non lu par VincentBouquet » 22 oct. 2011, 19:13

Bonjour,

Etudiant à l'IFP, je réalise une enquête sociologique sur la précarisation des journalistes.

Ainsi, je chercherais des personnes à interroger sur leur vécu et leur perception de la précarité des journalistes lors d'un entretien en face à face qui durerait 1h à 1h30.

Si vous avez entre 20 et 35 ans, que vous êtes journaliste précaire (pigiste, CDD, CDD long, etc.) ou en voie de reconversion vers un autre métier suite à une précarité trop importante et que vous habitez en région parisienne, merci de me contacter par MP.

A bientôt !

V.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par cilou » 23 oct. 2011, 19:20

Tous les pigistes ne sont pas précaires...
Avatar de l’utilisateur
massalia
Messages : 64
Inscription : 12 nov. 2003, 13:06
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par massalia » 24 oct. 2011, 18:01

@ Cilou : Tout dépend de la définition qu'on donne au mot "précaire", mais si l'on s'en tient au dictionnaire*, il me semble bien que si, tous les pigistes sont par essence précaires. Ce qui n'empêche pas certains, bien sûr, de gagner (très) correctement leur vie.
*"Dont on ne peut garantir la durée, la solidité, la stabilité; qui, à chaque instant, peut être remis en cause." (TLFI)

@ Vincent : J'aurais bien aimé témoigner, mais j'habite en province...
Camthalion

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par Camthalion » 24 oct. 2011, 18:20

N'importe qui, CDI ou pas, peut être remercié.
Avatar de l’utilisateur
massalia
Messages : 64
Inscription : 12 nov. 2003, 13:06
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par massalia » 24 oct. 2011, 18:49

@ Camthalion :
Pour virer un CDI, il faut un motif sérieux et verser des indemnités. Pour virer un pigiste, il suffit d'arrêter de lui faire des commandes du jour au lendemain : rares sont les évincés qui osent aller devant les prud'hommes pour réclamer les indemnités auxquelles ils ont droit...
De plus, le CDI a un salaire fixe tous les mois, il sait à quoi s'attendre. Le pigiste voit le plus souvent ses commandes fluctuer du simple au double...
Enfin, autre preuve de la précarité du job : le pigiste peut pointer à Pôle Emploi pendant des mois, voire des années, histoire d'amortir les éventuels coups durs.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par cilou » 24 oct. 2011, 21:03

Massalia, le pigiste régulier, qui bosse pour un journal au moins tous les mois, est aussi un assimilé CDI. Il a parfois plus de difficultés à faire valoir ses droits, je te l'accorde, mais ça ne veut pas dire que c'est impossible, je suis bien placée pour le savoir : j'ai obtenu de bonnes indemnités lorsque j'ai été "remerciée".
Le pigiste est même parfois moins précaire qu'un journaliste en poste : quand un journal s'arrête, le journaliste en poste se retrouve au chômage ; le pigiste, lui, a d'autres collaborations. Il perd certes une partie de ses revenus, mais il garde les autres, ce qui lui permet de se retourner plus facilement, le temps qu'il trouve d'autres piges pour compenser.
La vraie différence est entre le pigiste régulier et le pigiste "au coup par coup".
Laetitia Soula
Messages : 1
Inscription : 15 oct. 2011, 11:11
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par Laetitia Soula » 25 oct. 2011, 09:39

Bonjour Vincent, je suis journaliste en recherche d emploi a Paris et je peux repondre a tes questions. Je me tiens a ta disposition. Laetitia
albaycina@yahoo.es
Avatar de l’utilisateur
massalia
Messages : 64
Inscription : 12 nov. 2003, 13:06
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par massalia » 25 oct. 2011, 09:51

@ Cilou : On n'a pas la même vision de la pige... Bien sûr que le pigiste est censé être assimilé à un CDI, mais dans les faits, tu en connais beaucoup qui font des formations, par exemple, ou qui touchent les mêmes primes que les titulaires ? Qui peuvent se permettre de dire "non, je ne bosse pas à Noël" (notamment en radio), qui participent aux élections des représentants syndicaux de leur(s) média(s), qui bénéficient d'un comité d'entreprise.... ?
Tu as eu beaucoup de chance de toucher des indemnités quand tu as été remerciée par un de tes employeurs : soit il était vraiment "classe", soit tu n'as pas eu peur de te griller en le menaçant d'aller aux prud'hommes.
Attention, je ne dis pas que je n'aime pas la pige ! J'adore !!! Mais la liberté, ça se paye, on ne peut pas nier une plus grande précarité : si un de mes (quatre) employeurs décide de baisser mon volume de piges du jour au lendemain, je n'aurai aucun recours, sachant que je ne pourrai pas prendre le risque de me faire "black-lister" en allant réclamer mon dû aux prud'hommes.
Je pense qu'il est pertinent de se pencher, comme le fait Vincent, sur la précarisation des journalistes : je suis convaincue qu'elle ronge le métier, la plupart des pigistes (réguliers ou non) se trouvant dans une position de soumission qui ne leur permet pas de faire leur boulot avec le recul, la sérénité, l'indépendance nécessaires.
L'exemple le plus frappant se trouve chez Radio-France où les CDD ne peuvent pas moufter pendant au moins trois ou quatre ans, balladés de rédaction en rédaction à travers toute la France et soumis au jugement (et aux humeurs) de chaque rédac chef - jugement consigné dans un rapport essentiel pour la titularisation.
cf : http://www.radioprecaire.com
Donc, oui, pour moi : pigiste = précaire. Ce qui n'empêche pas, je le répète, d'y trouver son compte... Adieu, odieuse routine ! :-)
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par cilou » 25 oct. 2011, 12:23

massalia a écrit :dans les faits, tu en connais beaucoup qui font des formations, par exemple, ou qui touchent les mêmes primes que les titulaires ? Qui peuvent se permettre de dire "non, je ne bosse pas à Noël" (notamment en radio), qui participent aux élections des représentants syndicaux de leur(s) média(s), qui bénéficient d'un comité d'entreprise.... ?
Oui. A part les primes, j'ai été dans ce cas, et beaucoup de pigistes des journaux pour lesquelles je bosse aussi. Non par bonté d'âme des employeurs, mais suite au boulot de délégués du personnels, de syndicalistes, et de quelques pigistes. En radio, je ne connais pas, mais je ne bosse jamais à noël (notamment parce que mes interlocuteurs sont plutôt des professionnels, et qu'ils sont injoignables à ces moments là).
Tu as eu beaucoup de chance de toucher des indemnités quand tu as été remerciée par un de tes employeurs : soit il était vraiment "classe", soit tu n'as pas eu peur de te griller en le menaçant d'aller aux prud'hommes.
Aucune chance là dedans. Il était tout sauf classe, et je l'ai traîné aux prud'hommes (et pas seulement menacé de le faire). J'en déduis d'ailleurs que ça vaut le coup de se battre, et qu'on n'est pas grillé pour cela.
si un de mes (quatre) employeurs décide de baisser mon volume de piges du jour au lendemain, je n'aurai aucun recours, sachant que je ne pourrai pas prendre le risque de me faire "black-lister" en allant réclamer mon dû aux prud'hommes.
Je ne sais pas si la "blacklist" existe vraiment en radio. Ce qui est sûr, c'est qu'en presse écrite, elle n'existe pas. Je viens d'avoir une proposition très intéressante d'un journal concurrent de mon ancien employeur que j'ai traîné aux prud'hommes.
Je pense qu'il est pertinent de se pencher, comme le fait Vincent, sur la précarisation des journalistes : je suis convaincue qu'elle ronge le métier, la plupart des pigistes (réguliers ou non) se trouvant dans une position de soumission qui ne leur permet pas de faire leur boulot avec le recul, la sérénité, l'indépendance nécessaires.
Oui, je pense que c'est pertinent. Mais à condition de ne pas tomber dans les stéréotypes "pigiste = précaire". Là encore, c'est peut-être (probablement, même) vrai en radio, mais c'est un média que je ne connais pas. En presse écrite, je connais beaucoup de pigistes qui ont des collaborations multiples et durables et qui, grâce à cela, ne sont pas plus précaires que des journalistes en poste.
Je pense qu'une bonne étude de la précarité devra regarder les conditions dans lesquelles s'exerce la pige, mais aussi le ressenti des journalistes dans des journaux qui ne vont pas bien et qui font régulièrement des "charrettes" (la presse regorge malheureusement de ce genre d'exemple), sans oublier bien sûr les CDD, voire les correspondants de presse "professionnels" (pas ceux qui font ça en plus d'une autre activité, mais ceux qui aimeraient devenir journalistes par ce biais).
VincentBouquet

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par VincentBouquet » 26 oct. 2011, 18:41

@massalia : Merci beaucoup pour ta proposition en tout cas.

@Laetitia Soula : Je viens tout juste de t'envoyer un mail.

N'ayant pour l'instant qu'une seule personne susceptible de témoigner, je suis évidemment preneur d'autres témoignages.

Merci d'avance pour votre collaboration.

V.
fredericville
Messages : 5
Inscription : 28 mars 2009, 16:06
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par fredericville » 27 oct. 2011, 08:14

Tout à fait d'accord avec Cilou.
S'il est vrai qu'il y a beaucoup de journalistes en situation de précarité, effectivement pas mal semble-t-il dans la radio, en revanche, il ne faudrait pas, Vincent, faire une étude qui mette seulement en avant la précarisation des journalistes.
Il existe aussi des situations inverses de reconversion. C'est mon cas, je me suis reconverti comme pigiste spécialisé presse écrite il y a trois et ne regrette rien. Une telle étude ne doit pas négliger qu'il y a de nombreux pigistes épanouis, qui pour rien au monde ne voudraient rejoindre une rédaction, car c'est agréable de travailler comme indépendant, d'organiser son travail comme on l'entend, de ne pas perdre son temps en réunion, de travailler au plus efficace (pas de dérangements de collègues), etc. Comme Cilou, à ce jour, je ne me sens pas particulièrement en insécurité, même s'il faut se battre parfois, je l'ai fait aussi : sur une petite affaire, ça n'a pas marché, mais sur une plus grosse, si (on est en CDI, il faut le rappeler !).
Donc en conclusion, Vincent, si votre étude ne met l'accent que sur la précarisation, ça ne me semble pas un travail de journaliste, qui doit toujours faire parler la contradiction. Je ne peux malheureusement vous répondre n'étant pas en région parisienne.
Vanessa_
Messages : 12
Inscription : 10 mai 2007, 15:55
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par Vanessa_ » 27 oct. 2011, 13:16

Bonjour Vincent,

Si tu cherches toujours des témoignages - je vois que le sujet date un peu - n'hésite pas à me contacter en message privé. Je suis pigiste et je cherche à me stabiliser professionnellement mais en vain. Je suis également en train d'envisager une autre voie car je suis découragée. Si mon témoignage peut servir ton enquête, n'hésite pas. Bonne continuation.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par ann65 » 27 oct. 2011, 16:34

massalia a écrit :@ Cilou : On n'a pas la même vision de la pige... Bien sûr que le pigiste est censé être assimilé à un CDI, mais dans les faits, tu en connais beaucoup qui font des formations, par exemple, ou qui touchent les mêmes primes que les titulaires ? Qui peuvent se permettre de dire "non, je ne bosse pas à Noël" (notamment en radio), qui participent aux élections des représentants syndicaux de leur(s) média(s), qui bénéficient d'un comité d'entreprise.... ?
Tu as eu beaucoup de chance de toucher des indemnités quand tu as été remerciée par un de tes employeurs : soit il était vraiment "classe", soit tu n'as pas eu peur de te griller en le menaçant d'aller aux prud'hommes.
Attention, je ne dis pas que je n'aime pas la pige ! J'adore !!! Mais la liberté, ça se paye, on ne peut pas nier une plus grande précarité : si un de mes (quatre) employeurs décide de baisser mon volume de piges du jour au lendemain, je n'aurai aucun recours, sachant que je ne pourrai pas prendre le risque de me faire "black-lister" en allant réclamer mon dû aux prud'hommes.
Je pense qu'il est pertinent de se pencher, comme le fait Vincent, sur la précarisation des journalistes : je suis convaincue qu'elle ronge le métier, la plupart des pigistes (réguliers ou non) se trouvant dans une position de soumission qui ne leur permet pas de faire leur boulot avec le recul, la sérénité, l'indépendance nécessaires.
L'exemple le plus frappant se trouve chez Radio-France où les CDD ne peuvent pas moufter pendant au moins trois ou quatre ans, balladés de rédaction en rédaction à travers toute la France et soumis au jugement (et aux humeurs) de chaque rédac chef - jugement consigné dans un rapport essentiel pour la titularisation.
cf : http://www.radioprecaire.com
Donc, oui, pour moi : pigiste = précaire. Ce qui n'empêche pas, je le répète, d'y trouver son compte... Adieu, odieuse routine ! :-)
Si je peux me permettre, l'erreur est de penser que le pigiste n'a "aucun recours" (en cas de licenciement par exemple).
Et les employeurs les moins réglos doivent se frotter les mains quand ils vous lisent écrire que vous n'avez "aucun recours".

Le code du Travail n'est pas fait pour les chiens, pas plus que les conventions collectives, pas plus que les conseils des prud'hommes ou les syndicats.

Ne vous contentez pas de vous indigner contre la précarité des pigistes. Battez-vous pour faire respecter vos droits bordel de merde !
patdepar
Messages : 39
Inscription : 08 janv. 2003, 23:19
Localisation : Par ici
Contact :

Re: [Enquête socio] Témoins sur la précarisationdes journali

Message non lu par patdepar » 29 oct. 2011, 14:59

ann65 = 1, pigistes qui baissent les bras = 0
Répondre

Revenir à « Général / divers »