correspondant de presse

Discussions générales à propos du journalisme, des journalistes, de la presse et de l'actualité des médias : salaires, techniques de reportage ...
PRESSACARTE
Messages : 11
Inscription : 19 mars 2010, 11:56
Contact :

Re: correspondant de presse

Message non lu par PRESSACARTE » 25 oct. 2010, 10:20

Un petit tour sur le lien ci-dessous pour peut-être glaner des infos concernant des situations similaires ou presque avec des pistes à explorer pour tenter d'accéder à des droits :

http://unepressequotidienne.hautetfort.com/

Si vous n'arrivez pas négocier de manière "douce" sachez que le choix de s'engager au travers des procédures, en justice notamment, vous isolera (il y a aussi les URSSAF et DTEFP à alerter en amont).Je parle d'expérience personnelle mais également à partir de recueils et de témoignages de personnes s'étant trouvées ou se trouvant dans ce cas de dissimulation statutaire.

Les collègues ne prendront peu ou pas parti, les syndicats généralement bottent en touche, les procédures en justice tendent à favoriser clairement les titres (longueurs des procédures, connivences régionales et locales....).

La profession toute entière est au courant de cette dissimulation (journalistes dissimulés derrière le statut de CLP) et si elle n'évolue pas c'est qu'elle arrange tout le monde (à part l'intéressé(e) évidemment) :

les journalistes :allégement de travail pour les journalistes salariés qui peuvent avec l'aval des directions utiliser ces CLP corvéables et qui tour à tour peuvent remplacer,rédiger, photographier, mettre en page...Dans des temps et pour des tarifs hallucinants. La profession constate, opine du chef, se désole, compatit mais cela ne va pas plus loin.

Les syndicats : qui pourtant pourraient se saisir d'un sujet qui clairement tire la profession par le bas restent muets,ou mettent beaucoup de distance. Ils sont composés de journalistes et connaissent les nombreux avantages de l'utilisation de ces vrais/faux.

Les titres : eux font les comptes. Un faux clp sera payé entre trois et cinq fois moins qu'un journaliste salarié ou pas. Les droits afférents à la qualité ne sont pas respectés puisque la qualité de journaliste pour le coup n'existe pas (droits d'auteurs, formation, protection sociale, clauses diverses et variés, primes...). Timbale!

Aujourd'hui c'est environ 20% des CLP qui seraient en fait des journalistes dissimulés.

En espérant avoir donné quelques "billes".

Cordialement.

http://unepressequotidienne.hautetfort.com/
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: correspondant de presse

Message non lu par ann65 » 25 oct. 2010, 16:15

PRESSACARTE a écrit :
Si vous n'arrivez pas négocier de manière "douce" sachez que le choix de s'engager au travers des procédures, en justice notamment, vous isolera (il y a aussi les URSSAF et DTEFP à alerter en amont).Je parle d'expérience personnelle mais également à partir de recueils et de témoignages de personnes s'étant trouvées ou se trouvant dans ce cas de dissimulation statutaire.

Les collègues ne prendront peu ou pas parti, les syndicats généralement bottent en touche, les procédures en justice tendent à favoriser clairement les titres (longueurs des procédures, connivences régionales et locales....).

La profession toute entière est au courant de cette dissimulation (journalistes dissimulés derrière le statut de CLP) et si elle n'évolue pas c'est qu'elle arrange tout le monde (à part l'intéressé(e) évidemment) :

les journalistes :allégement de travail pour les journalistes salariés qui peuvent avec l'aval des directions utiliser ces CLP corvéables et qui tour à tour peuvent remplacer,rédiger, photographier, mettre en page...Dans des temps et pour des tarifs hallucinants. La profession constate, opine du chef, se désole, compatit mais cela ne va pas plus loin.

Les syndicats : qui pourtant pourraient se saisir d'un sujet qui clairement tire la profession par le bas restent muets,ou mettent beaucoup de distance. Ils sont composés de journalistes et connaissent les nombreux avantages de l'utilisation de ces vrais/faux.

Les titres : eux font les comptes. Un faux clp sera payé entre trois et cinq fois moins qu'un journaliste salarié ou pas. Les droits afférents à la qualité ne sont pas respectés puisque la qualité de journaliste pour le coup n'existe pas (droits d'auteurs, formation, protection sociale, clauses diverses et variés, primes...). Timbale!

Aujourd'hui c'est environ 20% des CLP qui seraient en fait des journalistes dissimulés.

En espérant avoir donné quelques "billes".
Surprenant ton message pour quelqu'un qui soutient la cause des CLP exploités... :roll: :roll: :roll: :roll: :roll:


Lorsque la négociation n'a rien donné, quelle autre solution a le CLP pour faire reconnaître ses droits ?

Si l'inspecteur du travail se dit incompétent parce que justement le CLP n'est pas un salarié et si l'Urssaf ne décide pas d'agir, la seule solution est bien de faire appel à la Justice pour obtenir une requalification du statut de CLP en contrat de travail en bonne et due forme.

Tout le reste n'est que bavardage inutile qui arrange bien les affaires des entreprises de presse abusant des CLP.

Qu'est-ce que le CLP a à perdre en faisant appel à la Justice ? RIEN sinon les quelques centaines d'euros que lui rapportent ses "correspondances de presse"...
PRESSACARTE
Messages : 11
Inscription : 19 mars 2010, 11:56
Contact :

Re: correspondant de presse

Message non lu par PRESSACARTE » 25 oct. 2010, 19:24

Mais je peux d'autant plus en parler librement que JE suis dans cette situation. Et effectivement je suis isolé.

Ce constat n'a pas pour but de discréditer une action en justice qui est un droit fondamental et dont devraient user plus fréquemment les travailleurs abusés; ce constat décrit juste la conséquence d'une décision avec des garanties nulles quant à l'issue.

En dépit de ce que j'écris et dont je connaissais la portée quand je me suis moi engagé dans ce parcours je ne veux ici certainement pas dissuader les un(e)s ou les autres mais bel et bien expliquer de quelle manière se déroulent les choses et comment les individus se comportent.

En rien je ne conseille d'abdiquer mais c'est bien de savoir à quoi s'attendre en termes de procédures comme de réactions humaines.

Cordialement.

http://unepressequotidienne.hautetfort.com/
Invité

Re: correspondant de presse

Message non lu par Invité » 25 oct. 2010, 23:05

Pour info, une fausse CLP a attaqué Publihebdos (groupe OF) aux prud'hommes et obtenu une belle somme grâce à une âpre négociation de plusieurs années, quelques jours avant la tenue de l'audience. Elle avait travaillé un moment dans les locaux de son journal et était soutenue par le SNJ, elle disposait de témoignages de journalistes, de stagiaires, de commerciaux, de contacts sur son secteur, mais aussi de preuves formelles (pages de journal, mails...). Donc, tout n'est pas perdu d'avance ! Mais elle avait déjà quitté le titre concerné quand elle s'est lancée dans cette procédure (ce qui n'était pas le cas de tous ses témoins, notamment les journalistes), et a depuis obtenu sa carte de presse pour de vraies collaborations en salaire à d'autres journaux. A ma connaissance, sa procédure sert de "précédent", et a permis à quelques autres collaborateurs des titres de la même zone (des correcteurs je crois) d'obtenir un contrat de travail en bonne et due forme.
Et pour info, dans le dernier numéro de sa publication "Le Journaliste", le SNJ consacre un encadré à cette question.
Répondre

Revenir à « Général / divers »