Nous avons renforcé la sécurité des comptes des membres de Categorynet.com. Si vous rencontrez des difficultés à vous connecter au site ou aux forums, veuillez réinitialiser votre mot de passe. Si vous rencontrez des problèmes de connexion ou si vous avez besoin d'aide, vous pouvez nous contacter par email à aide@categorynet.com.

correspondant local de presse

Tout savoir sur la carte de presse : comment l'obtenir ? Les conditions ? Les avantages de la carte de presse ? Abattement de charges et carte de presse ? Chômage et carte de presse ?
Timtim
Messages : 5
Enregistré le : 28 avr. 2007, 17:28
Contact :

correspondant local de presse

Message non lupar Timtim » 17 avr. 2008, 14:30

Bonjour à tous.

Voici mon cas. Je travaille en tant que correspondant sportif depuis 4 ans dans un grand quotidien local (Midi Libre pour ne pas le nommer...). Depuis quelques temps je gagne entre 700 et 1000 euros par mois, et c'est là mon unique source de revenu. Je possède une carte de correspondant local de presse. Est-ce un statut différent du pigiste?
De plus je suis dans ma dernière année d'études. Il ne me reste qu'un mois de cours et j'entre ensuite de plein pied dans la vie active. Serait-il possible de demander alors la carte de presse à mon employeur, même si je pense qu'il rechignera à me l'accorder?
Merci pour vos réponses!
RusselPrice
Messages : 138
Enregistré le : 10 sept. 2007, 19:28
Contact :

Message non lupar RusselPrice » 17 avr. 2008, 17:32

Salut Timtim,
J'ai été dans le même cas que toi il y a quelques années et tu vas te retrouver devant le même choix cornélien :
1 - Au vu de tes revenus, tu fais un travail de journaliste donc tu es eligible à la carte. (Tu bosses pour un journal avec ISSN qui te fournit plus de 51% de tes revenus).
2 - Au vu de ta carte de correspondant, ton canard trouve que c'est beaucoup plus pratique de te rétribuer sous un statut batard que de suivre la loi.
3 - Au vu du fisc, tu risques un sévère redressement...
Tu ajoutes à ça que le statut de CLP n'a RIEN A VOIR avec celui de pigiste (bienheureux les correspondants locaux qui passent pigistes, ce sont les seuls à trouver que ce job est super bien payé...). Et que dès que tu feras ta demande de carte auprès de la commission, ben ce cher Midi Libre cessera immédiatement toute collaboration avec son Timtim qui a si bien couvert les rencontres sportives pour lui durant tant d'années.
Donc te voilà au fameux carrefour et tu dois choisir entre continuer à gratter des copies au tarif du kilo de nougat en attendant que le fisc te tombe sur le coin de la goule, ou bien te lancer dans la pige une fois pour toutes. Pour l'avoir tenté, je sais qu'un journal est peu enclin à faire passer un ex-correspondant journaliste (argument bateau : "histoire de ne pas créer de précédent et de ne pas encourager les autres CLP qui n'ont, bien sûr, pas ton talent"). Maintenant, la vraie question c'est : veux-tu vraiment en faire ton métier? Et quelles sont les collaborations que tu peux mettre en place rapidement pour t'assurer des piges régulières ? Démarche les rédactions tous azimuts et, sur ton CV indique "N° de Carte de Presse : en cours". Bien entendu, une fois que tu as envoyé ton dossier (téléchargeable sur le site de la commission).
Bonne chance à toi
Avatar du membre
PascalSR
Messages : 645
Enregistré le : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lupar PascalSR » 17 avr. 2008, 21:41

Alors, si le boulot te plaît, demande la carte, à ton employeur, sinon directement à la commission, dossier en main ; mais vas-y plutôt de plain pied, c'est d'autant plus aisé pour discuter avec tout interlocuteur.
zoom
Messages : 463
Enregistré le : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lupar zoom » 19 avr. 2008, 15:04

Ah le Midi Libre, ses CLP, ses concours photos avec le CRT pour recuperer gratuitement des phhotos libres de droits... mais je m'egare ! :lol:

Depuis 4 ans, au vu des sommes que tu gagnes, quelqu'un de ce gentil quotidien t'a t'il seulement informé qu'au dela de 400€ mensuels, tu etais considere comme profession liberale et t'acquitter de l'URsaaf, la caisse de retraite etc... ?
Comme tout liberal, çà te prendra environ 30 a 40 % de tes revenus: deja que tu ne gagnais pas beaucoup, tu vas aimer...

Je ne comprends pas comment on peut essayer de vivre de ce systeme en esperant un jour devenir journaliste: avec les tarifs CLP, quelques € la photo ou l'article, tu as genereusement cassé les tarifs des journalistes professionnels qui essayent de vivre de leur metier (un pigiste est un journaliste, payé en salaire, et 1500 signes sont alors payes AU MINIMUM 63 €, pas 5€). Quelques mois à se faire avoir, on peut comprendre, mais plusieurs années d'aveuglement; çà me semble au mieux une grande naïveté...
Pourquoi crois tu que Midi Libre et les autres ne font pratiquement jamais travailler de pigistes ? Ca fait 15 ans que je suis pigiste a Montpellier et les seuls contacts que j'ai eus avec ML, çà a été quand ils ont essayé de récuperer certaines de mes images gratuitement...

Alors, maintenant que je suis un peu calmé :twisted: , je te dirais de faire jouer tes connaissances, tes copains au sein du journal pour essayer d'y entrer comme journaliste salarié (tout est possible meme si les chances sont infimes, en plus les journalistes deja en place te verront plutot comme une menace; pret a accepter un salaire de misere ...). Si tu tombes juste au bon moment, sait on jamais ?

Sinon, si tu veux faire du journalisme un metier, oublies le CLP, pries pour que le fisc t'oublie, et laisses tomber Midi Libre ! Je ne pense pas que ton "passé" de CLP soit reconnu par la commission de la carte de presse, mais si tu as fait un travail de journaliste, avec des "commandes" et un lien de subordination, tu peux toujours essayer de faire requalifier cette experience en CDI par un passage aux prud'hommes et un bon clash avec ML....

Un lien vers le site d'un CLP désabusé...

http://correspondant-de-presse-64.over-blog.com/5-categorie-422965.html
zoom
Messages : 463
Enregistré le : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lupar zoom » 19 avr. 2008, 15:19

Une recherche sur les messages que tu as posté, Timtim, m'indique que tu es étudiant en journalisme a Montpellier ! Voilà qui change le ton de ma réponse.

On ne vous a donc rien expliqué dans cette belle école sur la différence CLP/pigiste ou alors tu a séché ce cours pour aller couvrir un énieme match a 5 € l'article ? :evil: Parceque il faut en faire du boulot pour arriver a 1000 € en CLP...

Et maintenant, après avoir entretenu plusieurs années, pas juste quelques mois, un système qui fait crever les journalistes indépendants, tu espères devenir journaliste professionnel et avoir une carte de presse ? :oops:

Oublies la carte de presse, prends ta retraite, tu pourras rester CLP, il y en a même qui arrivent a gagner 2-3000 € en travaillant 70 h par semaine, si, si, tu pourras y arriver ! :x

Et qu'on ne vienne pas me servir le sempiternel "il faut bien vivre", j'ai plus de respect pour un pigiste qui boucle ses fins de mois en bossant a Mc Do que pour des CLP qui contribuent a la deliquescence de la PQR.

j'suis colère là, allez hop mes cachets ! :lol:
zoom
Messages : 463
Enregistré le : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lupar zoom » 28 avr. 2008, 10:53

Bon, je me suis encore un peu trop énervé sur les CLP... :?
Quand tu veux Timitim, je te paye un verre sur la Comédie, pour discuter de tout çà plus aimablement ... :oops:
louis

Message non lupar louis » 29 avr. 2008, 09:35

Il n'y a pas de quoi s'énerver je crois. Tout le monde n'a pas la chance d'entrer dans un journal avec un CDI, voire même un CDD...
Je suis comme toi passé par l'épreuve du CLP, et en plus, c'était à Midi Libre. Au bout de trois ou quatre années (c'était un revenu complémentaire de rédacteur pour moi), face au plafonnement inéluctable de mes revenus (ou alors à passer à la caisse de l'URSSAF), j'ai demandé ma carte au journal. Evidemment, il me l'a refusée. Je suis donc passé outre, et j'ai fait ma demande seul, avec l'aide d'un représentant syndical du journal (SNJ). Le journal en a été informé au moment de recevoir les papiers de la Commission. Ma collaboration a aussitôt cessé. Toutefois, mes collègues d'agence ont porté l'affaire lors d'une réunion de la Société des journalistes de ML. Ils ont signé une pétition. Cela n'a certes rien changé à la donne. Mais tout de même...
Il faut tout de même faire confiance à la qualité de ton travail. Même si ce n'est plus aujourd'hui, et à ML comme ailleurs, la priorité.
L'année suivante, une fois ma carte obtenue, ML a fait de nouveau appel à moi. J'ai refusé un poste, souhaitant poursuivre mon activité comme pigiste et non à temps plein. Et depuis cinq ans, je collabore toujours avec eux comme pigiste.
Il faut être réaliste, rien ne sert d'aller au clash, ni pour autant de se faire laminer par un statut taillé pour les patrons de presse. Fais ton choix en connaissance de cause et privilégie, à mon avis, l'avenir au présent immédiat. Et, surtout, essaie d'être le plus compétent possible. C'est ta seule arme - mais tu peux aussi opter pour le combat syndical. Bon courage !
Climousse
Messages : 485
Enregistré le : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lupar Climousse » 20 mai 2008, 18:33

Bon, puisque je remonte un peu les sujets sur les correspondants, suite à un post plus récent, je précise que les CLP n'étant pas payés en salaire, la commission de la carte ne te considérera pas comme un journaliste. Et donc, difficile ensuite d'exiger de ML qu'ils te payent en salaire. Moyennant quoi, toujours pas de carte de presse. Bref, le cercle vicieux... Mais le sujet a déjà un mois, il y a peut-être du nouveau depuis ?
Cela dit, et c'est déjà arrivé, tu peux essayer de te faire appuyer par des représentants syndicaux, en prouvant effectivement ton lien de subordination par des mails de commande, par exemple, en produisant tes relevés d'honoraires etc. Au passage, je pense qu'il faudrait faire remonter tous les cas comparables dans les syndicats, qu'on puisse essayer de se faire une idée du "paysage" des CLP et du genre de conflit et d'abus que génère ce statut.
Parallèlement à ta demande de carte, il faut d'urgence négocier un passage au statut de pigiste. Si ton canard estime qu'il peut te faire bosser au point de te faire gagner 1000 euros par mois (c'est énorme ! surtout au nez et à la barbe du fisc et de la solidarité nationale, et là, gare au redressement !), c'est qu'il te considère comme un professionnel compétent ! Ne pas brader son travail, ne pas se laisser marcher sur les pieds, même si c'est dur, c'est aussi à ça qu'on reconnaît un vrai professionnel. Si ça coince, il faut partir. Je sais que cette rengaine énerve les CLP, et qu'une fois toi parti, Midi Libre trouvera quelqu'un d'autre pour le mettre à ta place, mais tu imagines, parce que tu ne dois pas être le seul dans ce cas, le nombre de postes de journalistes salariés qu'une boîte économise avec ce système? Un journaliste salarié, permanent ou pigiste, qui pourrait être toi, Timtim !
J'ajoute qu'en tant que journaliste ayant recours à des correspondants, puisque c'est comme ça qu'est organisé mon canard, je ne COMPRENDS PAS comment des journalistes peuvent faire appel à toi au point de te faire gagner autant. C'est à la fois se tirer une balle dans le pied et se rendre complice d'une exploitation honteuse !
Et je m'associe quand même à l'indignation de Zoom sur ce qu'apparemment on n'a pas dû te dire et t'expliquer à l'école... même si ça ne m'étonne guère.
cilou
Messages : 2451
Enregistré le : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lupar cilou » 20 mai 2008, 20:29

Si ça coince, il faut partir.
A mon avis, il y a une solution intermédiaire : continuer en tant que CLP en dessous du seuil Urssaf, et proposer des piges ailleurs, pour tenter de décrocher la carte de presse, puis de réellement vivre de ses piges. D'ailleurs, si j'étais CLP, je n'aurais aucun scrupule à utiliser certaines des infos que je récolte en CLP pour les proposer ailleurs. Une inauguration d'usine, par exemple, peut intéresser les pages régions d'un canard national. Bon, c'est sûr que le concours départemental de pétanque, t'auras du mal à le replacer ailleurs. Mais bon, le CLP est censé être un job d'appoint, donc il est censé laisser du temps libre pour d'autres activités. Je sais qu'il faut bouffer et payer son loyer, mais il est indispensable pour un CLP qui souhaite être journaliste de considérer ça comme un "stage amélioré". Comme dans tout stage, faut s'intéresser à l'après. Et pour ça, regarder ailleurs, dès le début.
Climousse
Messages : 485
Enregistré le : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lupar Climousse » 21 mai 2008, 16:56

cilou a écrit :D'ailleurs, si j'étais CLP, je n'aurais aucun scrupule à utiliser certaines des infos que je récolte en CLP pour les proposer ailleurs.

Et tu aurais mille fois raison !
revenudetout
Messages : 2
Enregistré le : 16 sept. 2007, 17:43
Contact :

CLP

Message non lupar revenudetout » 01 juin 2008, 20:03

Bon, après avoir lu pas mal de réaction sur le CLP, voilà un petit témoignage qui me vaudra sans doute bien des foudres, mais tant pis. J'ai été correspondant de presse en PQR pendant plusieurs années, méprisé bourgeoisement par les journalistes cartés qui avaient un certain accent snob en parlant de leurs CORRRRR-reeespondants. J'ai toujours voulu être journaliste, mais les aléas de la vie ont fait que je n'ai pas pu suivre la formation idoine.
Alors avec beaucoup de modestie, parce que j'avais tout de même fait des études supérieures à haut niveau, j'ai endossé l'habit du CLP et supporté cinq ans durant la bêtise de journalistes cartés qui, pour la plupart, n'avaient pas la moitié de mes diplômes et s'estimaient supérieurs à moi. Qu'importe.
Ce métier, je l'ai appris à la base et dans l'humilité. Jusqu'au jour où j'ai enfin décroché un poste à Paris dans un hebdo, sans CP, mais en produisant les articles que j'avais écrits. Simplement sur mes compétences, donc.
Douze ans plus tard et trois groupes de presse plus loin, je suis arrivé au niveau de directeur des rédactions. Je vois passer dans les rédactions des journalistes cartés, souvent diplômés d'écoles de journalisme, qui font 10 fautes d'orthographe au feuillet et dont la culture générale n'est pas renversante. Il m'est arrivé aussi de croiser des journalistes qui avaient le même parcours que le mien et qui présentaient de vraies qualités professionnelles. Dans les mag où j'ai travaillé, il n'y avait pas de CPL. Cela n'a pas empêché le niveau des rémunérations de se casser la figure ! Signe des temps, sans doute.
A mon avis, plutôt que de tirer à boulets rouges sur les CLP, il vaudrait mieux que les journalistes cartés se mettent en grève pour exiger l'embauche des meilleurs CLP de leur équipe. C'est trop facile de dire que les CLP doivent se faire tout seuls hara kiri pour laisser les journalistes cartés à leurs avantages. Quant à moi, à mon niveau, j'essaie de faire embaucher les stagiaires d'école qui passent dans ma rédaction. Et ce n'est pas non plus un parcours facile face à un éditeur qui, comme tous les éditeurs, rêve de faire des magazines sans journalistes.
cilou
Messages : 2451
Enregistré le : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lupar cilou » 02 juin 2008, 08:42

Merci pour ton témoignage, revenudetout.
Mais en gros, tu confirmes ce que tout le monde dit ici : considérer le CLP comme une formation (et non comme une porte d'entrée dans un journal), et quand on veut vivre du journalisme, proposer ses papiers ailleurs que dans le journal où on est CLP. Et ne surtout pas attendre du journal où on est CLP qu'il facilite la tâche pour devenir pigiste, voire journaliste intégré.
Climousse
Messages : 485
Enregistré le : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lupar Climousse » 03 juin 2008, 16:44

Cilou, je suis fan de ton sens de la concision et de l'apaisement.

Revenudetout, je suis d'accord avec toi. En tant que journaliste ayant affaire à des CLP de styles variables (un retraité qui fait ça pour s'amuser, un type qui fait des papiers au kilo, se moque de la qualité et ne veut surtout surtout pas être considéré comme journaliste, des jeunes -- enfin, des plus plus jeunes que moi ;-) -- à qui j'essaie de transmettre des choses et de montrer que ce n'est qu'un tremplin), je tente d'adopter la même attitude que toi, et de me rappeler que c'est aussi de là que je viens.
J'ai aidé une collègue qui bossait sous le statut de CLP et qui s'est lancée dans une procédure assez délicate pour obtenir une régularisation... Et je me demande bien, en ce moment, ce que je peux faire pour un CLP qui couvre seul un secteur que mon canard va abandonner suite à une restructuration.
Mais je ne cesserai jamais d'essayer de "réveiller" les CLP, quitte les brusquer, pour les pousser à secouer le joug.
Et je crois qu'un jour, j'écrirais bien un dossier pour un journal, ou un petit pamphlet publié à compte d'auteur s'il le faut ;-) sur cette plaie de la presse (pas les CLP eux-mêmes, mais le sort qu'on leur fait...)
seb30
Messages : 1
Enregistré le : 19 juin 2017, 17:12
Contact :

Re: correspondant local de presse

Message non lupar seb30 » 19 juin 2017, 17:28

Timtim a écrit :Bonjour à tous.

Voici mon cas. Je travaille en tant que correspondant sportif depuis 4 ans dans un grand quotidien local (Midi Libre pour ne pas le nommer...). Depuis quelques temps je gagne entre 700 et 1000 euros par mois, et c'est là mon unique source de revenu. Je possède une carte de correspondant local de presse. Est-ce un statut différent du pigiste?
De plus je suis dans ma dernière année d'études. Il ne me reste qu'un mois de cours et j'entre ensuite de plein pied dans la vie active. Serait-il possible de demander alors la carte de presse à mon employeur, même si je pense qu'il rechignera à me l'accorder?
Merci pour vos réponses!

Retourner vers « Carte de presse »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google Adsense [Bot] et 5 invités