Page 2 sur 3

Publié : 11 juin 2004, 09:54
par Koincoin
Comme je te le disais, j'ai postulé à FR3 Rennes, et on m'a objecté la non-reconnaissance de mon diplôme au moment ou je l'ai passé. A Ouest France, ils ne veulent meme pas de moi comme pigiste !

Quant à la CCIJP, j'avais fait une première demande individuelle en 2001, 6 mois aprs et donc après mon contrat, ma demande n'était tjs pas traitée. J'ai très connement laissé tombé me disant qu'après l'heure c'est plus l'heure et quant t'es au chôme, t'es plus journaliste, tu ne produis plus...

Bref je trouve qu'on nous met bcp trop de barrière en travers du chemin. C'est mon point de vue. Je sais très bien que la carte de presse n'est pas un droit, mais qu'elle se mérite. Ca fait 5 ans que je travaille dans le domaine, 5 ans que je ne l'ai pas... Parce que je change d'employeur trop souvent, parce que je traverse ponctuellement des périodes de chômage etc.

Alors pour en revenir à cette reconnaissance, je crois que ca rajoute encore de la difficulté pour les élèves qui ne sortent pas d'écoles reconnues. Ca accentue un fossé d'inégalités déjà existant. En clair je suis contre la reconnaissance. Je suis contre cette pseudo élite journalistique qui décide de ce qui est bon, de ce qui est souhaitable pour la profession. Ecole reconnue, carte de presse ne signifient pas compétences... Ca crée une élite parmi les journalistes. Devenir journaliste ce n'est pas avoir fait telle ou telle école. Alors se jeter des fleurs a la sortie d'une école c'est bien joli. Attendez de goûter à la froide réalité des licenciements, des contrats précaires, de la pige à 20 euros...

Ceci étant dit, ce n'est pas parce que la réalité est froide qu'il faut casser le thermomètre. Je me recycle dans la com. Le journalisme, j'en fait un passe temps, j'arrive pas à en vivre tout simplement.

Publié : 11 juin 2004, 09:55
par Koincoin
Comme je te le disais, j'ai postulé à FR3 Rennes, et on m'a objecté la non-reconnaissance de mon diplôme au moment ou je l'ai passé. A Ouest France, ils ne veulent meme pas de moi comme pigiste !

Quant à la CCIJP, j'avais fait une première demande individuelle en 2001, 6 mois aprs et donc après mon contrat, ma demande n'était tjs pas traitée. J'ai très connement laissé tombé me disant qu'après l'heure c'est plus l'heure et quant t'es au chôme, t'es plus journaliste, tu ne produis plus...

Bref je trouve qu'on nous met bcp trop de barrière en travers du chemin. C'est mon point de vue. Je sais très bien que la carte de presse n'est pas un droit, mais qu'elle se mérite. Ca fait 5 ans que je travaille dans le domaine, 5 ans que je ne l'ai pas... Parce que je change d'employeur trop souvent, parce que je traverse ponctuellement des périodes de chômage etc.

Alors pour en revenir à cette reconnaissance, je crois que ca rajoute encore de la difficulté pour les élèves qui ne sortent pas d'écoles reconnues. Ca accentue un fossé d'inégalités déjà existant. En clair je suis contre la reconnaissance. Je suis contre cette pseudo élite journalistique qui décide de ce qui est bon, de ce qui est souhaitable pour la profession. Ecole reconnue, carte de presse ne signifient pas compétences... Ca crée une élite parmi les journalistes. Devenir journaliste ce n'est pas avoir fait telle ou telle école. Alors se jeter des fleurs a la sortie d'une école c'est bien joli. Attendez de goûter à la froide réalité des licenciements, des contrats précaires, de la pige à 20 euros...

Ceci étant dit, ce n'est pas parce que la réalité est froide qu'il faut casser le thermomètre. Je me recycle dans la com. Le journalisme, j'en fait un passe temps, j'arrive pas à en vivre tout simplement.

Publié : 11 juin 2004, 10:12
par gaellou
Merci koinkoin d'avoir développé.
Je suis d'acord avec toi sur le fait que la reconnaissance des écoles crée une élite journalistiques. Quand j'étais étudiante, j'imaginais que les élèves des grandes écoles étaient meilleurs que moi, c'est clair (vu que j'ai raté les concours d'entrée de Lille et du Celsa).
En fait, je considère que ces journalistes et moi, on ne fait pas partie du même monde, un peu comme ce qui sépare les patrons de grosse boîte comme Hachette ou Danone, et les patrons de PME.
C'est un peu cynique de dire ça, c'est clair, mais bon, j'ai choisi ce métier par passion, alors que cela soit difficile ou facile, m'est égal, honnêtement. Pour moi, cela fait partie de ma vie. Mais il est vrai que faire de la TV ou de la radio ne m'a jamais intéressé, je suis plutôt presse écrite et les palces sont moins chères :wink:

En ce qui concerne ton stage à France 3 Rennes, je trouve ça bête comme réaction de la part de la personne qui t'a eu en entretien. A Grenoble, des copains et copines de promo ont pu rentrer à France3 grenoble ou dans la local Radio France de Grenoble ou de Chambé. Je pense que tu n'as pas eu de chance et que tu es tombé sur un :evil:

Attention je ne nie pas qu'il est plus dur pour nous d'accéder à de hauts postes, mais sincèrement, je crois que d'en avoir bavé un peu pour y arriver fait de nous des êtres plus aboutis que d'avoir eu le job tout cuit et de rester 30 ans dans la même boîte non ? Je préfère bourlinguer perso, c'est ce qui forge un caractère curieux et touche à tout, utile dans notre métier. C'est ce que j'ai appris dans ma petite "école" de province.

amicalement :D

Publié : 11 juin 2004, 11:23
par Fanny
je crois en effet que la plupart des rédactions de France 3 ne prennent pas de stagiaires si tu ne sors pas d'une école reconnue, à Grenoble ils ont l'air plus souples... A radio france par contre c'est quand meme beaucoup plus facile, meme si bien sur ce sont des stages non rémunérés .
j'ai demandé la carte de presse il y a quelques mois et ils m'ont dit récemment que je l'aurai, la journaliste qui s'occupe de mon dossier m'a dit qu'ils ne sont plus à cheval sur le nombre d'heures travaillées (moi je ne totalisais meme pas un mi temps...) mais sur le contenu du boulot, ils vérifient qu'il ne s'agit pas de com, justement pour éviter qu'on continue à etre précarisés .. koinkoin tu l'as redemandée récemment?
Sinon gaellou je suis d'accord qu'on choisit ce métier par passion, mais je crois aussi que souvent on le quitte par frustration ou écoeurement.. Perso je me donne encore deux à trois ans, si je galère toujours autant je crois que je me réoriente, mais je verrai peut etre ça comme un gros échec..!

Publié : 11 juin 2004, 11:49
par gaellou
Ce serait vraiment dommage Fanny.

En fait, je pense qu'être journaliste, tu peux le faire toute ta vie, même si cela n'est pas ton principal boulot.

En ce moment, je suis à la fois journaliste, mère au foyer 8) , écrivain, secrétaire d'une assoc et étudiante. Pour moi, ma profession c'est journaliste ! Même si je fais plusieurs métiers à la fois...

Koinkoin, c'est pas parce que tu auras fait de la com, que tu auras vendu ton âme au diable. J'ai écrit un dossiper de presse une fois et je n'en suis pas morte. Moi, je crois que n'importe quelle expérience est enrichissante et que multiplier les activités te donne de meilleurs chances d'agrandir ton réseau... Mais ce n'est que mon avis... peut-être dur à avaler pour les puristes !

Ecoles reconnues, pas tjs au sein des rédac

Publié : 11 juin 2004, 12:25
par gwen
Salut à tous,

J'ai une copine qui a demandé un stage (un simple stage de fin de première année) à la NR. La redac chef lui a dit, en entretien, que c'était dommage qu'elle soit à Lannion car même si l'école est reconnue, elle n'a pas le standing de Tours par ex (je ne parle mm pas du Celsa, ESJ...).

Je suis d'accord avec vous sur le fait que ces reconnaissances amènent à produire une sorte d'élite. Maintenant, c'est dans la mentalité des journalistes. Je suis à lannion, c'est reconnu mais c'est pas ce qui me permettra d'avoir un poste après. En réalité, j'ai le même potentiel que qq qui a tt appris sur le terrain. De plus, je tiens à souligner que 12% des journalistes sont issus des écoles....

Pour la carte de presse, il faut bien se renseigner. J'ai un ami, correspondant, qui a réussi à l'obtenir !

je vous souhaite une très bonne journée et surtout du courage ;-)

reconnues et alors ?

Publié : 11 juin 2004, 13:29
par renelor
bonjour, moi aussi je suis une ancienne de Lannion (promo 1998-2000). c'était encore à l'époque où l'IUT tentait par tous les moyens d'obtenir une reconnaissance qu'il a fini par avoir.
En sortant de là, tous mes camarades de promo et moi sortions donc d'une école non reconnue. Personnellement, je n'ai jamais eu aucun souci du côté des entreprises pour les stages ou les contrats. Ni pour la carte de presse. Et avec la rétroactivité, les deux ans de journaliste stagiaire sont vite passés.
A mon avis, la reconnaissance, c'est surtout à l'ego que ça fait du bien. La qualité d'un journaliste se voit sur le terrain.

Publié : 11 juin 2004, 13:56
par gwen
Renelor, je suis effectivement d'accord avec toi.

Publié : 11 juin 2004, 14:46
par Fanny
je suis aussi d'accord avec toi Renée-Laure, bien qu'en radio et télé la reconnaissance donne quand meme un petit coup de pouce à mon avis..
Au fait, Renée-Laure, amie de Laurent, Séb, Benoit, Marion etc??

Publié : 11 juin 2004, 15:17
par Koincoin
Hello!

Je dois reconnaître que dans mon cas j'ai pas eu de mal à me placer jusqu'à aujourd'hui. Etranger / France. Ce que je dénonce c'est la surenchère, dans les écoles, les cartes, le piston bidon... Bientôt il faudra payer pour bosser, sisi ça existe même déjà. Car vous les pitis journalistes encartés allez un jour céder aux pitis stagiaires-pas-cher et contrats précarisés. J'ai vécu le cas dans une boîte ils ont coupé par deux leur éffectif, taillant dans la masse... Alors face à cette froide réalité, carte ou pas, sauve qui peut ! J'etamme les démarches pour rentrer dans une collectivité et devenir journlaiste municipale... pépère a mis ses pantoufles me direz vous... au moins j'éviterai peut-être de me retrouver sur le carreau comme une merde à 35 ans. Lucide avant tout.

K.

Publié : 11 juin 2004, 15:17
par Koincoin
Hello!

Je dois reconnaître que dans mon cas j'ai pas eu de mal à me placer jusqu'à aujourd'hui. Etranger / France. Ce que je dénonce c'est la surenchère, dans les écoles, les cartes, le piston bidon... Bientôt il faudra payer pour bosser, sisi ça existe même déjà. Car vous les pitis journalistes encartés allez un jour céder aux pitis stagiaires-pas-cher et contrats précarisés. J'ai vécu le cas dans une boîte ils ont coupé par deux leur éffectif, taillant dans la masse... Alors face à cette froide réalité, carte ou pas, sauve qui peut ! J'etamme les démarches pour rentrer dans une collectivité et devenir journlaiste municipale... pépère a mis ses pantoufles me direz vous... au moins j'éviterai peut-être de me retrouver sur le carreau comme une merde à 35 ans. Lucide avant tout.

K.

Publié : 11 juin 2004, 15:35
par Martin K
Canaaaaaaaaaaaaaaaaaaaard !

Un brin désabusé, ce message ! Mais je peux te comprendre.

N'allons pas trop vite dans les généralités. Ce que tu dis est vrai, mais pas uniformément vrai. En tout cas, bon courage dans tes nouveaux projets !

PS pour les autres: oui, bon, je connais Koincoin ...

Publié : 11 juin 2004, 15:39
par Martin K
Pour rebondir, de plus en plus d'écoles semblent obtenir la reconnaissance de la profession.

Un avantage ou un inconvénient ?

Publié : 11 juin 2004, 15:41
par Koincoin
Martiiiiin !

Ouais c'est mon coup de gueule du moment.

K.

Publié : 11 juin 2004, 15:44
par gwen
et dire que moi, à mon âge, je m'accroche tjs à mes illusions !

Amis journalistes courage (fuyons ?)