Page 1 sur 1

Réel besoin d'une école ?

Publié : 27 juin 2007, 11:09
par Alexverte
N'ayant été admissible à aucun des trois concours passés (ifp, cfj, celsa), il est possible que cela biaise ma réflexion et me rende aigrie :D

néanmoins, je suis en stage actuellement à france soir, et je me rends compte qu'il n'y a rien de plus formateur que le terrain, en tout cas pour la presse écrite. un de mes profs d'info com à l'ifp me l'avait déjà dit, les écoles servent bien souvent à intégrer un réseau de contacts et avoir un carnet d'adresses plus facilement remplissable. bien sûr que pour l'audiovisuel, il est plus difficile d'être autodidacte et de se passer d'un apprentissage scolaire, mais je suis désolée, pour la presse écrite, le terrain reste le meilleur endroit où apprendre.

alors quand j'y pense, ça me révolte de voir des gens débourser jusqu'à 1000 euros de concours (frais de transport etc.), puis débourser 4000 euros pendant 2 ans, tout ça pour simplement avoir des contacts.

je sais que ce discours, vous l'avez sûrement déjà entendu de nombreuses fois, et que c'est plus un coup d'épee dans l'eau qu'autre chose, mais chacun sa thérapie pour relativiser les échecs.
:cry:

Publié : 27 juin 2007, 19:43
par ludizi
"Petite "étude de marché" très intéressante sur le cout des concours des formations publiques en journalisme
http://citizen.over-blog.net/article-6630731.html
(sachant qu'il faut ajouter des frais de scolarité de plusieurs milliers d'euros sur deux ans pour les formations privées.. Précisons que l'auteur de l'étude n'a passé que les concours des formations publiques!)

Publié : 27 juin 2007, 21:18
par Dollydolly
La réponse est : NON.

Non seulement la pratique est une bonne école mais en plus énormément de redac chef que j'ai rencontré étaient carrément rebutés par les candidats sortant d'écoles reconnues parce qu'ils :

- manquent de ténacité, ce qu'on m'a expliqué c'est qu'ils apparaissent un peu aux entretiens avec l'attitude : "j'ai fait une école reconnue donc tout m'est dû est je n'ai rien à prouver"

- ont des exigeances qui dépassent 80% des média. En gros c'est : "j'ai fait une école reconnue alors je veux partir en reportage en Afrique ou je pique une crise".

Si avoir une formation (quelconque) en journalisme rassure les employeurs inévitablement, sortir d'une école n'assure rien du tout.

Par exemple, j'ai fait un master de journalisme à la fac, et le taux d'emplois de ma promo est étonnement bon. Certains ont des CDD d'autre des CDI, et d'autres ont été nommé "chef de rubrique". Je ne pense pas que le taux "d'intégration" soit le même dans les écoles reconnues.

Publié : 27 juin 2007, 21:53
par Alexverte
salut dolly

t'as fait quoi exactement comme master si c'est pas indiscret ?

parce que du coup je dois continuer en master, et je pense continuer en info com en master 1 mais bon si quelqu'un connait autre chose de bon...

Publié : 27 juin 2007, 21:58
par kiwok
Tututut ! Il est tout à fait possible d'entrer dans une école reconnue, sans payer les droits d'inscription! :shock:
Mieux, on se fait payer :lol:

Ca s'appelle le contrat de professionnalisation et ça devient plutôt rare. Ca dure deux ans, deux tiers du temps en entreprise, le tiers restant à l'école. Je suis à l'ESJ Lille et à La Voix du Nord et je termine en décembre. Après, t'as pas un statut d'étudiant, mais de salarié. Tu apprends le métier tout en commençant à gagner ta vie, que demander de plus ?

Alexverte, oui, je suis d'accord quand tu dis qu'il n'y a rien de plus formateur que le terrain. Mais les conneries que tu seras amenée à faire, tu les discerneras plus rapidement après un passage à l'école. Que tu t'efforceras de corriger une fois dans la rédac'.

Après, le revers de la médaille, c'est que tu dois te spécialiser en presse écrite, en radio ou en TV. Mais le métier, c'est le métier. Pareil partout, y a que le canal qui change.

Ma petite expérience, j'ai foiré tous les concours que j'ai pu passer en 2005. Après avoir bien mariné tout l'été, avec remises en cause et tout le toutim, j'ai tenté ce truc sans trop y croire. A ma grande surprise, ça a marché et je ne regretterais ma place pour rien au monde. Désolé, si ça fait un peu " témoignage à la con sur sur encart publicitaire" :shock:
Voilà, pour dire que rebondir, c'est toujours possible après foirage.

Et Dollydolly, je ne serai pas aussi catégorique que toi. Oui, certains ne se sentent plus péter parce qu'ils sortent de l'ESJ. C'est vrai. Mais alors, je serai tenté de dire, tant pis pour eux! Cette humilité leur manquera un jour ou l'autre. Et puis ce que tu décris, c'est loin d'être une vérité absolue, loin de là même. Il y a des branleurs qui sortent des écoles comme il y a des branleurs qui n'ont pas fait d'école. Avec un soupçon de talent, si on a envie de faire se métier, on y arrive, école ou non. Mais faut vraiment avoir envie, hein !

P.S : vive la PQR

:P

Publié : 27 juin 2007, 22:13
par Dollydolly
Nan mais c'est clair : il n'y a pas de régle. Les recruteurs ont leurs préférences, c'est sûr que si on vise "l'international" au Monde il vaut mieux être passé par l'ESJ et consort...

La seule règle c'est : travail, rigueur et... chance !