I've got the blues...(mais pas du bussiness man !)

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1643
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Message non lu par havas » 23 mars 2006, 11:14

-Formation initiale
IPJ Alternance


- Arrivez-vous à gagner votre vie exclusivement grâce à vos piges ou avez-vous un travail à côté et lequel ?

Au début, je vendais des orphelins asiatiques pour arrondir les fins de mois, maintenant ca va mieux...

- Votre toute première pige qui ait été acceptée par une rédaction : comment avez-vous "démarché" les journaux pour proposer votre article (avez-vous décroché votre téléphone, pris votre voix la plus gracieuse et séduit la standardiste pour parvenir au rédacteur en chef, avez-vous directement envoyé le synopsis avec un petit mot d'accompagnement ? )

Toujours séduire la secrétaire... c'est le seul relais ( rarement un obstacle lorsque l'on a une voix suave et sensuelle, genre latin lover ) fiable vers la personne à joindre. Tu faxes ( ou tu postes, mais tu dates toujours TOUT ce que tu proposes, on sait jamais ), puis tu rappelles le lendemain pour savoir si c'est arrivé. Tu séduis la secrétaire, tu lui demande si son chef aurait pas cherché à te contacter. Tu laisses mijoter une demi journée, si on te rappelle pas, tu recommences les appels le lendemain ( ca vaut surtout pour la presse mag' ) si au bout de trois jours t'as rien, tu démarches ailleurs.
Si c'est urgent, tu cherches à joindre le chef du service le plus concerné qui fera remonter à qui de droit.
Tu cibles à mort ( pas d'articles sur les maisons de retraites pour "20 ans" ), ce qui signifie aussi que tu connais le support pour lequel tu veux travailler : tu sais dans quelle rubrique, quelle place, etc...
"En fait, j'ai eu de la chance... " : une chose importante à comprendre dans le métier, la chance, c'est 70% du boulot ( la chance ca se provoque aussi, ( pas de créer les faits pour les petits malins ), mais savoir où et quand un sujet intéresse.

-Et pour finir, comment concrètement organisez-vous votre journée de travail ?
Je me lève, tôt ou tard, je prends des tartines de Nutella, ou du miel, j'aime bien le miel le matin, c'est doux et très agréable avec un jus de pomme mais pas trop frais.
Ensuite j'allume la radio, j'écoute Rires&Chansons ( Cyril Hanouna de 7à9h, c'est très con mais ca fait du bien ).
Après je passe au choses sérieuses : une douche, je m'habille, je regarde par la fenêtre si ma voiture est toujours garée au même endroit ( 5 fourrières depuis le 1er janvier 2006, qui dit mieux... ).
Là je coupe la radio, ou je mets Fréquence Jazz en fond sonore (une radio lyonnaise bien relax ), et je vais chercher les journaux dans la boîte aux lettres ( je suis abonné à pleins de trucs, ou je reçois les "témoins" des publis avec les lesquels j'ai bossé ).
Je lis les agendas, je repère des évènements, je les notes. Ensuite Internet, je fais les agendas des mairies, des salles de spectacles, et d'autres, je notes.
J'épluches mes notes et je décide ce qui va être le plus intéressant où ce qui va me permettre de m'organiser au mieux pour bien remplir ma semaine ( même si j'aime bien prévoir un mois à l'avance ).
Là on m'appelle, c'est un mag qui voudrait une de photos.
Ca fout en l'air toute mon organisation, il est midi, je vais donc me aire à manger. Ensuite la sieste ( on peut pas bien travailler le ventre vide et en manque de sommeil ). Je me réveille vers 15h30-17h, c'est l'heure de NYPJ sur TF1 et après y'a Monk.
19h30, j'en ai marre de regarder Arthur faire pleurer des gens, j'éteins la télé et je vais faire à manger pour ma chérie qui rentre du boulot.
Moi, j'irais bosser demain...
gaellou
Messages : 89
Inscription : 09 avr. 2004, 13:47
Localisation : Glasgow, Ecosse
Contact :

Message non lu par gaellou » 23 mars 2006, 11:17

J'aime bien ta journee havas LOL
Journaliste depuis 1995
DesHydrogenationSous Vide
Messages : 4
Inscription : 23 mars 2006, 12:42
Contact :

Message non lu par DesHydrogenationSous Vide » 23 mars 2006, 13:27

HollyGolightly a écrit : je suis fière de mes cookies au chocolat blanc, fière d’avoir réussi à reproduire la scène finale de Dirty Dancing au spectacle de fin d’année de la 4ème B, fière de la dernière fois où j’ai réussi à faire un créneau sans assassiner une borne de parking et fière d’avoir réussi à dire « Vous n’êtes qu’un infâme individu dénué de scrupules » à mon dernier patron.
c'est deja pas mal
- Quelle est votre formation initiale ?

J'ai abandonné le litteraire quand on a pas cessé de me rabacher preuve a l'appui (notes scolaires) que j'etais un scientifique mais j'ai ecrit 3 ans de 17 a 20 ans pour le stan un gratuit hebdomadaire Nanceein la chronique ciné (place gratos au ciné sa se refusent pas ) et en alternance avec une amie (soit tous les 15 jours pour les non matheux ) le billet d'humeur coincé entre une pub pour un sex shop et celle du djerba (une couscousserie )


- Votre toute première pige qui ait été acceptée par une rédaction :

Vite demotivé par mon entourage, J'ai choisi asez vite la raison a la passion (boulot stable retraite complementaire achat immobilier). J'aidai souvent une amie a trouver des idées et pour le billet d'humeur. Elle ma proposé d'en ecrire un quelle montrerait au redac chef resultat pour faire court apres 3 billet ecrits en double on a fait l'alternance

- Si vous pouviez repartir à zéro et redevenir un ado de 18 ans , quel cursus choisiriez-vous ?

Au vue de ce forum je regrette un peu moins de ne pas avoir taper du poing sur la table et dis " Papa , Maman j'aime la litterature je veux continuer la dedans tant pis si je me plante j'aurai essayé."

- Quel est l'article dont vous êtes le plus fier(e) ? Celui que vous préfereriez ne jamais avoir écrit ?

un billet d'humeur (et oui j'ai fais que cela) sur la gestion des centres d' accueil SDF de Nancy (c'etait ma periode l'abbé pierre)

je me souvient pas de mes mauvais papiers (memoire selective)

Courage Holly et a vous tous
HollyGolightly
Messages : 84
Inscription : 07 mars 2006, 09:44
Localisation : Paris ou presque
Contact :

Message non lu par HollyGolightly » 23 mars 2006, 15:45

Merci pour toutes ces réponses drôles, instructives et parfois aussi desespérée que je peux l'être lorsque mon téléphone sonne, que je frémis à l'idée qu'il puisse s'agir d'un employeur potentiel, que je prends ma voix la plus suave et que j'entends "Nadine Chesney, LCL le Crédit Lyonnais, vous avez encore dépassé votre découvert autorisé Madame Golightly, peut-on réfléchir ensemble à une solution ?". C'est le coup qu'elle m'a fait vendredi dernier, à 8h30 DU MATIN. Et là je me suis dit "plus jamais ça" avant de filer au Printemps avec ma carte magique qui me permet de payer 3 fois plus cher avec les intérêts une fringue dont je n'ai absolument pas besoin.

J'étais hier à la journée Portes ouvertes de l'emi-cfd, qui propose des formations en journaliste-rédacteur de 6 mois. Pleine d'entrain, de fougue et de confiance en l'avenir, je m'y suis donc présentée, me disant à moi-même : "Une formation, c'est du concret, en 6 mois, tu vas apprendre à maîtriser les arcanes du métier, à te forger un carnet d'adresses et peut-être même qu'à la fin, tu auras un vrai métier, et qu'au mariage de ta cousine, tu pourras déclarer à la famille ébahie et d'un air dégagé "Je travaille en ce moment sur un documentaire consacré aux usines Seveso dans la vallée du Rhône et à leur impact sur la perche du Lac Léman". (oui, j'ai vu récemment un célèbre reportage sur le poisson, ça m'inspire).
En guise de préambule, le directeur a déclaré que la formation de journaliste était la seule de l'école à n'être pas financée par le Conseil régional d'Ile-de-France. Ce qui est finalement d'une logique implacable, et me rappelle le discours que me tenait récemment mon conseiller à l'ANPE, que j'aime autant voir que Nadine Chesney, c'est dire à quel point nous sommes proches : "Mais Madame, les filières qui recrutent aujourd'hui sont l'hôtellerie, la restauration et le BTP, pourquoi les Assedics vous offriraient-ils une formation en journalisme puisqu'il n'y a pas de travail ? Une petit reconversion, non ?". Je lui ai assuré que j'y songerai prochainement, mais que s'il avait pu voir l'abyme de perplexité dans lequel je sombrais lorsque je devais monter une boîte d'archives dans mon ancien boulot, il n'aurait jamais eu l'impudence d'évoquer la filière BTP devant moi. Il s'avère également que lorsqu'on est au chômage, non indemnisé par les Assedics, on ne bénéficie pas non plus d'une prise en charge concernant les frais de formation. C'est ce que le sémillant directeur précisa, en déclarant "J'éspère que parmi vous, personne n'a démissionné de son ancien emploi et perdu ses droits au chômage". J'ai dégluti, blêmi, repensé à ce jour où mon patron a vociféré "Mais puisque vous n'êtes pas contente, vous n'avez qu'à vous barrer" et où je me suis crânement levée en lui disant "C'est précisément ce que j'ai l'intention de faire". Sur l'instant, je me trouvais courageuse, héroïque et romanesque. 5 mois plus tard, je me dis que je n'ai jamais été aussi inconséquente et irresponsable que ce jour là. Puisqu'à cause d'un moment de bravoure inconsidéré, je suis condamnée à envisager une reconversion dans la gestion d'un restaurant Courtepaille. J'ai quand même assisté à la fin de la réunion et écouté les questions des gens qui étaient présents. "Est ce qu'on a une carte de presse en sortant ?" (là je me suis dit "tiens, lui aussi veut faire son Jack Bauer". "Est ce qu'on a un travail en sortant ?" (ce à quoi le directeur a répondu "75 % des étudiants ont un travail en relation avec le journalisme en sortant". J'ai médité sur le segment de phrase "en relation avec le journalisme". Ca m'a semblé louche). Comme je suis une personne vénale et pragmatique, j'ai levé le doigt (oui, je suis comme ça, le courage et moi ça me connaît ; il m'a fallu 10 minutes pour me résoudre à lever le doigt, mais j'ai fini par le faire, j'en déduis que je suis mûre pour partir à Islamabad) "Combien ça coûte ?" ai-je donc demandé en songeant avec émotion à Jean-Pierre Pernaut et en me disant que la pertinence de ma question et l'aplomb avec lequel je l'avais formulée m'inscrivait définitivement dans la grande lignée des journalistes d'investigation, à laquelle, je le sens, un lien ténu me relie depuis toujours. "Hé bien, cette année, la formation coûtait 4800 euros, mais le conseil régional ayant retiré son aide, il est possible que l'année prochaine, le coût augmente". "De manière significative ?" ai-je demandé hardiment, puisque là ça y est, j'étais lancée, plus rien ne pouvait m'arrêter, j'avais la parole, j'étais grisée par le sentiment d'approbation que je sentais tout autour de moi, ma carrière était partie. "Il est possible que la formation passe à 6800 euros, nous ne pourrons vous le préciser qu'en fin d'année". Quelques minutes de conversion en francs plus tard, j'ai recouvré mon calme et lucidité habitels. Bien évidemment, je savais que je ne réunirai pas 6800 euros d'ici un an. Je n'avais pas pris de vraies vacances cette année, et j'avais quelques vagues projets de week end à Londres, de petits déjeuners à Honfleur et de trekking en Suisse (je pourrais dire simplement "randonnée" mais "randonnée", ça sonne "glacière et bob ricard", trekking tout de suite, on visualise la nana habillée en Quechua de la tête aux pieds en train de gravir le Cervin, c'est mieux).
Je suis sortie de l'emi-cfd un peu plus perplexe encore que je n'y étais entrée. En plus il pleuvait. J'ai marché jusqu'au métro en me disant qu'il y a un truc dans Sex in the city qui m'énerve. Elle ne prend jamais le métro, elle héle des taxis à longueur de temps. Depuis 3 ans que je suis à Paris, j'ai du prendre le taxi 5 fois, et vraiment parce que je ne pouvais pas faire autrement. Une fois, j'ai fait le Marais-la Défense à pied. C'est très long. Et quand je prends le taxi, je garde les yeux rivés au compteur et je m'arrête toujours 2 rues avant la mienne, parce que vraiment, c'est le genre de dépenses qui me brise le coeur. Tout ça pour dire qu'hier soir, je me suis demandée si une formation à 6800 euros était nécessaire. Ce n'est pas en 6 mois que je vais acquérir la culture géopolique qui me fait si cruellement défaut. Une personne de ce forum que je ne nommerai pas mais que je trouve éminement sympathique m'a parlé de son dernier oral où elle avait confondu Moucharraf et Moubarak. Pour rire, je lui ai demandé s'ils avaient un corner aux Galeries Lafayette. Passé le moment où je me suis dit "ah ah que tu es spirituelle ma fille", j'ai réalisé que je n'avais pas de quoi être fière. La seule chose que je savais des deux susnommés, c'est qu'effectivement, ils n'étaient pas créateurs de mode, mais hommes politiques. Mais pas en France. Quelque part à l'Est, j'étais incapable de dire où précisément. C'est là que j'ai compris que lire Google Actualités en diagonale tous les matins depuis un an ne constituait pas une démarche suffisante. Et que mes premiers articles s'intituleraient plutôt "Qui coiffe Ioulia Timochenko ?" plutôt que "Mon voyage sur les traces de BHL sur les traces de Tocqueville". "On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a et le peu qu'on sait faire, on essaie de le faire bien " a dit un jour Massimo Gargia. Sur ce je m'apprête donc à commencer à réfléchir à la conception de mon premier article.

Merci encore pour vos réponses qui m'aident à construire ma réfléxion sur la façon dont j'envisage de pratiquer. Et puis, c'est tellement réconfortant de voir que les autres sont angoissés aussi !
reac29
Messages : 26
Inscription : 30 août 2005, 11:24
Contact :

Message non lu par reac29 » 23 mars 2006, 16:16

Pourquoi ne fais tu pas de stages?

Tu comptes prendre un stylo, écrire un article et appeler les redactions... Je visualise pas trop excuse moi... Tes remarques font trés Bridget Jones en pleine remise en cause: Tu l'aurais pas vu 10 fois le film?

T'as pas de sous pour faire une formation payante? Tentes en une gratuite ou presque, yen a de trés bonnes.
Tu n'es pas prise... fais des stages, tente ta chance, observe comment ça marche, propose des sujets, prends toi des vestes, fais toi taper sur les doigts. L'écriture en journalisme n'a rien à voir avec celle d'une dissert ou d'un message sur un forum. Et avoir une bonne plume n'est pas quelque chose de fondamentale.
Ensuite peut être que tu pourras tenter des piges, aprés tes stages. Quand tes chefs seront contents de toi peut être qu'ils voudront te faire plaisir et te mettre à l'épreuve. Quand tu auras gagné 100 euros, tu seras super fière de toi tu verras...

C'est un métier qu'on idéalise souvent mais qui n'est pas forcément tous les jours exaltant, plein de voyages de presse, buffets gratos et dejeuner avec vip. Tu risques surtout au début d'écrire sur l'élection de miss Pégomas...
Dis toi qu'un CDI en presse écrite ça n'existe plus, des gens brillants yen a plein des jeunes beaux et sympas qui savent ce qu'ils veulent depuis le lycée.

Désolé de faire le méchant mais il en faut bien un.

En tout cas bon courage, t'as l'air trés chouette, j'éspere que ça marchera...
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1643
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Message non lu par havas » 23 mars 2006, 16:18

6800 euros... mais il te faudra piger quatre ans pour rembourser ca !!!!
( je plaisante, même si c'est ptêt pas le moment )
Bon il faut savoir que ce type de formation ( Golightly c'est ton vrai nom ??? c'est mignon... )
en six mois pour apprendre les bases ( et encore je me demande si ca dépasse " combien de sucres dans votre café" " Deux. Tenez, votre diplôme, merci au revoir" ) ne sont assurément pas du tout un moyen efficace d'entrer dans la profession. Technicien de surface dans une rédaction " est un métier en relation avec le journalisme ", comme le mec à qui on achète des gauffres en face.

Pour ce qui est de tes premiers articles, n'oublie pas d'être informative autant que descriptive, chaque citation doit reprendre fidèlement la pensée de son énonciateur, et trouver les bons interlocuteurs est presque un métier en soi.
Pour le côté pratique, très pratique même, vends toujours tes idées avant de réaliser le sujet ( sauf si tu es persuadée - convaincue dans ton âme et conscience que tu le vendras à n'importe qui une fois fait ), RESPECTE LES CONSIGNES DONNéES, genre pour le nombre de signes, ( on est souvent jugé sur les premières piges sur notre capacité à respecter cette simple règle ). Et RENDS dans les délais : pas d'excuses, 17h vendredi soir c'est pas 7h samedi matin ( sauf si tu ne peux VRAIMENT, mais alors VRAIMENT pas faire autrement ).
Propose toujours plusieurs sujets, cela montre que tu sais t'adapter ( de toute façon on t'imposera ton premier sujet
Toi : - " ALors, euh, j'ai un sujet, là, ce serait rencontrer Julia Roberts et la suivre une journée pendant son shopping, voilà, pour montrer aux lecteurs ce qu'est une vie de star" -
Rédac chef : " Ca me plaît beaucoup, coco ( homme ou femme tu seras coco. On s'habitue ), ton idée, là. Mais Julia Roberts, trop clinquant. tu vas suivre Béatrice Dalle qui va voir son mari au parloir. Si tu peux nous faire un reportage genre " J'ai testé pour vous" La misère sexuelle des détenus en France", je te laisse carte blanche pour ton sujet."
Toi : " EUH, je vais y réfléchir, OK..."
LaureneC
Messages : 2
Inscription : 23 mars 2006, 14:55
Contact :

Message non lu par LaureneC » 23 mars 2006, 16:21

Salut à tous!

ça fait plaisir un peu de solidarité dans ce monde précaire!
Je me retrouve dans vos posts, alors j'apporte mon petit témpoignage!

J'ai 25 ans. Je suis pigiste depuis 2 ans et demi. J'ai passé 2 ans à l'étranger comme correspondante (mais pas salariée...) pour 2 journaux français. ça se passait plutôt bien, j'arrivais à en vivre (certains mois :wink: ), mais je ne me voyais pas faire ma vie là-bas donc je suis rentrée à Paris il y a 6 mois et depuis je galère un peu comme au début: le tout c'est d'être légitime sur les sujets que l'on traite et ça prend du temps...

- Quelle est votre formation initiale ?
maîtrise de LEA

- Arrivez-vous à gagner votre vie exclusivement grâce à vos piges ou avez-vous un travail à côté et lequel ?
Depuis mon retour en France plus vraiment. Mais ça va venir, j'y crois: la persévérance finira par payer. Journaliste, c'est mon boulot à plein temps. Pas question de me disperser en bossant ailleurs. Je préfère manger des pates!

- Votre toute première pige qui ait été acceptée par une rédaction : quel en était le sujet ? comment avez-vous "démarché" les journaux pour proposer votre article (avez-vous décroché votre téléphone, pris votre voix la plus gracieuse et séduit la standardiste pour parvenir au rédacteur en chef, avez-vous directement envoyé le synopsis avec un petit mot d'accompagnement ? ).

Avant de m'installer à l'étranger j'ai proposé mes services à un journal. J'ai eu un RV à la rédaction. Ils m'ont dit de leur proposer des sujets une fois sur place et qu'ils jugeraient sur pièce. J'ai fait très attention au choix du premier sujet, qui était un test pour la suite des événements. Donc j'ai attendu de tenir vraiment un bon sujet, pour leur faire une proposition qu'ils ne pourraient pas refuser (comme le Parrain :wink: ) : mon premier papier c'était sur le combat des Inuits de Thulé contre le Danemark pour retourner sur leurs terres ancestrales, dont on les a chassés en 1953 pour construire une base militaire US. Passionnant!

- Dans un monde idéal où la presse serait en pénurie de rédacteurs comme je suis en pénurie de nutella ce matin à mon grand désarroi, quel serait le poste que vous souhaiteriez occuper ?

A 25 ans rédactrice salariée, ça m'irait: faire le même boulot qu'aujourd'hui, la précarité en moins! La liberté du pigiste, c'est un leurre: on dépend complètement du bon vouloir des rédac-chefs.

- Si vous pouviez repartir à zéro et redevenir un ado de 18 ans en Doc Martens, jean cobainique et t-shirt à message hautement polique que vous étiez peut-être (j'essaie de me souvenir de mes 18 ans mais ça commence à faire loin ), que feriez-vous ? ( professionnellement parlant j'entends, je ne parle pas d'orgies de vodka orange ou whisky coca (oui, c'est ce que je buvais quand j'avais 18 ans, et c'est bien l'une des raisons pour lesquelles finalement, je préfère en avoir 28 !). Avec le recul et votre expérience de la profession, quel cursus choisiriez-vous ?

A 18 ans, j'aurais peut-être du avoir plus d'ambition et tenter Sciences Po au lieu d'aller traîner mes Doc Martens (bien vu) à la fac sans trop me poser de questions. Mais je ne regrette pas mon parcours: tous les chemins mènent au journalisme si c'est vraiment ce qu'on veut faire.

- Quel est l'article dont vous êtes le plus fier(e) ? Celui que vous préfereriez ne jamais avoir écrit ?

Mon premier papier sur les Inuits parce que c'est celui qui m'a lancée, c'était énorme! Après je me suis demandée si j'allais réussir à trouver des sujets aussi intéressants. Heureusement, oui! Je ne suis pas aussi fière de tous mes papier mais je n'en renie aucun, même ceux signés avec un pseudo pour des journaux un peu moins sérieux.

-Et pour finir, comment concrètement organisez-vous votre journée de travail ?

Avec ou sans nutella le matin, il n'y a pas de journée type. En ce moment je passe plus de temps à chercher des infos sur internet qu'en reportage, et c'est pas ce que je préfère. depuis 1 mois je partage des locaux avec d'autres pigistes: c'est un gros changement dans ma vie de pigiste d'avoir des collègues sympas et une ambiance de travail stimulante! c'est ce qui me manquait. d'ailleurs on a une place libre, si ça vous intéresse: c'est dans le 12ème à Paris.

Bon courage à tous!
reac29
Messages : 26
Inscription : 30 août 2005, 11:24
Contact :

Message non lu par reac29 » 23 mars 2006, 16:24

Pourquoi ne fais tu pas de stages?

Tu comptes prendre un stylo, écrire un article et appeler les redactions... Je visualise pas trop excuse moi... Tes remarques font trés Bridget Jones en pleine remise en cause: Tu l'aurais pas vu 10 fois le film?

T'as pas de sous pour faire une formation payante? Tentes en une gratuite ou presque, yen a de trés bonnes.
Tu n'es pas prise... fais des stages, tente ta chance, observe comment ça marche, propose des sujets, prends toi des vestes, fais toi taper sur les doigts. L'écriture en journalisme n'a rien à voir avec celle d'une dissert ou d'un message sur un forum. Et avoir une bonne plume n'est pas quelque chose de fondamentale.
Ensuite peut être que tu pourras tenter des piges, aprés tes stages. Quand tes chefs seront contents de toi peut être qu'ils voudront te faire plaisir et te mettre à l'épreuve. Quand tu auras gagné 100 euros, tu seras super fière de toi tu verras...

C'est un métier qu'on idéalise souvent mais qui n'est pas forcément tous les jours exaltant, plein de voyages de presse, buffets gratos et dejeuner avec vip. Tu risques surtout au début d'écrire sur l'élection de miss Pégomas...
Dis toi qu'un CDI en presse écrite ça n'existe plus, des gens brillants yen a plein des jeunes beaux et sympas qui savent ce qu'ils veulent depuis le lycée.

Désolé de faire le méchant mais il en faut bien un.

En tout cas bon courage, t'as l'air trés chouette, j'éspere que ça marchera...
GUDULE
Messages : 2
Inscription : 14 mars 2005, 09:20
Contact :

Message non lu par GUDULE » 23 mars 2006, 16:35

des galères, toujours des galères, oui mais en bossant 25 heures sur 24 et en s'obstinant on retrouve toujours une page pour écrire ! on fait déjà un métier passionnant, si c'était facile tous les bureaucrates qui s'ennuient en comptant les secondes centième par centième auraient trouvé le job de leur rêve !

Bref, si vous avez 2 ptites min pour aller signer la pétition montée par les proches de Guy André Kieffer qui se battent depuis bientôt 2 ans en se heurtant au silence et à l'incertitude ça serait plus que sympa, je dirai même que c'est un acte de solidarité essentiel lorsque l'on veut faire parti des journalistes de demain.

Non, je ne suis pas rabat joie certes vous ne m'avez certainement pas attendue et heureusement !!!! pour vous mobiliser pour la liberté de la presse mais voir kun forum sur le spleen aiguise toutes les plumes et très peu de gens s'arrètent sur celui pour GAK ça m'énerve un peu beaucoup.

Ceci dit si vous voulez faire passer le lien à vos mailing respectif ou soumettre des ID pour mobiliser le + de gens possible pour tenter de faire bouger concrètement les choses la porte est grande ouverte.
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1643
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Message non lu par havas » 23 mars 2006, 16:37

Oui, fais des stages, jeune. Le stage, c'est la vie, surtout dans une entreprise bien.
N'oublie pas de signer ton CPE avant de partir.
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1643
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Message non lu par havas » 23 mars 2006, 16:45

Gudule tu pourris le sens de mon message... et ca me fout le spleen.
reac29
Messages : 26
Inscription : 30 août 2005, 11:24
Contact :

Message non lu par reac29 » 23 mars 2006, 16:45

C'est quoi ta théorie, attendre qu'on t'appel pour un CDI?
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1643
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Message non lu par havas » 23 mars 2006, 16:55

Pas de théorie. Seulement la pratique.
reac29
Messages : 26
Inscription : 30 août 2005, 11:24
Contact :

Message non lu par reac29 » 23 mars 2006, 17:01

ok. Conseiller à une nana de 28 ans qui a pas écrit un papier d'écrire des articles et d'appeler des rédactions, t'en as des bonnes idées dis donc...
BenPerdu
Messages : 123
Inscription : 24 mars 2005, 15:58
Localisation : par GPS
Contact :

Message non lu par BenPerdu » 23 mars 2006, 17:10

Ouah ! Le temps d'écrire mon long message et v'là qu'il y avait plein de nouveaux !
Les stages, c'est un moyen de mettre les pieds dans le métier... A la rigueur, vaut mieux commencer par des correspondances, c'est payé et c'est la réalité du terrain mais à Paris, c'est pas évident à décrocher, mieux vaut viser la banlieue et la PH très locale.
En tout cas, la vente d'un papier sans aucune expérience derrière ça a marché pour moi ! Les petites publications ne demandent pas d'énormes références, du moment que tu rends dans les temps et dans les signes...

J'en rajoute comme une surdose de Nu***a (pas de pub!) sur une tartine délicatement grillée, mais tu as vraiment une très bonne plume ! Ne perds ni patience ni courage mais envoie les textes que tu nous fais à Nadine, ça la détendra un peu, ils n'ont pas beaucoup l'occasion dans les banques...

Parcours :
Licence d'Histoire, semi maîtrise, IPJ en alternance.

Boulots alimentaires ?
Bah, je fais du 50/50 presse et com', mais en rapport monétaire ça fait 30/70... enfin, faisait...

Toute première pige ?
Un cadeau d'anniversaire à un ami supporter de foot que j'ai transformé en pige en un coup de fil ! Franchement, gros coup de bol !

Technique de vente ?
C'est là tout le problème, peu d'entre nous sortent d'écoles de commerce ("C'est un article qui est porteur sur le segment ciblé, l'étude de marché le confirme, et j'ai encore des innovations qui apportent de la valeur ajoutée... Et pour trois piges achetées, je vous fais 5% de réduc sur la dixième, si vous en commandez cinq, payables en trois fois sans frais)
Mais j'aime bien séduire les secrétaires et les standardistes même si elles n'ont aucun pouvoir décisionnels...

Dans un monde idéal ?
Je serais concasseur de noisettes chez Fer**ro (au rapport noisettes/graisses, ça doit être peinard)

Si je revenais à mes 18 ans ?
Je sauverais Kurt Cobain, j'essaierai d'avoir mon bac du premier coup, et puis après, j'entrerais tout de suite dans la presse en parallèle de mes études pour avoir une bonne expérience de la galère aujourd'hui...

Bon article, article pourri ?
Bon : Le bio, avec grosse réprimande du Ministère de l'Agriculture. Pour les mauvais, je sais plus, j'en ai fait tellement... mais je ne les renie pas, c'était juste un besoin de "coller à ce que veulent lire les gens".

Ma journée ? (si la soirée de la veille n'a pas été trop violente)
8h - réveil en info. Réponse à la question d'hier soir : "C'est pas gagné"
8h15 - Ti'dej. Assainissement du corps et de l'esprit. Préparation à la vie sociale.
9h30 / 10h30 - arrivée à mon bureau (je peux plus travailler de chez moi, j’ai plus de chez moi...). Avec un peu de chance, quelques articles qui seront en retard dans une heure à finir. Consultation des mails. Petit tour sur le forum. Attente de coups de fil et d'une idée grandiose.
12h - fin de la troisième pause cigarette. Rien de neuf sur les sites d'infos, ni sur lequipe.fr. Ai lu toutes les conneries envoyées par les amis. Sudoku. Petit tour sur le forum.
12h45 - fin du Sudoku niveau facile. Fierté relative. Faim de l'estomac. Manger. Petit tour sur le forum.
15h - fin de la pause café/clope d'après manger. Envie de travailler. Reprise des articles en attente. Recherche d'infos, prises de contacts. Petit tour sur le forum.
19h - Petit bilan à mi-journée : articles vendus -> 0, bonnes idées -> 5, articles commandés mais pas intéressants mais faut bien vivre -> 2. Petit tour sur le forum.
20h - préparation de la soirée :
- bonne soirée : sorties, ami(e)s, apéro, resto, fête
- soirée fade : ciné tout seul, manger tout seul...
2h - coucher. Motivation pour le lendemain : "y'a ça et ça et ça à faire, voir comment on pourrait vendre ça et ne pas lâcher l'affaire ! Tu vas y arriver ?"
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »