AS-TU FAIT LE PIGE'S QUIZZ ?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
AMELIE

AS-TU FAIT LE PIGE'S QUIZZ ?

Message non lu par AMELIE » 23 sept. 2002, 03:49

Pour tester tes droits de pigistes, voici un petit quizz
(les réponses sont à la fin...mais ne triche pas! ):

1/ Quand ton article doit il étre payé ? :
- A aprés parution de l'article
- B à la fin du mois de la remise du texte

2/ ta pige doit etre réglée :
- A en salaire
- B en droits d'auteur

3/ les congés payés et le 13e mois doivent être payés:
- A en plusieurs fois,chaque mois
- B fin juin

4/ un article commandé mais non publié doit être payé:
- A moitie prix
- B plein pot

5/ la 2e parution d'un de ton article sur un site internet:
- A ne doit pas etre rémunérée
- B doit être rémunérée

6/ la repasse d'une de tes photos ou textes sans ton accord est:
- A un vol
- B un moyen d'être célèbre

7/ la republication d'un article dans la meme revue est généralement payée:
- A moitie prix
- B au tiers du prix

8/ un article repassé dans une autre revue du même groupe sera payé:
- A plein pot
- B moitie prix

9/ le barème syndical des piges est :
- A minimal
- B maximal

10/ la carte de presse est obligatoire
pour faire valoir tes droits:
- A oui
- B non

source: USJ

REPONSES:
1/ B
2/ A
3/ B
4/ B
5/ B
6/ A
7/ A
8/ A
9/ A
10/B
Christophe Girard

Message non lu par Christophe Girard » 24 sept. 2002, 23:30

Dommage qu'il y ait quelques bugs dans ton quiz.

Si les congés payés doivent être payés en juin (à moins d'une disposition plus avantageuse), le 13e mois, lui, doit être payé dans le courant du mois de janvier !

Tu parles d'un barème minimum de la pige. Le seul qui existe est celui des quotidiens parisiens (SPP) : 57,17 euros le feuillet depuis le 1er juin 2002.
Dans les autres types de presse il n'existe aucun minimum.

Par ailleurs, si la carte de presse n'est pas obligatoire, pas plus que la carte nationale d'identité, elle est indispensable dans un certain nombre de cas (en particulier pour se voir reconnaître le statut de journaliste à l'Assedic) et surtout elle simplifie souvent l'exercice de sa profession.


Source : [url=http://www.snj.fr/[/url]
AMELIE

Message non lu par AMELIE » 25 sept. 2002, 00:46

merci christophe pour ces precisions
Dans le cadre du quizz, j'etais limite par la concision des reponses;
ok, pour le 13e mois, j'ai fait l'erreur de le mettre avec les congés payés

par contre pour la Carte de Presse, d'apres l'USJ-CFDT:
" La carte de presse n'est pas obligatoire. Elle n'est qu'un moyen parmi d'autres de prouver votre qualité de journaliste.

Elle permet, dit la loi, "de se prévaloir de la qualité de journaliste soit à l'occasion de l'établissement d'un passeport ou de tout autre acte administratif, soit en vue de bénéficier des dispositions prises en faveur des représentants de la presse par les autorités administratives".

Sachez donc que, si tel ou tel journal exige la possession de la carte de presse pour vous faire bénéficier du statut de salarié et des avantages de la convention collective des journalistes, vous pouvez protester. "

Donc faut pas se laisser impressionner, si un journal nous dit:
"je ne peux vous payer qu'en honoraire, puisque vous n'avez
pas de carte de presse".

Ca arrive a des journalistes qui ecrivent des bouquins.
Ils perdent certaines annees leur carte, parce que leurs droits d'auteur
sont superieur a leurs piges. (C'est arrivé plusieurs années à Michel POLAC)
MAIS ILS NE PERDENT PAS LEUR STATUT DE JOURNALISTES.

Il faudrait que les syndicats remettent en cause les conditions d'attribution de cette carte. C'est vraiment n'importe quoi...
Christophe Girard

Message non lu par Christophe Girard » 27 sept. 2002, 15:04

N'en déplaise à la CFDT, l'article 6 de la CCNTJ stipule que "aucune entreprise visée par la présente convention ne pourra employer pendant plus de trois mois des journalistes professionnels et assimilés qui ne seraient pas titulaires de la carte professionnelle de l'année en cours ou pour lesquels cette carte n'aurait pas été demandée." Or la CCNTJ a force de loi... La carte de presse est donc obligatoire pour un journaliste professionnel dans une entreprise de presse. Quand bien même, et tu fais bien de le rappeler, ce n'est pas la carte qui fait le journaliste.

D'ailleurs l'Urssaf redresse généralement les entreprises qui déclarent journalistes des non-titulaires de la carte de presse pour qui des abattements de charges ont été pratiqués. L'Urssaf considérant, à juste titre, que ces abattements font partie "des dispositions prises en faveur des représentants de la presse par les autorités administratives".

Idem de l'Assedic, idem du fisc.

En ce qui concerne les bouquins, s'ils entrent dans le droit fil de l'activité journalistique du demandeur, les droits d'auteur générés sont considérés par la CCIJP comme des revenus journalistiques.

Ainsi, tel journaliste scientifique publie un ouvrage sur la résistance aux antibiotiques, c'est pris favorablement en compte pour l'attribution de sa carte. En revanche s'il commet un polar, ses droits d'auteur seront inclus dans les revenus non journaliistiques.

Enfin, sur ce sujet, pour arriver à gagner plus de ses droits d'auteur de bouquins que de ses salaires de journaliste : deux possibilités. Ou il s'agit de revenus exceptionnels et la CCIJP en tiendra compte. Ou il s'agit d'une activité majeure et on est en droit de se demander si la personne répond toujours à la définition du journaliste professionnel.

PS : J'aimerai que tu explicites un peu ta tirade de sortie parce que je dois avouer ma totale incompréhension.
AMELIE

Message non lu par AMELIE » 28 sept. 2002, 19:22

Il faudrait que les syndicats remettent en cause les conditions d'attribution de cette carte. C'est vraiment n'importe quoi...

mea culpa
c'est pas tres clair... `

j'explique ma pensée

il faudrait que les syndicats de journalistes
remettent en cause les conditions d'attribution trop rigides
de la carte de presse.

par exemple, quand un journaliste est malade plusieurs mois,
il peut perdre sa carte.

y aurait aussi un plancher minimum (le smic) ?

mais si le journaliste peut vivre avec moins
(en ayant un potager,des poules et des lapins, par ex)
pourquoi lui refuser la carte?

au lieu d'emmerder les journalistes, la commission de la carte ferait
mieux de s'attaquer aux employeurs qui ne respectent pas la regle
(paiement en Agessa, par ex).

On eviterait ce genre de dialogue kafkaien:
"je vous règle en Agessa parce que vous n'avez pas de Carte de Presse"
"mais si vous me reglez en Agessa, je ne pourrai pas en avoir une !!!"
Christophe Girard

Message non lu par Christophe Girard » 29 sept. 2002, 21:04

C'EST FAUX ! ARCHI FAUX !


AMELIE a écrit :Il faudrait que les syndicats de journalistes
remettent en cause les conditions d'attribution trop rigides
de la carte de presse.
C'est la loi qui détermine qui est journaliste et dans quelles conditions la CCIJP attribue la carte.

AMELIE a écrit :par exemple, quand un journaliste est malade plusieurs mois, il peut perdre sa carte.
Pas tant qu'il est pris en charge par la sécurité sociale

AMELIE a écrit :y aurait aussi un plancher minimum (le smic) ?
Il y a ou il y a pas ? Bon ben je vais te le dire : y'en a un qui n'est pas le Smic et n'est pas absolu. Les dossiers étant examinés individuellement.

Je te rappelle que dans journaliste professionnel, il y a le mot "professionnel", pas "amateur". A 300 euros de moyenne mensuelle on est en droit de se poser des questions.

Qu'est-ce qui qualifie le professionnel si ce n'est les revenus qu'il retire de son activité ? En outre dans la rédaction de l'article L.761-2 d'avant 1974 il était précisé qu'il devait en retirer des ressources "nécessaires à sa subsistance".

AMELIE a écrit :mais si le journaliste peut vivre avec moins
(en ayant un potager,des poules et des lapins, par ex)
pourquoi lui refuser la carte?
Quelle est alors son acitivité principale ? puisque c'est la loi qui le demande.
AMELIE a écrit :au lieu d'emmerder les journalistes, la commission de la carte ferait mieux de s'attaquer aux employeurs qui ne respectent pas la regle (paiement en Agessa, par ex).
On eviterait ce genre de dialogue kafkaien:
"je vous règle en Agessa parce que vous n'avez pas de Carte de Presse"
"mais si vous me reglez en Agessa, je ne pourrai pas en avoir une !!!"
D'abord je ne vois pas en quoi la commission "emmerde" les journalistes ? Ensuite je ne vois pas de quel droit la commission pourrait s'attaquer aux employeurs autrement qu'en attribuant des cartes à des journalistes payés au noir (contrairement à ce que tu écris) et à des faux CLP vrais pigistes.
AMELIE

Message non lu par AMELIE » 01 oct. 2002, 01:44

elever des poules pour sa consammation
et cultiver des legumes sont des activités commerciales?

Faut quand meme arreter de dire des aneries !
AMELIE

Message non lu par AMELIE » 01 oct. 2002, 01:47

Christophe a dit : "En ce qui concerne les bouquins, s'ils entrent dans le droit fil de l'activité journalistique du demandeur, les droits d'auteur générés sont considérés par la CCIJP comme des revenus journalistiques".

C'est la 1ere fois que j'entends ca
Quel est l'article du reglement de la Commission auquel tu te referes?
AMELIE

Message non lu par AMELIE » 01 oct. 2002, 01:52

Donc, je repose ma question autrement à Christophe:

un journaliste
qui gagnerait 5000 F par mois:
dont 2500 F en articles
et 2500 F en droit d'auteur de bouquins "dans le droit fil"
(+ un potager et une basse cour pour vivre en autoproduction)
ne devrait pas perdre sa carte de presse?

ca va interesser un ami...
Nilo

Message non lu par Nilo » 01 oct. 2002, 10:27

Tophe, moi j'ai une question sérieuse à te poser (j'ai oublié de te la poser hier soir...) : tu sais qu'après 2 ans d'"encartement" (ouh, le vilain mot) l'insuffisance de mes revenus m'ont fait perdre ladite carte pour la 3eme année.
Je crois avoir gagné à présent assez pour refaire une demande (depuis mars environ) : suis-je obligée d'attendre la fin de l'année 2002 ou puis-je le faire dès maintenant ? Et qu'envoie-je comme documents ? merci.
AMELIE

Message non lu par AMELIE » 01 oct. 2002, 10:50

si tu fais ta demande maintenant, ils vont te refiler la carte 2002

ou alors, precise que tu veux celle de 2003

N'oublie pas que ton employeur principal peut payer la moitie.
Nilo

Message non lu par Nilo » 01 oct. 2002, 12:20

Merci : mais je préfère attendre la réponse de mon commissaire perso de la CCCIIIJJPJJJCCI etc : Christophe.
Christophe ? Tu sors du poulailler pour me répondre ou tu galopes nu dans les champs, là ?
Christophe Girard

Message non lu par Christophe Girard » 01 oct. 2002, 20:30

Tu as bien raison Nilo, parce qu'Amélie continue de raconter n'importe quoi : les dossiers de première demande qui arrivent désormais sont basculés sur 2003.

Nilo, fais ta demande de réintégration le plus rapidement possible parce que ça va bientôt être le rush de tous les renouvellements. Du retard est à prévoir dans les premières demandes et les réintégrations pour les dossiers arrivant après le 15/10.

Dans tous les cas Nilo demande à être réintégrée à compter de mars 2002, preuves à l'appui.

_ _ _ _ _ _ _ _ _


Amélie, puisque tu considères que je raconte des âneries... ne m'écoute pas et arrête de me poser des questions... mais surtout n'induis pas tes petits camarades en erreur.

Tu as encore écris une autre une contre-vérité à propos de la part patronale : ce n'est pas une possibilité, mais une obligation et uniquement dans le cas d'un renouvellement effectué avant le 01/03.

Et une autre encore à propos des pigistes pour qui ce sont les deux principaux employeurs qui prennent en charge la part patronale.
Bianca
Messages : 748
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 02 oct. 2002, 12:21

J'ai pas tout lu de vos messages mais le site de la CCCCCPPPIJJIIPPP est là :



Le mieux est toujours de demander directement aux personnes concernées. Ca évite de perdre du temps en conseils pas toujours avisés (bien que de bonne volonté).
Et pour rajouter de l'eau à votre moulin, j'ai été deux ans sans carte et c'est l'entreprise qui m'a demandé de la prendre pour qu'ils soient en règle, il y a donc bien un problème pour eux quand les employés dépendent de la convention des journalistes et qu'ils n'ont pas leur carte. Mais je ne saurais expliquer exactement quoi.
Do

Message non lu par Do » 02 oct. 2002, 18:06

hum, peut-on m'expliquer pourquoi un copain s'est fait virer d'un pqr quand il a obtenu sa carte de presse ?
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »