piges bénévoles

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
PatriciaD
Messages : 69
Inscription : 09 sept. 2004, 16:25
Contact :

Message non lu par PatriciaD » 15 oct. 2004, 13:20

J'ai pigé gratuitement il y a deux ans et pendant une année pour un copain qui lançait son journal sur Internet

Ca m'a permis de rester dans le milieu et d'aller aux conférences de presse alors que je n'avais aucune pige payante à l'époque ! je n'ai pas perdu contact avec le milieu grâce à celà ! Et aujourd'hui, j'ai des piges payées dans des grands supports !
PatriciaD
Messages : 69
Inscription : 09 sept. 2004, 16:25
Contact :

Message non lu par PatriciaD » 15 oct. 2004, 13:21

J'ai pigé gratuitement il y a deux ans et pendant une année pour un copain qui lançait son journal sur Internet

Ca m'a permis de rester dans le milieu et d'aller aux conférences de presse alors que je n'avais aucune pige payante à l'époque ! je n'ai pas perdu contact avec le milieu grâce à celà ! Et aujourd'hui, j'ai des piges payées dans des grands supports !
julie_fred
Messages : 14
Inscription : 22 janv. 2003, 11:02
Contact :

Message non lu par julie_fred » 15 oct. 2004, 16:43

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs les journalistes !

Je suis étonné et surtout catastrophé de voir de tels propos. Je pensais que pour se faire la main, un débutant en journaliste pouvait user de ce qu'on appelle une "convention de stage". Arrêtéz d'essayer de faire passer la pillule avec vos "c'est un jeune, ce n'est pas de sa faute." Je n'ai encore jamais vu d'ingénieurs, d'instituteurs, de chargés de projet, de vendeurs, de commerciaux, de techniciens de surface, d'éboueurs, de dentistes, de banquiers... débuter dans leur métier en bossant gratos. Cela bouffe notre profession et la décrédibilise à mort.

En revanche, je suis tout à fait d'accord lorsqu'il s'agit d'un coup de main pour une association. Là il s'agit de bénévolat et c'est très différent à mes yeux.

Je suis moins étonné maintenant de voir pléthore de rédaction nous considérer comme des kleenex.

Jeunes journalistes : vous avez un métier, un savoir-faire, des connaissances, un regard neuf, une meilleure emprise sur notre société, ne les donnez pas, vendez les. Si chacun faisait ainsi, la profession s'en verrait mieux considérée, et ne vous inquiétez surtout pas, les responsables de rédaction trouveraient alors l'argent nécessaire pour vous rétribuer.

Bon courage à tous.
VANESSAR

Message non lu par VANESSAR » 18 oct. 2004, 11:01

Visiblement, vous adressez ce message aux journalistes professionnels qui ont déjà, si ce n'est de l'expérience, au moins une formation en la matière. Sauf que je ne suis pas persuadée que de ceux qui procèdent ainsi, tous soient dans cette situation. Moi la première et pas mal de monde dans le cas-là j'en suis sûre, n'avons rien à voir à la base avec le journalisme et aucune formation, nous avons juste de bonnes prédispositions et un goût pour l'écriture que nous pratiquons pour notre plaisir et à nos heures perdues, parallèlement à un autre emploi qui n'a rien à voir et qui lui, nous permet de gagner notre vie. Doit-on pour autant nous auto-censurer pour laisser le plaisir et le privilège de l'écriture aux seuls professionnels ?

De plus, pour les non-professionnels qui découvrent cette activité et qui éventuellement l'envisagent comme reconversion mais qui n'ont aucune expérience ni formation à présenter sur un CV, que leur conseillez-vous alors pour réussir à vendre à bon prix des papiers aux exigeants rédacteurs en chef ? visiblement, vous semblez penser que c'est possible ?

Tout ça pour dire que je comprends vos réticences et vos arguments, toutefois, n'y a-t'il pas, au délà des considérations "syndicales" une raison inavouée qui serait celle de réserver le marché à une minorité bien installée et répondant à des critères bien définis, et en empêcher l'accès aux indésirables (en l'occurrence les simples passionnés d'écriture et les débutants) ?

Sans vous offenser, je pense que vous avez oublié un peu vite que vous-même avez été débutant (et par chance, peut-être dans une conjoncture plus favorable pour vous qu'aujourd'hui) ...

Très cordialement,
NickM
Messages : 92
Inscription : 18 juin 2004, 11:28
Contact :

Message non lu par NickM » 18 oct. 2004, 11:27

VANESSAR a écrit :Doit-on pour autant nous auto-censurer pour laisser le plaisir et le privilège de l'écriture aux seuls professionnels ?
Tout ça pour dire que je comprends vos réticences et vos arguments, toutefois, n'y a-t'il pas, au délà des considérations "syndicales" une raison inavouée qui serait celle de réserver le marché à une minorité bien installée et répondant à des critères bien définis, et en empêcher l'accès aux indésirables (en l'occurrence les simples passionnés d'écriture et les débutants) ? ,
Bonjour Vanessar,
Ce n'est pas le nombre de fanzine, blog et autres qui manquent pour combler les envies d'écrire. Si l'aspect écriture est importante, ce n'est pas la vocation première du journalisme.
Les entreprises de presse ne sont pas des cercles d'écrivains. Leur démarchent est mercantile et non philantropique. Il devrait être normal de se faire rémunérer pour tous travaux.
Sur un autre plan, je suis photographe. Dans le milieux aussi, on trouve de brave passionée qui donne leur image aux groupes de presse. C'est pas toujours génial mais ça à l'avantage d'être gratuit. Le numérique à encore plus accentué le phénomène. Comme survivre fasse à ces passionnées qui font ça pour le plaisir en plus de leur boulot. Autant ce tirer une balle tout de suite. :evil: [/quote]
julie_fred
Messages : 14
Inscription : 22 janv. 2003, 11:02
Contact :

Message non lu par julie_fred » 18 oct. 2004, 14:05

A Vanessar

Bonjour,

Je suis désolé de vous dire chère Vanessa que vous faîtes erreur. Nous ne tentons en aucun cas nous préserver de plumes extérieures. Nous voulons juste sauver notre boulot. Vous êtes évidemment les bienvenus mais respecter dans ce cas le code du travail. Faîtes-vous rétribuer ? Je ne sais pas quel boulot vous faîtes en parallèle mais seriez-vous d'accord pour que je fasse la même chose gratuitement. Votre boss serait très heureux et un jour ou l'autre il vous mettrait dehors. Voilà le risque. Il ne s'agit pas de désirs "syndicaux" comme vous le dîtes, mais juste de sauver notre boulot et d'assurer notre gain de pain. Je pense que c'est assez légitime.

Enfin, juste au passage, pour répondre à votre phrase qui traite de "la minorité bien installée". Je voudrais pour éviter toute méprise vous rappeler : je suis pigiste, je fais partie pour les banques et organismes de crédits de la catégorie "artiste" et ne peux obtenir certains prêts, je n'ai pas de contrat de travail, je n'ai pas de garantie de l'emploi, je ne profite d'aucun tarifs préférentiels, je ne profite pas d'un CE puissant, je n'ai pas 5 semaines de vacances... Aucun de mes amis n'aimerait faire partie de cette minorité. A bon entendeur...

Bon courage à vous et bienvenue dans le monde des pigistes

Frédéric
julie_fred
Messages : 14
Inscription : 22 janv. 2003, 11:02
Contact :

Message non lu par julie_fred » 18 oct. 2004, 14:07

A Vanessar

Bonjour,

Je suis désolé de vous dire chère Vanessa que vous faîtes erreur. Nous ne tentons en aucun cas de nous préserver de plumes extérieures. Nous voulons juste sauver notre boulot. Vous êtes évidemment les bienvenus mais respecter dans ce cas le code du travail. Faîtes-vous rétribuer ? Je ne sais pas quel boulot vous faîtes en parallèle mais seriez-vous d'accord pour que je fasse la même chose gratuitement. Votre boss serait très heureux et un jour ou l'autre il vous mettrait dehors. Voilà le risque. Il ne s'agit pas de désirs "syndicaux" comme vous le dîtes, mais juste de sauver notre boulot et d'assurer notre gain de pain. Je pense que c'est assez légitime.

Enfin, juste au passage, pour répondre à votre phrase qui traite de "la minorité bien installée". Je voudrais pour éviter toute méprise vous rappeler : je suis pigiste, je fais partie pour les banques et organismes de crédits de la catégorie "artiste" et ne peux obtenir certains prêts, je n'ai pas de contrat de travail, je n'ai pas de garantie de l'emploi, je ne profite d'aucun tarifs préférentiels, je ne profite pas d'un CE puissant, je n'ai pas 5 semaines de vacances... Aucun de mes amis n'aimerait faire partie de cette minorité. A bon entendeur...

Bon courage à vous et bienvenue dans le monde des pigistes

Frédéric
julie_fred
Messages : 14
Inscription : 22 janv. 2003, 11:02
Contact :

Message non lu par julie_fred » 18 oct. 2004, 14:09

A Vanessar

Bonjour,

Je suis désolé de vous dire chère Vanessa que vous faîtes erreur. Nous ne tentons en aucun cas de nous préserver de plumes extérieures. Nous voulons juste sauver notre boulot. Vous êtes évidemment les bienvenus mais respecter dans ce cas le code du travail. Faîtes-vous rétribuer ? Je ne sais pas quel boulot vous faîtes en parallèle mais seriez-vous d'accord pour que je fasse la même chose gratuitement. Votre boss serait très heureux et un jour ou l'autre il vous mettrait dehors. Voilà le risque. Il ne s'agit pas de désirs "syndicaux" comme vous le dîtes, mais juste de sauver notre boulot et d'assurer notre gagne-pain. Je pense que c'est assez légitime.

Enfin, juste au passage, pour répondre à votre phrase qui traite de "la minorité bien installée". Je voudrais pour éviter toute méprise vous rappeler quelques données qui pourraient vous mettre en phase avec la réalité de ce métier : je suis pigiste et donc par moment chomeur, je fais partie pour les banques et organismes de crédits de la catégorie "artiste" et ne peux obtenir certains prêts, je n'ai pas de contrat de travail, je n'ai pas de garantie de l'emploi, je ne profite d'aucun tarifs préférentiels, je ne profite pas d'un CE puissant, je n'ai pas 5 semaines de vacances... Aucun de mes amis n'aimerait faire partie de cette minorité bien installée. A bon entendeur...

Bon courage à vous et bienvenue dans le monde des pigistes

Frédéric
VANESSAR

Message non lu par VANESSAR » 18 oct. 2004, 16:44

Cher Frédéric,

Vous me voyez sincèrement désolée des conditions de travail qui sont les vôtres mais vous confirmez bien mes dires, à savoir qu’il n’est pas si simple de percer et de survivre dans ce type de métier, à fortiori pour des débutants ou des non-professionnels, vous-même reconnaissez, si j’ai bien compris, que vous galèrez.quelque peu (sans quoi vous seriez bien rémunéré et n’auriez donc pas de raison d’une part de réagir de la sorte sur ce forum et d’autre part d’émettre autant de récriminations sur votre profession). Vous nous pouvez donc pas condamner les gens qui tentent courageusement de s’y ouvrir une porte et de persévérer malgré les difficultés, et je dis bien courageusement car je trouve effectivement extrêmement courageux de travailler sans compensation pour poursuivre dans un métier qui les passionne plutôt que de se lamenter sur son sort et passer un temps précieux à chercher des responsables !

Pour répondre à votre question implicite, étant assistante ou plutôt secrétaire dans les faits, je fais statistiquement l’un des métiers les plus menacés aujourd’hui, notamment du fait de l’informatique (entre autres) donc je connais bien ce problème mais je trouve inutile et de toute façon vain de perdre mon temps à trouver des coupables. Si tel était le cas, j’intenterais par exemple des procès aux responsables des sites de téléchargement gratuits de logiciels de traitement de texte, qui, dans certaines entreprises, remplacent avantageusement la secrétaire d’un point de vue financier, de manière tout à fait gratuite là-aussi … De même que je ne connais peu d’affaires mettant en cause des gens qui intentent des procès à de pauvres immigrés qui se tuent à la tâche dans le bâtiment pour quelques malheureux euros aux motifs que ceux-ci volent le misérable gagne-pain des « régularisés » et cassent le « marché » ! Il est vrai que pour le moment j’ai un contrat de travail, un CE correct, 5 semaines de vacances mais pas de garantie de l’emploi, en échange de quoi, je m’use la santé 8 heures par jour et 5 jours par semainesdurant les 47 autres semaines à faire un boulot totalement inintéressant, sous le diktat incessant d’un chef de service odieux contre lequel je n’ai encore trouvé aucun moyen de survie que les antidépresseurs quotidiens abrutissants mais nécessaires pour éviter toute rechute d’ulcère de l’estomac (à 27 ans !!), voilà les conditions de travail qui sont les miennes et je peux vous dire que malgré les tickets de ciné à prix réduit du CE, le CDI et les 5 semaines de congés payés, aucun de mes amis à qui je décris mon poste n’aimerait me remplacer, comme quoi, chacun porte sa croix … Pourtant, j’ai effectivement choisi de sacrifier ma passion au profit de conditions de travail plus stables, mais à quel prix psychologique !! et c’est pourquoi, je suis actuellement en train de me reconvertir pour un métier plus créatif que celui que j’exerce mais aussi précaire que celui de pigiste car à défaut d’avantages sociaux, si je puis dire, je passerai mes journées à faire quelque chose que j’aime, et je pense que cela est inestimable et quitte à choisir, je préfère sacrifier un peu de mon « relatif » confort à plus de plaisir et de liberté, et c’est pourquoi je ne blâme pas les gens qui s’accrochent à une vocation quitte à se serrer la ceinture quelques temps en « trimant » gratuitement (tout le monde n’a pas le courage d’en faire autant) …

Je n’ai déjà que trop parlé alors il est temps de conclure en vous souhaitant bon courage aussi dans votre métier, qui j’espère est une passion, sans quoi, au vu de tous les inconvénients qu’il semble présenter pour vous, je vous souhaiterais de trouver au plus vite autre chose !

Bien à vous,

Vanessa

PS : je ne vous souhaiterais pas la bienvenue dans le monde des assistantes, il est certes plus stable mais vous n’aimeriez pas ça …
sylvain

Message non lu par sylvain » 18 oct. 2004, 19:56

Je trouve que le procès fait à ceux qui "travaillent" gratuitement est un peu excessif. Il y a une nuance entre travailler à plein temps gratuitement ou presque pour une entreprise bien installée (je parle d'esclavagisme là) et écrire une page de temps en temps pour une association composée de bénévoles qui a son site web.

Si je dis ça, c'est parce que je suis un peu dans le deuxième cas. En effet mon "vrai métier" n'est pas pigiste ou journaliste : je suis enseignant-chercheur dans le privé, et même si il m'arrive de faire des piges (payées) pour des magazines scientifiques cette activité ne représente pas plus d'une journée par an pour moi.
Par contre je suis bénévole dans une association qui gère un "webzine", dans cette assoce il y a une vingtaine de bénévoles qui écrivent de temps en temps des brèves, et tous sont des amateurs dont ce n'est pas le métier, et je ne crois pas que ces gens cassent le marché, puisqu'ils ne prennent la place de personne (l'assoce ne survit que parce que certains membres font des dons...).

Par ailleurs, J'ai vu un post qui disait :
Je n'ai encore jamais vu d'ingénieurs, d'instituteurs, de chargés de projet, de vendeurs, de commerciaux, de techniciens de surface, d'éboueurs, de dentistes, de banquiers... débuter dans leur métier en bossant gratos.
Il ne faut pas croire que c'est toujours mieux ailleurs, à mes débuts j'ai enseigné gratuitement dans des endroits "hauts de gamme" (pour le CV) et rendu beaucoup de services (rédaction de mémoires et autres) alors que dans ta liste on peut me considérer comme un ingénieur je pense (j'étais en thèse à l'époque), alors bien sur la situation des pigistes est dure, mais il y a bien d'autres professions tout autant sinistrées...
julie_fred
Messages : 14
Inscription : 22 janv. 2003, 11:02
Contact :

Message non lu par julie_fred » 19 oct. 2004, 14:18

Il ne s'agissait pas de dire que le métier de pigiste est pire que les autres et que dans les autres crémeries, c'est mieux. Je dis simplement qu'une activité professionnelle - et encore une fois j'insiste la collaboration en association n'en fait pas partie évidemment - doit être rétribuée. Et si certains s'amusent à bosser gratuitement, je pense que cela déstabilise l'offre et la demande. L'écriture reste un produit, n'en déplaise aux puristes. Et comme tout produit, cela a un coût. Je vous rappelle simplement qu'il s'agit là du Code du Travail.

Bonne journée à tous :wink:
VANESSAR

Message non lu par VANESSAR » 19 oct. 2004, 15:45

Bonjour,

Je suis tout à fait d'accord avec vous sur le fait qu'à grande échelle, la pige gratuite puisse effectivement destabiliser le marché, toutefois, au vu du monde dans lequel nous vivons et de ses difficultés, j'imagine mal qu'une majorité de la profession (non-professionnels inclus) puisse piger gratuitement suffisamment longtemps et en nombre tel que cela puisse inverser le cours de l'offre et de la demande, mais n'étant pas spécialiste en économie et n'ayant aucun chiffre à vous opposer, je ne m'avancerai pas trop sur ce point ... Quoi qu'il en soit, je pense qu'il serait quelque peu simpliste de dire que "la pige gratuite" est la cause de tous les maux, le fait est que la presse écrite va mal mais pour des raisons qui sont d'un autre ordre (chute des tirages, baisse du nombre de lecteurs, etc ... et par voie de conséquence, répercussions évidentes sur la situation des pigistes notamment, alors ne nous trompons pas de cible !!).

Pour finir, je pense qu'il est un peu restrictif voire inexact de penser que les gens pigent "gratuitement" sous prétexte qu'ils ne sont pas rémunérés en monnaie sonnante et trébuchante pour leurs papiers. En effet, dans le cas notamment de personnes qui débutent dans leur métier, je ne considère pas qu'il aient piger "gratuitement" dans la mesure où, en contrepartie, ils ont acquis une certaine expérience qui sera non-négligeable lorsqu'ils devront défendre leurs CV ou vendre leurs papiers suivants, peut-être même réussiront-ils petit à petit à se faire connaître, ... Je suis d'accord, ce n'est pas ce qui fait bouillir la marmitte à court terme mais à long terme, cela peut porter ses fruits et quoi qu'il arrive, tout comme l'argent, l'expérience a une valeur, vis à vis des autres (en l'occurrence employeurs) comme pour soi-même. Je ne pense donc pas que ce travail "gratuit" ne rapporte rien (et il n'est en aucun cas un amusement comme vous semblez le dire, aux seules fins de tuer le marché ...).

Bon courage et gardez la foi (lorsque les compétences sont là, elles finissent toujours par être reconnues) !!

Très cordialement,
VANESSAR

Message non lu par VANESSAR » 19 oct. 2004, 15:50

Bonjour,

Je suis tout à fait d'accord avec vous sur le fait qu'à grande échelle, la pige gratuite puisse effectivement destabiliser le marché, toutefois, au vu du monde dans lequel nous vivons et de ses difficultés, j'imagine mal qu'une majorité de la profession (non-professionnels inclus) puisse piger gratuitement suffisamment longtemps et en nombre tel que cela puisse inverser le cours de l'offre et de la demande, mais n'étant pas spécialiste en économie et n'ayant aucun chiffre à vous opposer, je ne m'avancerai pas trop sur ce point ... Quoi qu'il en soit, je pense qu'il serait quelque peu simpliste de dire que "la pige gratuite" est la cause de tous les maux, le fait est que la presse écrite va mal mais pour des raisons qui sont d'un autre ordre (chute des tirages, baisse du nombre de lecteurs, etc ... et par voie de conséquence, répercussions évidentes sur la situation des pigistes notamment, alors ne nous trompons pas de cible !!).

Pour finir, je pense qu'il est un peu restrictif voire inexact de penser que les gens pigent "gratuitement" sous prétexte qu'ils ne sont pas rémunérés en monnaie sonnante et trébuchante pour leurs papiers. En effet, dans le cas notamment de personnes qui débutent dans leur métier, je ne considère pas qu'il aient piger "gratuitement" dans la mesure où, en contrepartie, ils ont acquis une certaine expérience qui sera non-négligeable lorsqu'ils devront défendre leurs CV ou vendre leurs papiers suivants, peut-être même réussiront-ils petit à petit à se faire connaître, ... Je suis d'accord, ce n'est pas ce qui fait bouillir la marmitte à court terme mais à long terme, cela peut porter ses fruits et quoi qu'il arrive, tout comme l'argent, l'expérience a une valeur, vis à vis des autres (en l'occurrence employeurs) comme pour soi-même. Je ne pense donc pas que ce travail "gratuit" ne rapporte rien (et il n'est en aucun cas un amusement comme vous semblez le dire, aux seules fins de tuer le marché ...).

Bon courage et gardez la foi (lorsque les compétences sont là, elles finissent toujours par être reconnues) !!

Très cordialement,
VANESSAR

Message non lu par VANESSAR » 19 oct. 2004, 15:56

Bonjour,

Je suis tout à fait d'accord avec vous sur le fait qu'à grande échelle, la pige gratuite puisse effectivement destabiliser le marché, toutefois, au vu du monde dans lequel nous vivons et de ses difficultés, j'imagine mal qu'une majorité de la profession (non-professionnels inclus) puisse piger gratuitement suffisamment longtemps et en nombre tel que cela puisse inverser le cours de l'offre et de la demande, mais n'étant pas spécialiste en économie et n'ayant aucun chiffre à vous opposer, je ne m'avancerai pas trop sur ce point ... Quoi qu'il en soit, je pense qu'il serait quelque peu simpliste de dire que "la pige gratuite" est la cause de tous les maux, le fait est que la presse écrite va mal mais pour des raisons qui sont d'un autre ordre (chute des tirages, baisse du nombre de lecteurs, etc ... et par voie de conséquence, répercussions évidentes sur la situation des pigistes notamment, alors ne nous trompons pas de cible !!).

Pour finir, je pense qu'il est un peu restrictif voire inexact de penser que les gens pigent "gratuitement" sous prétexte qu'ils ne sont pas rémunérés en monnaie sonnante et trébuchante pour leurs papiers. En effet, dans le cas notamment de personnes qui débutent dans leur métier, je ne considère pas qu'il aient piger "gratuitement" dans la mesure où, en contrepartie, ils ont acquis une certaine expérience qui sera non-négligeable lorsqu'ils devront défendre leurs CV ou vendre leurs papiers suivants, peut-être même réussiront-ils petit à petit à se faire connaître, ... Je suis d'accord, ce n'est pas ce qui fait bouillir la marmitte à court terme mais à long terme, cela peut porter ses fruits et quoi qu'il arrive, tout comme l'argent, l'expérience a une valeur, vis à vis des autres (en l'occurrence employeurs) comme pour soi-même. Je ne pense donc pas que ce travail "gratuit" ne rapporte rien (et il n'est en aucun cas un amusement comme vous semblez le dire, aux seules fins de tuer le marché ...).

Bon courage et gardez la foi (lorsque les compétences sont là, elles finissent toujours par être reconnues) !!

Très cordialement,
VANESSAR

Message non lu par VANESSAR » 19 oct. 2004, 15:59

Bonjour,

Je suis tout à fait d'accord avec vous sur le fait qu'à grande échelle, la pige gratuite puisse effectivement destabiliser le marché, toutefois, au vu du monde dans lequel nous vivons et de ses difficultés, j'imagine mal qu'une majorité de la profession (non-professionnels inclus) puisse piger gratuitement suffisamment longtemps et en nombre tel que cela puisse inverser le cours de l'offre et de la demande, mais n'étant pas spécialiste en économie et n'ayant aucun chiffre à vous opposer, je ne m'avancerai pas trop sur ce point ... Quoi qu'il en soit, je pense qu'il serait quelque peu simpliste de dire que "la pige gratuite" est la cause de tous les maux, le fait est que la presse écrite va mal mais pour des raisons qui sont d'un autre ordre (chute des tirages, baisse du nombre de lecteurs, etc ... et par voie de conséquence, répercussions évidentes sur la situation des pigistes notamment, alors ne nous trompons pas de cible !!).

Pour finir, je pense qu'il est un peu restrictif voire inexact de penser que les gens pigent "gratuitement" sous prétexte qu'ils ne sont pas rémunérés en monnaie sonnante et trébuchante pour leurs papiers. En effet, dans le cas notamment de personnes qui débutent dans leur métier, je ne considère pas qu'il aient piger "gratuitement" dans la mesure où, en contrepartie, ils ont acquis une certaine expérience qui sera non-négligeable lorsqu'ils devront défendre leurs CV ou vendre leurs papiers suivants, peut-être même réussiront-ils petit à petit à se faire connaître, ... Je suis d'accord, ce n'est pas ce qui fait bouillir la marmitte à court terme mais à long terme, cela peut porter ses fruits et quoi qu'il arrive, tout comme l'argent, l'expérience a une valeur, vis à vis des autres (en l'occurrence employeurs) comme pour soi-même. Je ne pense donc pas que ce travail "gratuit" ne rapporte rien (et il n'est en aucun cas un amusement comme vous semblez le dire, aux seules fins de tuer le marché ...).

Bon courage et gardez la foi (lorsque les compétences sont là, elles finissent toujours par être reconnues) !!

Très cordialement,
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »