piges bénévoles

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
lucparis
Messages : 7
Inscription : 21 oct. 2004, 23:43
Localisation : Paris
Contact :

Contre la gratuité.

Message non lu par lucparis » 22 oct. 2004, 00:13

Je m'exprime aussi contre la gratuité. Je ne vois d'ailleurs pas pourquoi s'embêter à travailler pour une gloire illusoire. J'ai commencé par des stages, le premier pour rien, les autres indemnisés, et depuis je ne vois pas pourquoi j'offrirai mes compétences, mon savoir faire, ou même mon temps pour des clopinettes.
Les stages ne rentrent pas dans cette catégorie à partir du moment où ils ne durent pas trop longtemps. Deux mois maxi, plus long c'est un poste. En stage on est censé être payé par l'apprentissage, au bout de deux mois l'aspect pedagogique est atteint autant partir ailleurs pour voir comment ça fonctionne, ou estimer qu'on en sait assez pour bosser.
En tous les cas pas de piges gratuites et continues, ça ne rime à rien, et le journalisme est peut être une passion ou un rêve pour certains, pour d'autres c'est une profession qui mérite salaire.
@ctivist
Messages : 13
Inscription : 09 avr. 2004, 00:56
Contact :

miaou

Message non lu par @ctivist » 26 oct. 2004, 15:06

Piger, écrire gratuit pour se faire la main, faut bien passer par là quand monsieur piston vous snobe.
Alors, quand t'as rien de significatif à mettre sur le CV, ça coule de source!!

Mais, les méchants organes de presse et autres qui possèdent l'argent et qui exploitent les gentils rédacteurs, ça c'est la banane du siècle 'comme dirait booba".
aider au lancement d'un tit canard ou d'une site internet, yess!! pourquoi pas

BON COURAGE à tous, changez pas, restez-vous même, c'est génial dehors, que du bonheur (même si il me tarde de sortir)
lucille

piges bénévoles

Message non lu par lucille » 26 oct. 2004, 16:52

Il semble que l'on cause pas de la même chose...

Piger gratuitement, pourquoi pas ? Mais, il ne s'agit pas de journalisme professionnel. Comme d'autres donent des cours de soutien scolaire (sans être prof), tiennent la trésorerie d'une association (sans être comptable) ou font partie d'une troupe de théâtre AMATEUR...

Cela peut être une bonne expérience pour lesjeunes et leur ouvrir plus facilement les portes d'une école de journalisme. Pour les autres, je ne voudrais pas vous décourager, mais ne comptez tout de même pas trop là dessus pour approchez les "grandes" rédactions. Cherchez plutôt des sujets forts pour les... vendre.

Quant aux journalismes professionnels, je ne vois pas trop en quoi ces "amateurs" vous font de la concurrence. Il me semble que piger gratuitement pour les grands organes de presse est tout simplement inconcevable. Vous vous voyez appeler le rédac chef de l'Express, du Monde ou autre et lui dire :"Mon sujet est hyper fort, original...et en plus, pour vous, c'est gratuit ! Cadeau maison !!!".
lucille

piges bénévoles

Message non lu par lucille » 26 oct. 2004, 16:54

Il semble que l'on cause pas de la même chose...

Piger gratuitement, pourquoi pas ? Mais, il ne s'agit pas de journalisme professionnel. Comme d'autres donent des cours de soutien scolaire (sans être prof), tiennent la trésorerie d'une association (sans être comptable) ou font partie d'une troupe de théâtre AMATEUR...

Cela peut être une bonne expérience pour lesjeunes et leur ouvrir plus facilement les portes d'une école de journalisme. Pour les autres, je ne voudrais pas vous décourager, mais ne comptez tout de même pas trop là dessus pour approchez les "grandes" rédactions. Cherchez plutôt des sujets forts pour les... vendre.

Quant aux journalismes professionnels, je ne vois pas trop en quoi ces "amateurs" vous font de la concurrence. Il me semble que piger gratuitement pour les grands organes de presse est tout simplement inconcevable. Vous vous voyez appeler le rédac chef de l'Express, du Monde ou autre et lui dire :"Mon sujet est hyper fort, original...et en plus, pour vous, c'est gratuit ! Cadeau maison !!!".
jujuprod

un avis de plus...

Message non lu par jujuprod » 26 oct. 2004, 17:07

Pour mon cas personnel, j'ai commencé dans ce boulot par une semaine d'observation dans un rédac (mag spécialisé), comme ça pour voir sans convention mais juste en observation.
Cette semaine s'est transformée ensuite en pige. Sans expérience pro (seulement la publication d'un canard étudiant), on m'a proposé une pige (pas des moindres, dossier sur 10 pages, qui faisait la couv du numéro de septembre).
Bah j'ai demandé une rémunération. Comme tout pigiste.
Essai transformé qui m'a permis de piger pendant 4 ans pour ce mag, comme collaborateur régulier.

La "pige gratuite" est inutile et un non-sens. Si on estime que vous avez les compétences pour écrire, on vous rémunérera.
Si vous n'êtes pas bon, même un papier "gratuit" sera refusé.

Pour se faire la main, user des weblogs, sites web, journaux étudiants (j'ai commencé comme ça), associations.
Pour prendre du galon, passer "observer" dans les rédacs plus "reconnues" (pas forcément les meilleures, mais l'étiquette fait encore de l'effet).

Garder à l'esprit que tout travail mérite salaire (à partir du moment où il est bien fait)... même si certains salaires sont à la limite de l'indescent (il existe des barêmes de piges, malheureusement trop souvent oubliés).

C'est vrai que c'est pas facile, qu'on a envie de bosser, de se faire la main, mais s'il vous plaît, pas à n'importe quel prix.

Sachez (ça a été dit plus haut) que si vous commencez à bosser pour rien pour un mag, vous pouvez rapidement tirer un trait sur toute rémunération avec eux.

Une bonne idée, un bon papier a une valeur marchande... même s'il est parfois (souvent ?) difficle de se mettre d'accord sur un prix !

Enfin pour moi les piges gratuites sont une absurdité.

bon courage dans vos recherches.
Loloxx
Messages : 6
Inscription : 13 juil. 2004, 08:24
Contact :

Message non lu par Loloxx » 26 oct. 2004, 17:26

BOnjour,
Donnez-moi une seule raison va-la-ble de travailler gratuitement ?
Si le papier est bon, publié de surcroît, aucune raison qu'il ne rende service qu'au journal en question.
:evil:
bernardeau
Messages : 10
Inscription : 03 janv. 2003, 15:42
Localisation : angers
Contact :

Message non lu par bernardeau » 26 oct. 2004, 22:12

Piges bénévoles et puis quoi encore ! Ton argument : j'écris bien et j'aime cela. Et bien, ce n'est pas le monde qui manque et si tu crois que c'est par ton style que tu te démarqueras, tu te fourres le doigt dans l'oeil jusquà l'os. Journaliste = info. Tu veux intéresser un rédac chef, ramène lui de l'info. raconte lui une histoire. Le press book, c'est de la foutaise. Arrive avec une pige, il l'a veut, fait la lui payer : minimum syndical : 60 € le feuillet. Pas négociable.
On a tous commencé. Moi c'était et c'est toujours dans la PQR. Deux mois par-ci, dix mois par là et deux semaines ailleurs. Mobilité, flexibilité et adaptation.
Je te dis merde pour la suite. y'a des remplacements à faire dans la PQR ou la PQD. Et ce n'est pas un déshonneur. :roll:
La patience est la science de toutes les vertus
Henley

Message non lu par Henley » 26 oct. 2004, 22:44

[quote="zoom"]Je rejoins MarcB: un pigiste debutant, ou non, peut envisager de travailler (car c'est de son travail qu'il s'agit) pour une association, une publication a but non lucratif, une oeuvre caritative.


1) Quand on connait la masse de fric que brassent les oeuvres caritatives (ou assimilées), le bénévolat pour eux est aussi une belle c.......ie ! Actuellement débordées par les dons de fringues, certaines oeuvres envoient purement et simplement des tonnes de vêtements à la décharge ! Le prix récupéré sur la vente de ces tonnes de tissu pourrait servir à payer facilement plusieurs salaires annuels !
Quant aux associations 'sans but lucratif", la formule fait rire... ou pleurer...
Bénévole dans son canard au lycée, oui... ensuite, c'est massacrer son avenir et celui des autres.

Aucun mag n'aurait l'idee de ne pas remunerer ses commerciaux, son comptable ou son imprimeur, mais un journaliste pourquoi pas, ya tant de ptits jeunes qui payerait pour etre publié. D'ailleurs il me semble qu'il y a eu récemment un magazine "de société" qui faisait payer pour publier des articles ? J'ai vu çà et j'ai halluciné car c'était un mag (dont le titre m'échappe) vendu en kiosque !

2) La bonne vieille méthode de l'édition à compte d'auteur revisitée pour le journalisme en somme ! Les vieilles recettes, y'a que ça de vrai ! Ha, ils sont toujours aussi malins et les gens aussi gogos.
Bref, cela fait bientôt trente ans que je regarde le marché se casser la figure à cause de petits malins qui sont prêt a donner leur travail pour se faire éditer ! Je peux leur dire que la première chose à faire pour que l'on prenne leur travail au sérieux est de le VENDRE ! A ce train là , même les stagiaires ne trouveront bientôt plus de stages ! c'est vrai après tout ! Pourquoi payer même trois sous un stagiaire alors qu'un tas de généreux offrent leur travail ?
Faites-vous un blog si vousa vez envie de faire des exercices !
Non mais !

guidou
Messages : 13
Inscription : 27 août 2004, 11:55
Contact :

mais où on va ?

Message non lu par guidou » 26 oct. 2004, 23:00

Là, vous me faites vraiment flipper les journalistes bénévoles!!!
Vous voulez vous faire la main, normal, on est tous passés par là. Mais, pitié, créez vos propres journaux en ligne (créer son site Internet est accessible à tous), écrivez pour des journaux étudiants, pour des associations mais par pitié, n'écrivez pas pas pour la presse professionnelle!!
ça ne mène à rien, croyez-en mon expérience.
J'ai été débutante aussi et j'ai commencé comme stagiaire avec plus ou moins promesse d'embauche... et bien vous allez rire mais je me suis trouvée à bosser pendant 1 an au sein d'une chaîne de TV locale comme Journaliste Reporter d'Images, à bosser entre 10 et 12h par jour pour à peine 150€ par mois. Vous allez me dire, génial, je me suis fait carrément d'expérience à tel point que j'étais opérationnelle à la sortie. Oui mais quelle claque quand votre stage se termine, que vous demandez pour la promesse d'embauche et qu'on vous dit : désolé mais on va continuer à fonctionner avec une autre stagiaire. Normal, pourquoi rémunérer qq'1 alors que les stagiaires font du bon boulot pour Pinuts après qqes mois d'expérience.

Autre expérience, un rédacteur en chef m'a dit un jour à propos d'une journaliste qui se faisait rémunérée la pige au prix d'une rémunération de stage : "nous ne la rappelerons pas, on en a bien profité pour cette pige et on en profitera à l'occasion si on a besoin mais pas question de l'embaucher à plus long terme, elle ne se considère pas comme suffisament compétente pour se faire rémunérer au salaire normal." Une autre journaliste a postulé pour le même poste, a effectué la même pige d'essai mais a combattu bec et ongles pour avoir la rémunération normale d'une pige, elle a été embauchée!! bingo!!

Donc, oui aux stages de courte durée pour se former, oui aux sites internet, oui aux associations mais non aux bouffons (et j'ai été bouffone!)qui tuent le marché et à l'exploitation!!
Vous croyez que tous ces journalistes connus du public et reconnus par la profession font du bénévolat ? ils se font même payés pour passer dans Voici!!
Vous vous sentez bons, alors faites-vous rémunérer pour votre boulot!

Allez bon courage à tous

PS : merci à "moi" pour son humour, ça m'a fait bien marrer. Moi aussi, j'aurai besoin d'un plombier bénévole pour réparer mon évier. Et un truc qui serait bien, ce serait que les restos et ciné soient gratuits, après tout quand on teste un nouveau resto ou le film d'un nouveau réalisateur, on ne devrait pas payer. Il faut qu'ils se fassent la main...
LeNonce
Messages : 19
Inscription : 24 sept. 2004, 19:06
Localisation : In excelsis
Contact :

"Profiteurs de tous les pays, unissez-vous !"

Message non lu par LeNonce » 26 oct. 2004, 23:52


A la lecture des premiers posts, un sentiment extatique mêlé d'aigre jalousie parcouru l'échine savamment apprêtée du baron Ernest. Ainsi donc il existait des travailleurs prêts à réduire le coût de leur propre travail ! Comment diable n'y avait-il pas pensé plus tôt ? Externaliser la compression des salaires aux salariés eux-mêmes, mais quelle trouvaille !

Pas de doute, songea-t-il, la nouvelle France est en marche. Avec quelques années de Raffabourin supplémentaires, il est bien possible que les plus fols espoirs de Camdessus soient surpassés : le niveau de vie de la Chine et de l'Inde serait-il enfin à la portée de la France ?

Satisfait de sa découverte, il se resservit d'agneau aux morilles et trouva l'occasion idéale pour commander une deuxième bouteille de Château Chasse-Spleen.
Avatar de l’utilisateur
dani l
Messages : 2823
Inscription : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

Re: "Profiteurs de tous les pays, unissez-vous !"

Message non lu par dani l » 27 oct. 2004, 10:13

LeNonce a écrit :
A la lecture des premiers posts, un sentiment extatique mêlé d'aigre jalousie parcouru l'échine savamment apprêtée du baron Ernest. Ainsi donc il existait des travailleurs prêts à réduire le coût de leur propre travail ! Comment diable n'y avait-il pas pensé plus tôt ? Externaliser la compression des salaires aux salariés eux-mêmes, mais quelle trouvaille !

Pas de doute, songea-t-il, la nouvelle France est en marche. Avec quelques années de Raffabourin supplémentaires, il est bien possible que les plus fols espoirs de Camdessus soient surpassés : le niveau de vie de la Chine et de l'Inde serait-il enfin à la portée de la France ?

Satisfait de sa découverte, il se resservit d'agneau aux morilles et trouva l'occasion idéale pour commander une deuxième bouteille de Château Chasse-Spleen.



.............. _ :roll: _ Malesuada fames ... "La faim mauvaise conseillère" (Virgile)
LeNonce
Messages : 19
Inscription : 24 sept. 2004, 19:06
Localisation : In excelsis
Contact :

Message non lu par LeNonce » 27 oct. 2004, 13:43

La faim du baron est de la gourmandise pour le pigiste moyen.

Jusqu'à preuve du contraire et en dépit de la faiblesse ridicule des tarifs pratiqués dans certaines rédactions, le journalisme est une profession - ce truc qui sert à payer bouffe & loyer.

Chercher à faire son trou en proposant des papiers gratos me paraît contestable sur le principe : quel est ce pigiste dont le travail génère du chiffre d'affaires voire de la marge mais ne rapporte aucun salaire ?

A lui de faire en sorte que sa pige "vaille" quelque chose, bordel ! Chercher à faire la différence sur le prix est sans doute moins compliqué que de percer sur le contenu. Et vive la presse de qualité...

Dans le contexte salarial actuel, et celui de notre profession en particulier, c'est franchement incroyable !
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »