piges en agence de com: possible ou pas?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
maud

piges en agence de com: possible ou pas?

Message non lu par maud » 19 sept. 2002, 00:27

Bonjour à tous!

Ne trouvant pas de piges en presse kiosque, je pense me tourner vers les agences de communication, qui réalisent des journaux internes. Donc, 1ère question:
Est-ce possible et lucratif mais surtout intéressant?
2ème question:
Est-il possible de devenir rédacteur à "temps plein" dans une agence de com en ayant une formation purement journalistique à la base?

Je suis lyonnaise et j'ai pu constater que ces boîtes sont nombreuses, bien que réduites en taille et en effectif.

Et puis autre petit renseignement dont j'aurais besoin (siouplait): en étant journaliste de formation, peut on se vendre pour un poste de relation presse et si oui comment?

Merci pour vos coups de pouce! :D
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1299
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 19 sept. 2002, 10:07

Est-il possible de devenir rédacteur à "temps plein" dans une agence de com en ayant une formation purement journalistique à la base?
Qui peut le plus peut le moins :lol:
en étant journaliste de formation, peut on se vendre pour un poste de relation presse et si oui comment?
Bin oui, les boîtes de relations presse sont même souvent friandes des ex-journalistes évoluant dans leur secteur et dotés de gros carnets d'adresse et aussi, parfois, d'une certaine crédibilité
Le problème c'est que les boites de com' sont extrêmement dépendantes des aléas conjoncturels, au niveau de la stabilité ça présente quelques similitudes avec le "pigisme"

Solution possible (j'allais dire courante) : rester journaliste ET en même temps bosser avec les boites de relation presse pour de menus travaux (traduction de communiqués par exemple). Allez, j'attends que les chantres de la déontologie à tout crin me tombe sur le râble à bride abbatue !
A louer, bon état général, faire offre
maud

Message non lu par maud » 19 sept. 2002, 12:25

Super, tout ca m'arrange!!
Quant à la déontologie, il me semble que l'un n'empêche pas l'autre? De toutes façons, il doit y avoir autant de déontologies qu'il y a de journalistes alors...restons cool!!
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 19 sept. 2002, 12:27

Une déontologie à géométrie variable n'est déjà plus une déontologie... :shock:
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1299
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 19 sept. 2002, 12:27

il doit y avoir autant de déontologies qu'il y a de journalistes
Comme c'est bien dit...
A louer, bon état général, faire offre
François

Message non lu par François » 19 sept. 2002, 13:08

Je ne suis pas chantre de la déontologie au point de ne pas avoir compris qu’il pouvait être utile de faire bouillir la marmite à intervalles réguliers, surtout à Lyon, où il serait dommage de ne pas le faire. Donc, Boultan, aucune critique de ma part te tombant sur le râble “à bride abattue”, ni “à toute bride” (expression équivalente qui t’eut évité deux fautes d’orthographe). Je pense même que notre amie Maud peut se lâcher la bride et galoper bride sur le cou, sans se faire des crins, du moins tant que le terrain lui convient. Ce temps de galop passé et quelques obstacles matériels franchis, gageons qu’elle “tournera bride” pour, à nouveau, se diriger au petit trot vers un terrain plus journalistique.

Maud, un grand salut amical de ma part à cette bonne vieille ville de Lyon (j’y suis né et ne l’ai quittée qu’au moment d’entrer au CFJ).
maud

Message non lu par maud » 19 sept. 2002, 13:43

:D
et bien françois Lyon te remercie!! moi aussi j'adore cette ville, dommage qu'elle n'offre que si peu d'opportunités en matière de journalisme. Il va peut etre falloir que je déménage à Paris prochainement et ca ne m'enchante guère, la jungle parisienne va quelque peu me changer de la promiscuité lyonnaise.
Et hop, à cheval pour de nouvelles aventures!
Nilo

Message non lu par Nilo » 19 sept. 2002, 14:36

Moausi la "déyontologie"... mouais c'est comme tout Olive, on peut quand même ne pas être psychorigide et savoir faire la part des choses. Franchement la com est un bon créneau pour arrondir ses fins de mois et si les pbs de déontologie sont trop stressant, il suffit de cesser le journalisme dans l'une des spécialisations que l'on a pour se consacrer à la com (genre on fait de l'auto-moto... l'auto fonctionne bien en presse pas la moto : et bin hop, on va dans la com moto) ou élargir sa spécialisation avec une part réservée à la com (euh genre on fait de l'auto-moto - comment ça je connais qu'un exemple ? - bon eh bin on se lance dans la com sur le quad...). En tout cas, Maud tu peux essayer, tout expérience est bonne à prendre. Et immorale ou amorale que je suis je travaille dans la com et la presse et le mélange passe bien...
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 19 sept. 2002, 14:44

Une déontologie à géométrie variable n'est déjà plus une déontologie...
Cela n'était pas une remarque acerbe, mais plutôt un cri de douleur vu que je me suis assis sur la déontologie depuis bien longtemps. Je me contente de petits aménagements moraux divers et inévitables au quotidien... :oops:
Avatar de l’utilisateur
jyl
Messages : 72
Inscription : 17 sept. 2002, 20:19
Localisation : paris, 75018.
Contact :

Message non lu par jyl » 19 sept. 2002, 18:44

Soir,

Pour ma part j'ai collaboré à qq numéros du journal interne de la Croix-Rouge et à aucun moment j'ai eu l'impression de me fourvoyer.
On peut travailler pour la comm et continuer à pouvoir se regarder dans la glace.
Renaud

Message non lu par Renaud » 19 sept. 2002, 21:22

Les agences de com ne travaillent pas avec deux clients proposant des produits susceptibles de se concurrencer. Ou bien elles créent une filiale. :( .

En fait, c'est le client qui nous demande de gérer nos éventuels conflits d'intérêt.
Difficile de travailler pour une future ex-filiale de Vivendi-Environnement (il y en a beaucoup) et de faire un papier sur la station d'épuration d'à côté.
Je rejoins tous à fait Nilo sur ce point.

Maintenant, il y a un turn-over dans la com qui permet peut-être d'envisager plus facilement du boulot. Le risque est de se trouver rapidement à faire autre chose que du journalisme mais aussi de la rédaction de plaquette et de tout ce qu'une entreprise peut être amener à faire imprimer.

Là c'est moins drôle. Mais ça fait bouillir la marmitte :?
maud

Message non lu par maud » 20 sept. 2002, 00:05

C'est exactement ce que je pense, l'objectif est essentiellement financier, même s'il est vrai que j'ai envie d'avoir de nouvelles expériences professionelles (c'est pas perdu).
Quant à la déontologie... je trouve les journalistes souvent trop frileux quant à leur participation dans le milieu de la com. Selon moi, ce sont deux disciplines qui se complètent dans bons nombres de domaines. Il me semble possible de me plier à l'esprit d'une boite de communication, tout en retrouvant le côté "roots", noble et brut du journalisme.
Et puis y'a plus de trucs à mettre dans la marmitte grâce à la com... et moi je suis gourmande!! :lol:
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1299
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 20 sept. 2002, 10:33

Enfin des filles gourmandes et pas farouches (sur la déontologie s'entend) !
A louer, bon état général, faire offre
Christophe Girard

Message non lu par Christophe Girard » 21 sept. 2002, 19:19

boultan a écrit :
Solution possible (j'allais dire courante) : rester journaliste ET en même temps bosser avec les boites de relation presse pour de menus travaux (traduction de communiqués par exemple). Allez, j'attends que les chantres de la déontologie à tout crin me tombe sur le râble à bride abbatue !
Attention, tout travail de relation presse est strictement incompatible avec l'attribution de la carte de presse.

En revanche un activité de com ne l'est pas, tant qu'elle reste minoritaire.
maud

Message non lu par maud » 21 sept. 2002, 20:39

Il est clair que la carte de presse ne me sera pas adressée si je travaille à ce genre de poste mais pour être honnête, la carte de presse n'est pas mon objectif premier.
Avez-vous un ordre d'idée en ce qui concerne les rémunérations offertes par les boîtes de com pour des piges en journaux internes ou autres? C'est parfois difficile d'aborder la question avec les intéressés...
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »