Comment se faire avoir !

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Incidence
Messages : 11
Inscription : 03 déc. 2004, 13:01
Contact :

Comment se faire avoir !

Message non lu par Incidence » 22 nov. 2011, 09:09

Bonjour à toutes et tous,

je viens partager là une belle mésaventure qui vient juste de m'arriver.
Certains diront que je ne suis pas assez prudente (ils ont raison), d'autres que ce sont les aléas de la vie de pigiste (ils ont raison).

Pigiste pour la PQR, tout se passe bien. Je bosse avec des newsweek par le biais d'agences pour réaliser des décrochages régionaux. Avec un mag qui sort le samedi, ça se déroule parfaitement.

Mais avec un titre qui sort le mercredi, là ça se complique. Enfin, je le rap, il s'agit d'agence qui sous-traite les cahiers régionaux.

Fin octobre, "chefaillon" (d'une agence qui ss traite les suppléments) me contacte. Je ne sais pas par quel moyen il me connaît mais dès son premier apl, ça se passe moyen. Il me propose de réaliser un supplément de douze pages sur les grands événements qui feront la ville, l'année prochaine. Il souligne "bcp de travail en peu de tps. Mais attention. Mon meilleur pote vit dans la même ville que toi, je ferai vérifier toutes les infos (!!!!!!!!). Tu dois me faire un synopsis détaillé et si ça me convient, tu as la pige".

A noter qu'il stipule qu'il a d'autres pigistes sous le coude pour faire éventuellement le boulot. Il me demande de lui envoyer des papiers déjà parus pour s'assurer de mes compétences.
J'étais circonspect, dubitative. Mais comme j'ai besoin de faire rentrer un peu d'argent, j'accepte. 70 euros le feuillet....(par oral. Crétine que je suis, je n'ai mm pas pensé à envoyer un mail de confirmation du tarif)
Je dois lui rendre le synops le 23 nov et les contacts photos le 18 nov.

Je suis dans le bain directement. Et chefaillon me contacte pratiquement que par tel.

Gros travail de recensement, beaucoup de contacts, d'itw, de portraits...3500 signes par page et mon travail semble lui plaire et il est ravi. Bcp de petits modules d'annonces. J'ai bien plus de 100 événements. J'ai la tête dans le guidon.
Mercredi dernier, ça commence à dérailler car selon lui "la mise en forme n'est pas correcte. "Je t'ai déjà dit trois fois de faire comme les suppléments des autres villes envoyés par PDF". Bien, bien. Sa critique n'est pas objective et lui fait remarquer. Il me dit que "les autres pigistes le font mieux". Ce à quoi je réponds "Je crois que tu en as d'autres sous le coude, non ?" Le ton monte mais je poursuis mon synopsis tel un chinois dans un atelier parisien clandestin.


Vendredi, matin, je balance tous les contacts photos. (j'ai itw des artistes, des footeux, des blogeurs...). Et dans l'après-midi, la version finale du synops qui commence à bien se profiler. Il me dit qu'il est inquiet, que mes papiers annonces on les retrouve partout. Ce sont des papiers d'annonce donc oui, il est probable que ces phrases de deux lignes soient à peu près semblables. "Mais t'es journaliste ?" m'assène-t-il ? "tu te rends compte de la gravité ?".
Je lui assure que nous ne sommes pas le 23 et que je peux changer tout ce qu'il souhaite. Et sans pb. Et le tout avec le sourire. Il me demande si ça me fait marrer (non, Monsieur le directeur) "je vais qd mm pas pleurer ?" lui dis-je.

Quelques heures plus tard, Bigchef (un cran au dessus de chefaillon) m'envoie un mail en me disant que mon synosps est mal organisé et mal écrit (c'est juste un peu subjectif) et que je ne serai pas payé du coup pour la prestation. Qu'elle va m'envoyer un recommandé qui reprendra son mail.... drôle de façon de procéder.

Coup de fil au club de la presse, la fameuse agence de chefaillon a déjà une très mauvaise réputation. C'est pas la première fois.

Samedi, direction, avocat. Le maître indique qu'ils vont changer deux trois choses et faire terminer le boulot par un stagiaire.
Heureusement, j'ai la trace de qq échanges de mails qui prouve la commande. Et la mise en demeure est partie hier. Si pas de rep, c'est reparti pour un prud'homme.

Voilà, juste ma petite histoire à partager. Et pourtant, ça fait dix ans que je pige....
belami
Messages : 11
Inscription : 12 juil. 2011, 16:29
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par belami » 22 nov. 2011, 11:45

Salut,

navré pour toi. Hélas, des cons, il y en a à peu près partout et il en faut bien pour tomber dessus.

J'ai eu une histoire semblable avant l'été. Pas tout à fait similaire, mais ressemblante sur certains points :

Je rencontre le directeur d'un "groupe de presse", en région parisienne, cherchant un journaliste en CDI pour plusieurs de ses canards dont les thématiques sont mes spécialités. Premier entretien bizarre : le type en question (qui est également libéral dans un autre métier... médical) fait preuve d'un caractère épouvantable, traitant son ancien journaliste d'autiste, alignant les gros-mots, et ne cachant pas un melon énorme. Bref. Il m'embauche.

Rapidement, pour ne pas dire immédiatement, au lieu de chercher la qualité, la mise en confiance, l'aide etc., il me mets des bâtons dans les roues, me parle mal, et ira au bout de quelques jours par me dire, d'un ton tellement bas : "tu vois pas que je te teste ?". Re-bref.

Je passe les détails des engueulades, de ses insultes (!). Je lui fais part de mon départ. Encore en période d'essai, je respecte la procédure. Il me convoque pour solder mon compte. Et là, le clou : j'arrive, je suis salué par les deux ou trois salariés bossant là, et il dit tout haut à son assistante (chargée des paies), en me fixant dans les yeux : "tu ne l'as pas vu, il n'est pas passé, donc on ne le paie pas !" Moi de lui répondre calmement qu'il peut me convoquer un autre jour. Il me répond qu'il verra si ça le chante. Puis il me raccompagne à l'escalier, dans le hall. Là, à l'écart des autres, il me prend par le col et me jette dans les escaliers, me menace de procès (j'aimerais savoir en quel honneur...), et me menace personnellement : "je sais où tu habites, fais gaffe à toi." Moi : "c'est une menace ?" Lui : "tu verras bien fils de pute !". Etc pendant quelques minutes.

Enfin bon, tout ça pour dire que des cons, il y en a partout...
Incidence
Messages : 11
Inscription : 03 déc. 2004, 13:01
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par Incidence » 22 nov. 2011, 11:55

Non, mais c'est pas croyable ça ? il a mis sa menace à exécution ? T'en es où de ton histoire ?
belami
Messages : 11
Inscription : 12 juil. 2011, 16:29
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par belami » 22 nov. 2011, 13:24

Non il n'a pas exécuté, entre temps j'ai compris que c'était un mythomane, et qu'il avait une réputation pas vraiment joyeuse (c'est la moindre des choses). N'empêche, je n'ai jamais été payé et je crains qu'il soit un peu tard pour "faire quelque chose".

Ce type est un furieux, il m'espionnait, tendait des pièges, et il faisait la même chose avec celui que je remplaçais (que je connais).
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par ann65 » 23 nov. 2011, 09:59

Incidence a écrit : Samedi, direction, avocat. Le maître indique qu'ils vont changer deux trois choses et faire terminer le boulot par un stagiaire.
Heureusement, j'ai la trace de qq échanges de mails qui prouve la commande. Et la mise en demeure est partie hier. Si pas de rep, c'est reparti pour un prud'homme.

Voilà, juste ma petite histoire à partager. Et pourtant, ça fait dix ans que je pige....
Bravo pour ça ! Si tous les pigistes bernés et floués portaient systématiquement plainte auprès de prud'hommes, les margoulins réfléchiraient peut-être deux fois avant de de mal agir.
Incidence
Messages : 11
Inscription : 03 déc. 2004, 13:01
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par Incidence » 23 nov. 2011, 12:17

merci. D'autant plus que la boîte en question est coutumière de ce genre de pratique !
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par ann65 » 23 nov. 2011, 13:19

Incidence a écrit :merci. D'autant plus que la boîte en question est coutumière de ce genre de pratique !
Mais si personne ne met jamais le nez dans son caca à cette boite, si tout le monde se laisse gentiment arnaquer en baissant les bras... pourquoi devrait-elle se priver ?
Courage !
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par cilou » 23 nov. 2011, 13:28

Bravo Incidence, tu as raison de ne pas te laisser faire.
Avec les copies des mails de commande, les copies de tes envois de papiers (ça m'étonnerait qu'ils y changent grand chose, tu pourrais donc montrer que c'est ton boulot qui est publié), les prud'hommes devraient te donner raison. En plus, c'est du référé, donc rapide.
Elodie76
Messages : 9
Inscription : 09 janv. 2006, 19:14
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par Elodie76 » 10 déc. 2011, 15:56

@ Incidence : bravo, il ne faut pas se laisser faire. Je crains qu'ils n'aient fait ça que pour utiliser tout ton boulot gratos. Espérons que tes démarches aboutiront à quelque chose. Même si ça devient de plus en plus compliqué de faire appel aux Prud'hommes pour les journalistes...

@ Belami : j'avoue être sidérée de ton anecdote. Je n'ai encore jamais rencontré ça dans le métier du journalisme.
En revanche, je suis déjà tombée sur une boîte ultra louche en faisant une mission de graphiste. L'annonce, je l'avais trouvée sur un site répondant à l'époque au doux nom de anpe.fr...
Désolée si ça sort un peu du sujet "piges et pigistes", mais je ne peux pas résister à partager l'anecdote.

En me rendant à l'entretien, je croyais qu'il s'agissait d'une agence de com. Je me suis vite aperçue que c'était une de ces boîtes de casting bidon qui soutirent du fric à des pigeons en leur proposant des books hors de prix. Ayant alors besoin d'un boulot temporaire pour calmer mon conseiller ANPE, j'ai accepté le job.

Moi et deux autres graphistes, un homme et une femme, étions chargés de faire les retouches photos pour les books. On avait été pris pour quinze jours à l'essai et j'ai vite vu, après une demi-journée dans la boîte, que l'ambiance était malsaine : il ne se passait pas deux heures sans que des gens se hurlent dessus, voire en viennent aux mains.
Au bout de trois jours, nous n'avions toujours pas de contrat, et le boss nous évitait. Ensuite, les deux autres graphistes et moi-même avons commencé à soupçonner l'existence d'une activité parallèle de l'entreprise : sous prétexte que le boss voulait monter un salon de massage, un mec lui amenait régulièrement des filles (toutes des Africaines fraichement immigrées) dans son bureau. Elles restaient une heure environ, et comme il mettait la musique était à fond, on n'entendait pas ce qui se passait... Avec les autres graphistes, on se jetait des regards un peu inquiets. Je vous laisse deviner ce qu'on soupçonnait. Bref, c'était vraiment glauque.

On a finalement exigé tous les trois d'avoir un contrat, mais pour cela, il a fallu qu'on s'engueule avec une cheffaillonne (une ancienne candidate d'une émission de téléréalité de M6). Quand je dis "s'engueuler", ça veut dire qu'on s'est hurlés dessus - je me suis pas reconnue ce jour-là, moi qui suis souvent taxée de très (trop) calme au boulot. On a eu notre contrat après négociation avec le boss. Négociation pendant laquelle moi et une autre graphiste avons argumenté, tandis que le troisième graphiste, est resté planqué derrière nous. Résultat des courses, à la fin des quinze jours, on a été payées toutes les deux au black mais on s'est aussi fait virées. Le mec, l'autre graphiste, est resté parce que l'ANPE lui avait coupé ses Assedics (parce qu'il n'avait pas voulu répondre à une annonce pour faire balayeur).
J'ai gardé contact avec lui et il m'a raconté au bout d'un mois qu'il s'était fait entuber.
Ils ne lui ont jamais payé le mois supplémentaire qu'il a fait, et quand il a menacé d'aller aux prud'hommes, le boss l'a menacé à son tour de lui envoyer des racailles chez lui pour lui casser la gueule. Le graphiste a quand même contacté l'inspection du travail, mais comme il n'était plus dans les locaux à ce moment-là, sa démarche n'a pas été acceptée. Eh oui, il faut être à son poste le jour où l'inspecteur se rend dans les locaux pour que la démarche soit valide...

Bref, il a quand même appris que le nom du boss n'était pas son vrai nom, qu'il en changeait régulièrement, de même que le nom et l'adresse de l'entreprise. J'ai appelé moi aussi l'inspection du travail pour leur expliquer que j'avais été payée au black. Je leur ai également parlé des soupçons qu'on avait concernant l'activité parallèle de l'entreprise. "Vous savez que ce sont des accusations graves ?", m'a dit mon interlocuteur. Ce qui était vrai et je n'avais pas de preuve. Donc j'ai laissé tomber, ce qui me pose encore aujourd'hui un problème de conscience...
Incidence
Messages : 11
Inscription : 03 déc. 2004, 13:01
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par Incidence » 11 déc. 2011, 17:19

Non, je ne vais pas me laisser faire, ça c'est certain. je n'ai tjs pas de réponse suite à la mise en demeure. Et en plus, ils sont laxistes.

Les autres arnaques sont tjs les bienvenues. Et pour cause, nous ne sommes jamais à l'abri. Reste à se dépatouiller comme on peut pour rétablir une situation bancale et ça c'est pas tjs gagné.
sophiepeuch
Messages : 2
Inscription : 21 déc. 2011, 00:40
Localisation : Limousin
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par sophiepeuch » 21 déc. 2011, 01:02

Bonjour à tous et toutes.

Nouvelle sur le forum, je viens de lire votre échange.
Je suis graphiste-illustratrice-SR et d'autres trucs encore depuis une vingtaine d'années maintenant.
J'ai toujours été salariée, mais depuis 10 ans, j'ai une activité freelance en complément de mon salariat (on ne sait jamais). Je suis donc plutôt "vernie" par rapport à beaucoup d'entre vous.
Je me demande jusqu'à quel point il ne serait pas utile d'avoir une blacklist de ce genre "d'employeurs" histoire d'éviter que les autres ne se fassent prendre en otage par ces personnes plutôt écœurantes.
Pour ma part, j'ai tout connu : le patron insultant, soutenu par sa femme, bourré à 10 h du mat' et ayant une arme dans sa voiture. Il nous menaçait à la moindre occasion. J'ai résisté, il m'a virée (lic. éco parce qu'il n'avait pas d'arguments) et rien qu'à la menace des prud'hommes, il a plié.
Il y a eu ensuite un passage très intéressant mais qui n'a malheureusement pas duré.
Puis ce fut une petite agence de com. Un travail passionnant, mais un patron qui, après avoir longtemps caché son jeu, s'est lâché. En fait c'était facho dans la plus pure tradition. J'ai eu droit au salut et aux chants nazis, à l'essai de droit de cuissage qui s'est terminé par une grande tarde dans la gueule. Bien sûr, j'ai eu droit à un licenciement éco (encore). Mais je ne me suis pas démontée et, avec l'aide d'un syndicat, je suis partie avec un chèque relativement intéressant.
Il a continué à m'appeler pour savoir "comment on faisait ceci ou cela" jusqu'au jour où je lui ai fermement mis les points sur les i et expliqué que désormais tout conseil serait assorti d'une facture. Il a disparu de la circulation et sa boite aussi.
Aujourd'hui je bosse dans une autre boite mais je m'abstiendrai.
Je suis aussi pigiste en tant que SR-Webmaster éditorial pour une entreprise. C'est le début, et c'est passionnant. Je travaille aussi en piges pour des illustrations presse et c'est aussi très intéressant.
Je ne désespère pas de pouvoir prendre le grand virage et me consacrer à ces deux dernières activités vu ce que je vis ailleurs...

Tout ceci pour vous dire, qu'il me semble important de ne pas se laisser faire, garder sa dignité et que, même si c'est difficile aujourd'hui, on peut toujours rebondir.

Et vous, comment vous défendez-vous ? Appartenez vous à une association, un syndicat ou autre pour être moins seul(e)s face à ce type de comportement ?

Bien amicalement

Sophie
Incidence
Messages : 11
Inscription : 03 déc. 2004, 13:01
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par Incidence » 21 déc. 2011, 08:59

Sophie,

oui les black list existent déjà. POur ma part, j'ai eu aussi mon lot d'employeurs pas réglo et déjà un prud'homme de gagné.
Je crois que nous avons tous un parcours semé d'embuches et résister à des pratiques salaces ou autres s'avère la meilleure des défenses.

Pour ma part, je vois avec un avocat, mais je me demande, s'il ne serait pas pertinent de voir avec le SNJ tant mon avocat est bidon ! Je crois que ça pourrait faire accélérer les choses.

Bravo à vous pour votre ténacité Sophie.
Bonnes fêtes de fin d'année
sophiepeuch
Messages : 2
Inscription : 21 déc. 2011, 00:40
Localisation : Limousin
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par sophiepeuch » 21 déc. 2011, 11:20

Bonjour Incidence,

Merci de votre réponse. J'imaginais bien que ce type de liste doit exister. Cependant étant plutôt nouvelle dans le monde de la pige "écrite" (pour l'illustration cela fait plusieurs années", je découvre un peu le monde. Aussi me pardonnerez-vous si je vous pose parfois des questions qui me semblent évidentes.
Quelqu'un peut-il me dire à quel endroit on peut consulter ces listes ?

Quant à ma ténacité, merci de vos félicitations. Mais je ne les mérite pas. Quand on doit subvenir correctement aux besoins de ses enfants, il n'y a pas d'autre choix que de se battre.

Je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année.
Incidence
Messages : 11
Inscription : 03 déc. 2004, 13:01
Contact :

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par Incidence » 21 déc. 2011, 13:31

Sophie,

en fait, sur ces forums, il me semble que vous trouverez en fouillant un peu ces fameuses listes.

bonnes fêtes à vous
Emalou

Re: Comment se faire avoir !

Message non lu par Emalou » 28 déc. 2011, 18:40

Bonjour Incidence et désolée de ta mésaventure.
Une autre histoire à raconter : celle d'un rédacteur en chef qui commande des papiers à une nouvelle pigiste. Il passe du temps à la briefer sur le sujet. Effectivement, la pige n'est pas mirobolante mais il est sincère en lui disant que chez lui, c'est aussi la quantité qui fait la différence.
Bref, le temps passe, pas beaucoup car il lui a laissé peu de temps pour écrire.
Il reçoit un jour les papiers de la pigiste en question (pas les synopsis, les papiers) et là il s'aperçoit que les copier coller de dossiers de presse sont très nombreux. Trop nombreux.
Il demande à ce qu'on la prévienne.
Elle en rigole et assure que c'est une pratique courante dans le journalisme et qu'il faut se mettre à la page!
Le rédac chef décide donc de ne pas publier ces papiers car il ne veut pas se décrédibiliser auprès de son client (grand groupe de presse).
Il décide de recommander à une autre pigiste les mêmes papiers, avec des délais vraiment plus courts cette fois-ci.
Il décide d'informer la première pigiste (celle du copier-coller qui fait rire) qu'elle ne sera pas payé et lui envoi un recommandé avec des preuves de ses plagiats.
A t'il eu raison de demander de la qualité et une déontologie?
Voilà, les histoires sont souvent à lire dans les deux sens....
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »