disparition des enrichissements

Questions et débats sur la PAO et la mise en page : quel logiciel utiliser pour la mise en page d'un magazine ? Trucs et astuces pour XPress ? Pistes pour trouver un emploi dans la PAO, ...
prof
Messages : 524
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

disparition des enrichissements

Message non lu par prof » 05 déc. 2015, 12:26

Bonjour !
     Est-il exact que les espaces insécables d'une part, et les enrichissements (gras, italique, souligné) d'autre part, soient toujours perdus lorsqu'on coule un fichier Word dans InDesign ou QuarkXPress ?
     Merci d'avance pour vos réponses.
mcm
Messages : 17
Inscription : 21 avr. 2005, 10:49
Contact :

Re: disparition des enrichissements

Message non lu par mcm » 07 déc. 2015, 21:55

Quand on coule un texte Word dans Indesign (c'est le logiciel de PAO que je connais le mieux), les insécables ne sont pas perdues. Mais il n'est absolument pas satisfaisant de les conserver telles quelles, parce les insécables de Word ne conviennent pas : il faut selon les cas, en typo, des insécables à chasse fixe, des espaces fines insécables… Il est donc plus précis de "gérer" ces espaces sous Indesign ou avec Prolexis correctement paramétré.
L'enrichissement de texte (gras, ital…) DOIT être perdu. Pour des raisons de polices de caractères entre autres.
Sans entrer dans des détails trop techniques : un mot en Times New Roman "graissé" par Word (passé en bold) n'est pas la même chose qu'un mot passé dans la police de caractères "New Roman bold", dans un logiciel de PAO (tous les caractères de cette police ont été spécifiquement dessinés, avec des chasses précises notamment, des possibilités de ligatures…). En outre, les polices utilisées par Word peuvent être des polices "écran" (en gros, leur définition peut être complètement incompatibles avec les exigences de l'impression).
En outre, plus on importe des paramétrages d'un logiciel dans un autre, plus on prend le risque de conflits ou d'erreurs (ici, sur les polices de caractères).
Quand un texte passe en mise en pages avec un logiciel de PAO, le procédé est le suivant : le texte est importé sans les enrichissements (surtout pas de "copier-coller"), puis il est "enrichi" (polices de caractères, gras, ital…) selon des feuilles de style de paragraphe et de caractères que l'on préalablement définies dans ce que l'on appelle "un gabarit" (un document-type en quelque sorte), qui répond à une charte graphique donnée. C'est un ainsi que tous les ouvrages d'une même collection sont composés en utilisant les mêmes paramètres (idem pour les articles de votre hebdo préféré).
mcm
Messages : 17
Inscription : 21 avr. 2005, 10:49
Contact :

Re: disparition des enrichissements

Message non lu par mcm » 07 déc. 2015, 21:56

incompatible, bien sûr.
prof
Messages : 524
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: disparition des enrichissements

Message non lu par prof » 07 déc. 2015, 23:20

mcm a écrit :Quand on coule un texte Word dans Indesign [...], les insécables ne sont pas perdues.
Les affirmations peu concordantes sur le forum voisin m'avaient laissé sur ma faim. Je vous remercie pour cette explication très argumentée. J'en conclus que le texte que je confie à la PAO peut ou non contenir des espaces insécables |Alt·0160| mais pas d'autres, et que le metteur en pages gèrera les choses au mieux.
le texte est importé sans les enrichissements
Dans le respect de cette recommandation, comment l'usage s'est-il établi pour que l'auteur puisse signifier au metteur en pages qu'il souhaite que tel ou tel mot s'affiche en gras ou en italique ?
mcm
Messages : 17
Inscription : 21 avr. 2005, 10:49
Contact :

Re: disparition des enrichissements

Message non lu par mcm » 09 déc. 2015, 09:47

Dans le respect de cette recommandation, comment l'usage s'est-il établi pour que l'auteur puisse signifier au metteur en pages qu'il souhaite que tel ou tel mot s'affiche en gras ou en italique ?
Parce que l'on conserve la version word enrichie à laquelle on se réfère pour ensuite reporter les exigences d'enrichissements spécifiques de l'auteur (un mot en gras ou tout en cap', par exemple, que l'auteur souhaite mettre en relief dans son texte). Pour le reste, qui relève des règles typographiques (mot d'origine étrangère en ital' par exemple), le relecteur sur pages montées est censé connaître les règles et les appliquer.

Cela dit, je conseille aux préparateurs de copie (que ce soit en presse ou en édition) de bien se renseigner sur le circuit de la copie et qui intervient derrière soi. Un maquettiste, puis un secrétaire de rédaction (ou assistant d'édition) ? ou un SR qui fait aussi la mise en pages ? Les pratiques varient d'une maison d'édition à l'autre, d'un groupe de presse à l'autre. Ceci afin de bien savoir qui fait quoi, pour éviter du travail inutile ou au contraire pallier des tâches qui ne seraient pas effectuées en aval.
Répondre

Revenir vers « PAO - Mise en page »