PHR

Discussions générales à propos du journalisme, des journalistes, de la presse et de l'actualité des médias : salaires, techniques de reportage ...
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: PHR

Message non lu par coco47 » 19 juin 2010, 02:22

Sans oublier que "l'éditeur" (ou rédac' chef) en question n'est pas « forcément » (il utilise trois ou quatre fois ce mot en quelques secondes) un artiste de la langue. Il se demande si « on a pris assez d'attention au recrutement ». Il veut « améliorer une carence ». C'est un peu l'hôpital qui se fout de la Charité. Bref : il cause bien la France, comme disait Coluche.
Je note, accessoirement, que ce monsieur regrette de ne plus disposer de relectrices ni de correctrices. Que de …ices ! Je m'en vais saisir la HALDE ! Et alerter le Syndicat des correctEURS (terme neutre qui englobe tout ce qui corrige).
bobardgum

Re: PHR

Message non lu par bobardgum » 19 juin 2010, 20:02

Le Moyen_Age.... Il n'y a hélas, pas d'autres mots, pour décrire ce monde vétuste et archaïque de la PHR, une survivance lointaine du XIXème siècle avec ces patrons de presse qui servaient les intérêts des politiques et potentats locaux. D'abord, parlons de ces fameux patrons qui embauchent. Ils peuvent bien passer des petites annonces à tour de bras sur categorynet ou ailleurs. Ils savent trop bien, que ce qu'ils proposent est simplement honteux et scandaleux. Quel journaliste avec une bonne expérience, sorti d'une école correcte, pourrait accepter de travailler plus de 50H00 par semaine pour un salaire aussi minable ? Il y en a ok, mais reconnaissons que ces gens profitent de la situation économique. Souvent, il s'agit pour celui qui est embauché, que d'un choix, par défaut. Après, pour changer de secteur, et aller vers la "grande presse", admettons la presse mag, ou un grand régional de la PQR, c'est plus difficile, à mon sens. On va louer ta polyvalence, mais on te dira aussi que tu as travaillé sur un canard de m... et on aura des doutes sur la qualité de tes papiers, surtout que la plupart des DRH ne se donneront même pas la peine de lire ton book.

Deuxio, on ne peut pas progresser en travaillant de la sorte, c'est à dire en faisant la secrétaire, le SR, l'ouvreur de portes, le photographe, l'enquêteur, le rédacteur, et parfois aussi, la femme de ménage. Souvent le texte est négligé pour ne pas dire bâclé. La mise en page aussi. Combien de maquettes détruites ? Qui peut espérer s'améliorer en travaillant tous ses week_end, c'est à dire en n'ayant, rien d'autre comme horizon, que ce boulot, et pour ainsi dire, aucune vie sociale ? Et pourtant, je suis certain qu'une vie intérieure riche, apportera dans le travail, une autre ouverture d'esprit. Avec en prime, un salaire ridicule qui n'incite nullement à l'effort et la joie de conduire une voiture diesel de merde avec laquelle tu iras bientôt te crascher.

Tertio : tu as en permanence le chrono du bouclage dans la tête et par rapport à la PQR, c'est pas très satisfaisant. Le coté quotidien de la PQR te ramène à un rythme de vie moins saccadé, avec des impératifs et de la qualité. Tu peux laisser tomber un papier de fond, pour passer à autre chose. Là, c'est le grand n'importe quoi, et souvent on est jamais raccord sur l'actu. Toujours en retard, et comme on a jamais le temps, on manque aussi d'imagination à la longue ! Veuillez minorer aussi les indignations contre les pontes locaux, car ce sera autant d'annonces légales en moins !
Je reconnais que mon avis est assez négatif, il y a aussi du positif, mais j'ai été très choqué de la façon dont on traite les gens dans ce milieu. Il y a trop de turn_over. J'ai travaillé sur des locales de "Radio France" et de "France 3", et même en presse mag, et je n'ai jamais vu ça. Pour moi, c'est tout simplement le moyen_âge. Bon courage. Fais attention à ne pas faire de mauvais choix qui entraveront toute une carrière à moins d'avoir l'envie de gagner 1200 euros à 50 ans. (Je sais que ce n'est pas l'argent qui nous guide mais il y a tout de même des limites. La finalité de ce boulot c'est de devenir très pauvre lorsque l'on sera vieux car il n'y a aucune chance d'évolution, la dedans à la diff de la PQR ou de l'audiovisuel..) Et quand je dis pauvre, je dis bien être dans "la gêne...." aprè avoir été dans la galére !
Climousse
Messages : 347
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Re: PHR

Message non lu par Climousse » 20 juin 2010, 11:26

bobardgum a écrit :Après, pour changer de secteur, et aller vers la "grande presse", admettons la presse mag, ou un grand régional de la PQR, c'est plus difficile, à mon sens. On va louer ta polyvalence, mais on te dira aussi que tu as travaillé sur un canard de m... et on aura des doutes sur la qualité de tes papiers, surtout que la plupart des DRH ne se donneront même pas la peine de lire ton book.
Je confirme. Quand je suis passée en CDD en PQR, c'était un coup de chance : je venais de quitter mon hebdo à l'amiable, une localière du quotidien régional était en arrêt maladie imprévu, le rédac chef ne voulait pas des remplaçants envoyés par le siège qui ne connaissaient pas le département et n'avaient pas de voiture, c'est une consoeur de ce journal qui a insisté pour que j'appelle le RC. Ca a fonctionné parce que c'était urgent, sur une période assez courte et parce que je connaissais une partie des journalistes. Ensuite, il a quand même fallu que je fasse mes preuves. Dans cette agence-là, ça allait à peu près : le titre de PHR dont je venais était, je l'ai dit, pas génial mais pas déshonorant non plus. Quand j'ai changé d'agence et de département, ce qui voulait pourtant dire que le réd chef de l'agence 1 ET la DRH avaient estimé que je bossais suffisamment bien, on m'a assimilée aux hebdos de ce second département, appartenant au même groupe que le "mien", et sacrément plus mauvais... Et là, combien de fois ai-je entendu de la part du chef d'agence : "Franchement pour une localière de PHR, je suis agréablement surpris", dès que je faisais un papier simple mais propre... Bref, il est vrai qu'il y a aussi une réputation de la PHR dont il est peut-être difficile de se défaire. Mais ça dépend aussi des milieux : en piges et en presse pro, au contraire, c'est apparu comme un gage de connaissance du terrain.
rrico
Messages : 8
Inscription : 22 juil. 2005, 12:44
Contact :

Re: PHR

Message non lu par rrico » 20 juin 2010, 13:40

Certes... N'ayant moi -même jamais travaillé en PHR, je trouve cependant que nombres de remarques faites ci-dessus pourraient aussi s'appliquer à la PQR (ex: nombre d'heures, trouille du pouvoir local, fautes d'orthographe...). La grosse différence étant bien sûr le salaire, puisque la grille PHR est ridiculement basse.

Par contre, je ne tirerais pas à boulets rouges sur cette forme de presse comme lu plus haut. En tant que lecteur d'une ville de province, je constate que l'hebdo sort parfois des scoops que le régional n'a pas. Problème: les journalistes du régional de l'étape sont tellement inbus de leur personne (on en a discuté confraternellement) qu'ils ne lisent même pas le petit hebdo... Et du coup loupent des trucs sans même le savoir... Bravo pour des journalistes!

Évidemment, le gros problème des hebdos, c'est leur SR et fautes à répétition. Ca sape la crédibilité, c'est sûr.
Merteuil
Messages : 9
Inscription : 15 févr. 2010, 14:36
Contact :

Re: PHR

Message non lu par Merteuil » 03 juil. 2010, 18:34

Bonjour,

J'ai été confrontée à plusieurs reprises à la PHR (toujours pour le même titre). Même si je débute (je suis encore à l'école) je sais au moins ce que je ne veux pas faire : travailler dans ce type de canard !

Déjà, ce n'est pas assez payé pour la somme de travail que ça demande. Et je ne parle même pas de la "paye" des correspondants...

On dit que c'est formateur, mais cette "école de la vie" a ses limites car les textes sont à peine relus, à peine corrigés (là où j'étais, il n'y avais pas de SR). Et puis, en ce qui concerne la déontologie, on a connu de meilleures formations...

Les stagiaires, comme quelqu'un le faisait justement remarquer, sont dès leur arrivée lâchés dans la nature. Ce n'est pas si mal, ça permet de s'entraîner, mais demander à quelqu'un qui n'est pas payé de couvrir l'actualité de tout un secteur géographique et de "gérer" les correspondants pour "remplir" sa partie de journal, c'est un peu dur... Mes amis en stage en PHR m'ont confirmé l'existence de cette pratique.

Ce qui est bien dans ce boulot, c'est qu'on est très souvent sur le terrain. Bon, après, c'est souvent pour aller à la brocante, à la kermesse, à l'inauguration d'un centre commercial...

Les journaux locaux ne doivent en outre vexer personne : ni les politiques, ni les commerçants, ni les membres du club de bridge... Finalement, on ne peut pas tout dire et encore moins tout écrire, et ça, c'est frustrant.

Pour résumer, je dirais qu'on peut faire un peu de PHR quand on débute, mais si au bout d'un moment, on se rend compte qu'on travaille presque 7/7 jours, qu'on ne peut pas aborder certains sujets, et qu'on n'est pas assez payé, alors, il faut partir.

Qu'est-ce que vous en pensez ?
journalisteduSud
Messages : 3
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Re: PHR

Message non lu par journalisteduSud » 08 août 2010, 16:10

Albertas,
je peux t'apporter mon témoignage sur les incroyables paradoxes que procurent la Presse hebdomadaire régionale.
Journaliste depuis deux ans à Voix du Midi Grand Toulouse (l'ancienne Croix du Midi pour les plus connaisseurs), j'ai déjà un certain recul sur le milieu et sur les avis des gens.
Personnellement, je prends un plaisir fou dans ce canard. Liberté éditoriale, écriture sur tous les sujets (politique, sport, actualité, culture, économie...), petite équipe hyper soudée et tournée vers les mêmes objectifs... Quelle joie d'aller au boulot tous les jours ! On phosphore tous et on a tous cette envie de faire décoller le journal. Aujourd'hui, avec ce travail de fond, le journal est, certes, très très peu vendu, mais nous avons une réelle notoriété de terrain, avec un plus majuscule : notre spécialité politique.
Côté négatif, les salaires sont si bas que les femmes de ménages sont mieux payées que nous (perso, journaliste polyvalent premier échelon, c'est 1446 euros bruts et 1110 nets). Mais le bonheur est ailleurs que dans l'argent. La PHR, malgré la question du salaire, c'est un bon plan quand je vois des dizaines de gens de ma promo (je suis diplômé de l'EJT Toulouse) qui galèrent à Paname...
Enfin, la presse hebdo a un vrai rôle à jouer vu le déclin éditorial du quotidien La Dépêche du Midi et ses journalistes baillonnés par son patron, Jean-Michel Baylet, aussi patron du PRG. Et ce n'est même pas moi qui le dis.
albertas
Messages : 4
Inscription : 14 août 2009, 11:48
Contact :

Re: PHR

Message non lu par albertas » 10 août 2010, 12:09

Ah voilà une réponse qui me fait plaisir! Je comprends tout ce qui a été dit mais je crois qu'il existe en PHR des havres de paix. On est journaliste, on devrait bien savoir que tout n'est jamais tout blanc ou tout noir. J'étais venue sur ce forum pour me renseigner car j'avais vu une offre interessante. Aujourd'hui, j'ai continué à me renseigner et je vais commencer si tout va bien à travailer avec eux. Les conditions de travail ont l'air équivalente à celles de la PQR et le salaire sera équivalent (je sais c'est difficle à croire). Aujourd'hui, la PHR c'est une peu la jungle en matière de conditions de travail, d'indépendance... Mais quand je regarde comment se porte la PQR je fais partie de ceux qui pensent que le ryhtme quotidien ne tiendra pas bien longtemps. C'est un point de vue!
NickM
Messages : 92
Inscription : 18 juin 2004, 11:28
Contact :

Re: PHR

Message non lu par NickM » 11 août 2010, 00:51

journalisteduSud a écrit : Mais le bonheur est ailleurs que dans l'argent. La PHR, malgré la question du salaire, c'est un bon plan .
Salut journalisteduSud. L'argent ne fais pas le bonheur mais y contribue largement ;-) Toucher à peine plus que le smic pour notre taff, c'est juste inadmissible. La PHR c'est les spécialistes des bas salaires. D'ailleurs ils y a le SMGP (salaire minimun garanti par la profession). Il garanti le smic pour les journalistes stagiaires car les indices des premiers échelons étaient inférieurs à la base légale.
L'évolution au sein du titre: quasi néant


Je connais un peu Voix du midi pour avoir suivie l'élaboration de la nouvelle maquette et avoir travailler dans le groupe. Je trouve que tu minores un point capital propre à la PHR :le manque de moyen humain. Bien que ton titre soit au siège du groupe, je doute que la rédaction soit pléthorique? Vous êtes quoi, trois pour faire le journal? 4 avec le directeur de publi qui navigue entre les titres

La PHR a un véritable rôle de challenger, une vision différente des quotidiens à proposer mais n'en a pas la capacité matérielle. Aucune puissance rédactionnelle ( les petites équipes c'est top mais à force de tous faire on finit par les épuiser et la qualité s'en ressent), aucune force promotionnelle.
journalisteduSud
Messages : 3
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Re: PHR

Message non lu par journalisteduSud » 11 août 2010, 22:45

Tu sais, les journalistes dans un quotidien ne sont pas aussi pressurés mais cela n'empêche pas la qualité de s'en ressentir malgré tout... Sinon, tout à fait d'accord avec toi sur les bas salaires.
Après, tu reconnais que nous possédons une autre vision. Pour le manque de moyens, c'est endémique mais nous faisons tout pour combattre la fatalité.
Enfin, tu dois être sacrément proche du journal pour dire que tu as suivi l'évolution de la nouvelle maquette de près...
NickM
Messages : 92
Inscription : 18 juin 2004, 11:28
Contact :

Re: PHR

Message non lu par NickM » 12 août 2010, 19:18

journalisteduSud a écrit :Pour le manque de moyens, c'est endémique mais nous faisons tout pour combattre la fatalité
Perso, j'ai passé l'âge de jouer les Don Quichotte. Ce n'est pas à moi, journaliste de palier le manque de moyen de la rédac. Donc je ne répare plus la photocopieuse, ordi et autre truc, et je fais dans la mesure des moyens mis à ma dispo
journalisteduSud a écrit :Enfin, tu dois être sacrément proche du journal pour dire que tu as suivi l'évolution de la nouvelle maquette de près...
disons que je connais bien la patrie de Rouget le Lisle ;-)
bobardgum

Re: PHR

Message non lu par bobardgum » 12 août 2010, 20:38

Journaliste du sud, bonjour...
Pour revenir sur le sujet, les bas salaires en PHR sont absolument lamentables et il n'y aucune raison pour que cela s'améliore. Concernant la "Croix du Midi", et étant passé moi_même par l'école de journalisme de Toulouse, il me paraît que ce journal est totalement méconnu, voir inconnu et que très peu de gens le lisaient à mon époque sur Toulouse et la région MP. Il y a certainement un créneau à prendre face aux difficultés récurrentes de la Dépêche mais il faut remarquer aussi que personne ne l'a pris au niveau éditorial, sinon "la Croix du Midi" se vendrait bcp mieux. En plus, image catho ultra vieillote du journal, et la structure de la ville, hyperurbaine, cosmo bobo qui ne doit pas aider ? En général, la PHR marche mieux dans des milieux ruraux ou populo. Pas facile donc de faire de la PHR, face à un grand régional lorsque l'on se trouve, en plus, sur son terrain de jeu favori. Le gros canard sera toujours moqué, vilipendé, critiqué, stipendié parfois à juste titre, pour ses accointances et ses relais politiques, mais le fait qu'on en parle autant, indique aussi sans doute, qu'on le lit encore, et pas seulement "dans les milieux autorisés". Les tableaux très sombres sur l'avenir de la Dépêche, on les entendait déjà dans les années 80_90, :lol: et ce journal est toujours là, merci pour lui. Certes, les conditions de travail se sont sans doute détériorées, et ce journal a dû perdre des lecteurs, mais c'est l'ensemble de ce secteur de la presse écrite qui est très très malade et qui n'a plus d'avenir. Dans bcp de journaux, il n'y a plus de SR, ni de correcteurs, et les plumitifs sont en train de devenir des producteurs de contenus audiovisuels ! :? C'est vrai que la PHR résiste mais pour moi, ce n'est jamais que la conséquence de la crise économique. Le lecteur ne veut pas acheter un quotidien, il se rabat donc sur l'hebdo car cela revient moins cher. Est_ce que cela durera ? Pas certain, car le lectorat est vieillissant et la qualité de ces journaux médiocres. C'est vrai que dans certaines zones, des journaux marchent très bien, notamment "Nord Littoral" à Calais, qui fait dans la micro locale et qui n'a pas cessé de gagner des lecteurs en 10 ans. Mais bon c'est un travail de fond avec une grosse rédac, un maillage parfait du territoire, des CLP performants, bref pas 4 journalistes débordés.
Je ne crois pas que la Croix du Midi puisse avoir un avenir radieux dans ce contexte. La volonté, l'enthousiasme, c'est très bien, s'éclater dans son boulot c'est super, mais on finit par en revenir dés que l'on passe le cap de la trentaine et que l'on ne peut, avec ce salaire royal, même pas s'acheter une voiture ou contracter un emprunt pour un petit appartement de 20 mètres carrés. Et lorsque que tu souhaite candidater en PHR, la première question qu'il te pose c'est "ah oui, avez-vous un véhicule....?" "Ben non vu que je gagne 1 000 euros, et que c'est un salaire de m... ben je vais avoir du mal à me payer une caisse...." :mrgreen: Tous cela après 3 ans d'étude, la production d'un mémoire et un concours d'accés de très haute volée ? Ah bravo, l'EJT alors ! Gagner sa vie, cela s'appelle vivre tout simplement et non survivre en rognant sur tout. Quant aux journalistes qui galérent à Paname comme tu le dis, ils auront peut_être la chance de gagner assez vite un salaire tout à fait décent, en faisant un boulot tout aussi passionnant et nettement moins galére dans l'audiovisuel ou la presse mag. Il est grand temps que les écoles cessent d'orienter les élèves vers la PQR et la PHR, des secteurs qui n'ont plus aucun avenir, car une école doit se montrer à la hauteur de sa mission première : trouver du boulot aux élèves en les qualifiant.
orelia
Messages : 21
Inscription : 25 août 2004, 10:58
Localisation : Angers
Contact :

Re: PHR

Message non lu par orelia » 13 août 2010, 10:57

NickM a écrit :
journalisteduSud a écrit :Pour le manque de moyens, c'est endémique mais nous faisons tout pour combattre la fatalité
Perso, j'ai passé l'âge de jouer les Don Quichotte. Ce n'est pas à moi, journaliste de palier le manque de moyen de la rédac. Donc je ne répare plus la photocopieuse, ordi et autre truc, et je fais dans la mesure des moyens mis à ma dispo

:mrgreen: J'en ai connu qui, ayant compris que le manque de moyens endémique de la PHR était avant toute chose le résultat d'une politique managériale (avec des "primes" aux économies budgétaires versées aux éditeurs ) et non une fatalité vus les chiffres des ventes (meilleure résistance que la PQR à la crise de la presse alors que les salaires et les moyens techniques de production sont inférieurs), ont finalement perdu jusqu'à la patience d'attendre que les ordis, photocopieuses, etc. soient réparés. Et ont décidé de les achever complètement lorsque ceux-ci présentaient des signes de faiblesse ! Histoire qu'on arrête de rafistoler ce qui ne peut décemment plus l'être, et d'obliger la direction à changer le matos. :twisted:
Parce qu'effectivement, ce n'est pas aux journalistes de palier le manque de moyens réel ou supposé de leur journal.
journalisteduSud
Messages : 3
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Re: PHR

Message non lu par journalisteduSud » 13 août 2010, 11:21

Au fait, aujourd'hui, c'est "Voix du Midi Grand Toulouse" et non plus "Croix du Midi". Et nous ne sommes pas le journal des curés non plus...
bobardgum

Re: PHR

Message non lu par bobardgum » 13 août 2010, 16:49

Mea culpa. Ce n'est plus le journal des curés...
Piqué par un intense sentiment de curiosité, j'ai jeté un oeil sur le site de la Croix du Midi. La une est intéressante, bien aérée, très lisible. :roll: Bref, c'est bcp plus moderne que je ne le pensais au départ. Mea culpa, journaliste du sud. Mes infos datent pour l'essentiel des années 90. Des changements au sein de l'actionnariat sont sans doute intervenus entre_temps avec une refonte totale du titre et de sa une. Les hebdos ont un coup à jouer dans le paysage actuel : depuis 95, une cinquantaine de titre ont vu le jour. Formule attrayante : panorama approfondi de l'actu sur une zone pour un euro alors que pour avoir la même chose avec le quotidien, il faudra débourser quatre fois plus et se déplacer chez son buraliste à 6 voir à 7 reprises. Il y a un article très intéressant sur le site de "Stratégie". Avec notamment l'exemple de deux journaux Charentais, qui sont passés en quelques années, de 4400 à 6500 exemplaires ! Le chiffre d'affaires publicitaire atteint aujourd'hui 40 à 45 % du total contre 20 % il y a quatre ans. Chiffre d'affaire : un million d'euros contre 30 000 euros en 2000 avec l'arrivée de grandes surfaces et des garages ! C'est rentable, dit le patron ! :evil: Par contre, et s'agissant de la PHR dans son entier, il semble que les salaires n'aient guère évolués. A mon sens, c'est le gros point noir. Avec un personnel qualifié mais très mal payé (ce qui n'est pas le cas en PQR), et en rognant sur tous les services hormis le commercial, on arrive en effet à gagner bcp d'argent. Cerise sur le gâteau, ce sont d'anciens journalistes rad soc ou affiliés tel quel, qui ont lancé leur propre canard. Moralité, le capitalisme à la mode Sarko a un bel avenir devant lui, le tout étant de trouver bien sur le pigeon qualifié qui bossera pour des clopinettes en faisant la fortune du patron. Que disent les écoles de journalisme à ce sujet ? Rien. Elles laissent faire. Exploiter son prochain, n'est ce pas là, le crédo du bonheur ? Je te conseille donc, cher journaliste du sud de t'impliquer de façon très modéré. :mrgreen:
NickM
Messages : 92
Inscription : 18 juin 2004, 11:28
Contact :

Re: PHR

Message non lu par NickM » 13 août 2010, 22:37

journalisteduSud a écrit :Au fait, aujourd'hui, c'est "Voix du Midi Grand Toulouse" et non plus "Croix du Midi". Et nous ne sommes pas le journal des curés non plus...
C'est peut être le moins catho du groupe vu qu'il est censé s'adresser à l'élite toulousaine ^^

J'ai un collègue qui m'a fait part de la grande finesse d'esprit de certain dirigeant. Pour palier la baisse des abornements ( et oui l'allongement de la vie permet de garder un peu plus ses abonnées mais ça ne suffit pas, et les enfants, ces bandes d'ingrats, ne poursuivent pas), il suffit d'augmenter le prix du numéro. Imparable :evil:
Répondre

Revenir à « Général / divers »