Editialis ?

Discussions générales à propos du journalisme, des journalistes, de la presse et de l'actualité des médias : salaires, techniques de reportage ...
flo75
Messages : 0
Inscription : 12 avr. 2006, 19:53
Contact :

Re: Editialis ?

Message non lu par flo75 » 20 déc. 2009, 22:05

Mouais, confirmation de ce j'ai pu lire sur ce forum. J'ai contacté une ancienne collègue qui y travaille depuis plusieurs années et qui m'a mis au parfum des pratiques maison : salaire ridicule, programme éditorial imposé par la pub, job de journaliste qui se transforme en "modérateur de forum" (!), passage d'entreprise de presse à entreprise de communication avec, à terme, perte de la carte de presse... bref, pas sérieux sur le plan journalistique. Du coup, je laisse tomber. Je préfère encore continuer les piges.
merci en tout cas pour les contributions.
grillardiphilou

Re: Editialis ?

Message non lu par grillardiphilou » 26 janv. 2010, 23:23

Je profite de ce post ouvert pour témoigner de ma propre expérience dans le groupe Editialis, qui vient d'être racheté par un fonds d'investissement. Ce qui naturellement fait fuir la plupart des journalistes: désormais, le groupe se reconvertit ouvertement en entreprise de communication. Il faut dire que peu de choses le raccroche encore au journalisme. D'abord, les sujets sont définis en amont par... la publicité. Laquelle vous incite fortement à interviewer (sans critiquer bien sur), les entreprises achetant des pages de publicité... Elle le vérifie en relisant les articles avant publication. De même d'ailleurs que les personnes que vous interviewez dans les articles, qui doivent systématiquement « valider » leurs citations... Et si vous vous plaignez, une convocation de la direction a pour but de vous convaincre de plier aux desideratas de la publicité. Par ailleurs, j'ai appris que le groupe avance des chiffres de diffusion complètement farfelus (parfois mutlipliés par 10 quand même!!!) de ses magazines, afin, bien sur, d'essayer de vendre plus cher de la pub...
Passons maintenant aux à côtés. Vous signez un contrat par lequel vous vous engagez à écrire au moins 14 pages par mois et à remplir d'actualités les sites Web. Actualités copiées collées des sites d'infos sérieux, cela va sans dire. Pourquoi passer des coups de fil ou se déplacer en conf de presse ? Cela n'est pas bien vu par la direction, qui vous demande de ne pas sortir du bureau. Naturellement, au final, vous écrivez bien plus que 14 pages par mois puisque, comme par magie, divers hors série, suppléments ou guides apparaissent... Pour vérifier que votre quota de pages minimum a été fait, la direction vous oblige à remplir tous les mois un « tableau de reporting ». Vous devez y indiquer le nombre de signes et de pages écrits dans le mois. .. Bien entendu, tout cela est vérifié par la direction. Et gare si vous avez gonflé le nombre de signes écrits ! Dans la même veine, on vous oblige à recopier les coordonnées de toutes les personnes que vous interviewez . Officiellement, c'est pour servir à tous les journalistes. Officieusement, la publicité et les autres services récupèrent cette base de données précieuse, pour approcher commercialement les personnes que vous avez interviewées... Avec tout ca, je me demande encore comment cette entreprise peut être reconnue comme « de presse »...
La liste est encore longue. Je conclurais en disant deux choses, aux personnes qui postuleraient aux annonces de ce groupe. D'abord, sachez que l'ambiance générale y est catastrophique et que les journalistes, marginalisés et dont le quotidien est déjà très difficile, ne comptent plus que pour quantité négligeable. Ensuite, au niveau du salaire, sachez qu'ils frisent le Smic. Un journaliste y est payé en moyenne entre 1200 et 1400 euros (nets), un chef de rubrique 1500 euros nets et un rédacteur en chef autour de 1800 euros nets... A mettre en rapport avec le nombre de pages que l'on vous demande d'écrire, le surplus de travail considérable d'internet, la boule au ventre en venant au travail, etc... Sans compter que les augmentations sont accordées tous les 3 ans, et qu'elles sont de l'ordre de 50 € bruts...
Vous l'aurez compris, mieux vaut éviter ce groupe quand on est journaliste.
stefanol

Re: Editialis ?

Message non lu par stefanol » 28 janv. 2010, 11:13

Bonjour. Je tombe, par hasard, sur ce forum et souhaite répondre car un grand nombre d'affirmations sont erronées. Je dirige la rédaction d'Editialis et je fais partie de l'entreprise depuis 9 ans. Je peux donc en décrire précisément les méthodes de travail.
- Le groupe Editialis ne se reconvertit pas en entreprise de communication. Il garde son métier d'origine - la presse - et se diversifie dans des métiers connexes, dont des activités de com. Il l'a annoncé de façon transparente à ses journalistes, qui pas de lien avec ces activités connexes.
- Les sujets ne sont pas définis par la publicité. Certains sujets "marronniers", qui représentent au plus quelques pages par numéro, sont définis non pas par mais AVEC la pub, en concertation avec la rédaction. L'angle est, lui, défini par la seule rédaction.
- La pub inciterait à interviewer les annonceurs... C'est faux. Ce qui est vrai, en revanche, c'est qu'en général, si une boîte prend de la pub dans un mag, c'est que sa cible correspond au lectorat de ce mag. Et comme nos journalistes font bien notre travail, en effet, ils tâchent d'interviewer les acteurs majeurs des marchés qu'ils décrivent, ceux dont la cible est en phase avec leur lectorat ! Quant à ces soi-disant "convocations de la direction", elles doivent dater d'avant 2000 car depuis que je suis dans la boîte, jamais je n'ai entendu parler de telles choses.
- Sur les 14 pages par mois : c'est faux. Selon les titres, nos journalistes écrivent de 10 à 14 pages non pas par mois mais par numéro. Ce n'est absolument pas contractuel, c'est juste un constat qui repose sur de nombreuses années d'expérience. Ce rythme de travail moyen tient compte des spécificités éditoriales de chaque titre et des particularités des emplois du temps de nos rédacteurs. Mais ce qui est vrai, c'est que nos journalistes, compétents et expérimentés, travaillent en règle générale vite et bien...
- Le reporting, qui existe dans n'importe quelle entreprise de n'importe quel secteur d'activité, sert à la direction financière. Il permet d'établir des analyses budgétaires nécessaires à la bonne gestion de la société. Rien de plus. Et il n'est vérifié par personne... Bien évidemment !
- L'affirmation sur les coordonnées des personnes que vous interviewez n'est pas fausse mais inexacte. En effet, certains journalistes ont la peine de se créer des carnet d'adresses numérisés qu'ils partagent entre membres d'une même rédaction. Ils peuvent ainsi gagner du temps et se "passer" de précieux contacts. Mais cette démarche reste propre aux rédactions et est, d'ailleurs, une initiative des journalistes eux-mêmes, initiative que j'ai approuvée et encouragée.
- Sur l'ambiance "catastrophique", je laisse chacun se forger une opinion. De nombreuses personnes de la société y sont depuis 5, 6, 7, 8, 9 ans, voire plus... Elles ne doivent pas être de cet avis...
- Je préciserai enfin que certains salaires mentionnés, ainsi que certains tarifs de pige annoncés dans d'autres post, sont purement fantaisistes et que les augmentations, si elles restent ciblées et raisonnables (ce qui, dans le contexte actuel des médias, est plutôt rassurant), sont rarement de 50 euros.
Une dernière chose : en 9 ans, Editialis est passé de 30 à 90 collaborateurs, a quasiment triplé son chiffre d'affaires, lancé de nombreux titres et sites Web, a racheté des mags en difficulté et les a remis dans une dynamique de croissance... Alors c'est vrai, cette stratégie volontariste de croissance et de développement de l'emploi demande de l'exigence et du pragmatisme économique.
A bientôt,
icebreaker
Messages : 3
Inscription : 26 mars 2007, 17:50
Contact :

Une procédure recrutement énigmatique

Message non lu par icebreaker » 24 juin 2011, 15:11

Concernant Editialis, j'ai récemment été convoquée à Boulogne à l'occasion d'une candidature. Par erreur, je suis arrivée une heure après l'heure de rdv. j'avais bien noté l'heure pourtant, mais la collaboratrice du DRH m'a soutenu que nous étions convenues d'un autre horaire. de bonne foi, j'ai déclaré être sûre de mon fait et demandé à rencontrer la rédac chef ou le DRH, ayant fait une heure de transport pour venir et attendu 1/2 heure à l'accueil. Tout le monde était "occupé". La collaboratrice du DRH a fini par admettre qu'elle pouvait s'être trompée et m'a proposé un café en me donnant des précisions sur le poste. Cette personne m'a affirmé clairement que le DRH souhaitait vivement me rencontrer pour ce poste. Nous avons fixé un nouveau rdv et nous sommes quittées cordialement. De retour chez moi, j'ai reçu un message de cette personne, qu'elle a affirmé m'avoir envoyé, mais que je n'ai jamais reçu. Ce mail précisait qu'elle attendait ma réponse. N'ayant jamais reçu le mail, je n'avais pas répondu.
La collaboratrice du DRH m'a alors appelée et déclaré qu'elle avait mal compris que je soutienne que mon heure de rdv était la bonne. Elle m'a déclaré que je ne serais pas forcément convoquée. effectivement, j'ai reçu un ou deux jours plus tard un mail annulant le second rdv sans autre forme de procès.
J'ai alors demandé des explications par mail à ce brusque revirement. Dans cette histoire, j'ai le sentiment d'avoir fait l'objet d'un blocage au sens propre comme au figuré de la part de cette employée, soucieuse de préserver sa réputation. Elle s'est littéralement focalisée sur ce malentendu, 'empêchant ainsi tout accès à ce recrutement. Il n'a ainsi jamais été question de mes compétences ou de mon adaquation au poste. J'ai envoyé en copie au DRH mes réponses à ses messages, sans effet. J'ai ensuite tenté à plusieurs reprises de contacter le DRH et lui ai laissé plusieurs messages pour lui demander de m'expliquer ce qui s'était passé. Aucune réponse de sa part !!! Peut-être sa collaboratrice l'a-t-elle kidnappé...Etrange, ce groupe de presse qui se laisse gouverner par des contretemps, des subalternes émotives et lunatiques ! D'autant plus que les publications conseillent les chefs d'entreprises dans leurs politiques de recrutement !
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Une procédure recrutement énigmatique

Message non lu par ann65 » 24 juin 2011, 15:30

icebreaker a écrit :.Etrange, ce groupe de presse qui se laisse gouverner par des contretemps, des subalternes émotives et lunatiques ! D'autant plus que les publications conseillent les chefs d'entreprises dans leurs politiques de recrutement !
Quelle élégance... :roll:
oncdelu
Messages : 1
Inscription : 11 févr. 2012, 06:12
Contact :

Re: Editialis ?

Message non lu par oncdelu » 11 févr. 2012, 06:32

Bonjour,

Je suis récemment passé chez Editialis pour un entretien.

Quelques éléments:
- Editialis ressemble plus à un groupe de com qu'à un groupe de presse: les journalistes sont sous-payés (33K€ bruts pour un chef de rubrique, 50K€ pour un rédacteur en chef); la com éditoriale représente déjà 20% du chiffre d'affaires et cette proportion ne fera qu'augmenter (ils font par exemple les journaux internes de Sanofi et Carrefour); la qualité des sujets traités importe peu, seul compte de pouvoir trouver une cible professionnelle pour acheter les magazines (ils en ont déjà 10, soi-disant tous rentables).
- Le groupe se présente comme un "agitateur de communautés" (pas comme un "agitateur d'idées"...). D'après la personne qui m'a reçu, le lecteur-type est "un dirigeant qui a envie de s'aérer la tête le vendredi soir en rentrant du travail". En gros, l'exigence de qualité doit être en ligne avec les salaires, c'est-à-dire faible...
- Du peu que j'ai vu, l'ambiance avait l'air très moyenne, je ne pense pas que les journalistes fassent beaucoup de "reportage", ils étaient tous les yeux rivés sur leur écran d'ordinateur. La moyenne d'âge est faible, autour de 30 ans, pas étonnant vu le niveau des salaires.
- La boite est détenue à 51% par un fonds d'investissement (Ciclad), ce qui à la base peut étonner puisque la presse n'est pas un secteur rentable. Le truc là, c'est que chaque numéro coûte 15 euros (!) et nécessite une rédaction de seulement 4 personnes (!!), lesquelles sont sous-payées (!!!). D'où un business très juteux.

Regardez cette vidéo éloquente: http://www.editialis.fr/content/interview-du-president. Vous verrez que le PDG c'est du gros niveau, de même que le "journaliste" qui l'interviewe!

Passez votre chemin...
Maida
Messages : 13
Inscription : 15 janv. 2013, 12:32
Contact :

Re: Editialis ?

Message non lu par Maida » 10 févr. 2015, 20:58

Bonsoir,

Je voulais savoir ce qu'on pouvait dire d'Editialis aujourd'hui ? A recommander ou non ? On me propose des missions SR réglées en facture si possible. Sinon, on me précise que je pourrais être salariée, mais que les missions se feront beaucoup plus rares... Que faut-il en penser ?
Je vous remercie !
Répondre

Revenir à « Général / divers »